Sophie de Castellane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castellane (homonymie).
Sophie de Castellane
Naissance
Paris 8e
Décès (à 86 ans)
Paris 8e
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français

Sophie de Castellane, marquise de Contades, puis comtesse de Beaulaincourt de Marles, est une femme de lettres et salonnière française, née le et morte le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille du maréchal de Castellane, elle épousa en premières noces (1836) Henri, marquis de Contades (1814-1858), attaché d’ambassade, député du Cantal, puis, devenue veuve, se remaria (1859) avec Victor, comte de Beaulaincourt de Marles (1820-1860), attaché militaire auprès de l’ambassade de France en Prusse.

Émile Ollivier comptait également parmi les habitués de son salon.

Elle est l'auteur d'un ouvrage sur son ancêtre Boniface-Louis-André de Castellane : Boniface-Louis-André de Castellane, 1758-1837 (Paris, Plon, 1901).

Son petit-neveu Boni de Castellane dit d'elle : « Elle avait été fort jolie dans sa jeunesse. Amazone distinguée et courtisée, elle joignait à de l'esprit des sentiments de gentilhomme. Constamment vêtue de soie noire, avec un tablier de linon bordé de Valenciennes, elle avait une spécialité ou, pour mieux dire, une manie : elle confectionnait des fleurs artificielles devant une table où les pots de colle et la peinture verte voisinaient avec des bouquets de rose et d'œillets naturels venus chaque jour d'Acosta. De l'autre côté de cette haie bariolée, s'alignaient les gens les plus variés, depuis ceux du faubourg Saint-Germain jusqu'à l'impératrice Eugénie et la princesse Mathilde, qu'elle avait rencontrées aux Tuileries, son second mari ayant été diplomate sous l'Empire. »

D'une relation adultère avec Pierre Adolphe du Cambout[2] (1805-1873), 5e marquis de Coislin, elle eut Pierre Charles « Alain de Mérionnec »[3] (19 mai 1843 - Hôtel des Castellane - 57, rue du Faubourg-Saint-Honoré, Paris VIIIe12 novembre 1888 - 12, rue de Miromesnil, Paris VIIIe).

Œuvre[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Castelanne.svg

De gueules, à la tour donjonnée de 3 pièces d'or, maçonnée de sable, celle du milieu plus élevée[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Pierre Adolphe du Cambout (5 pluviôse an XIII () - Angers - Courgivaux (Marne), 5e marquis de Coislin, ancien page de Louis XVIII, officier de cavalerie, titulaire de la médaille militaire (), marié, dont deux filles.
  3. Pierre Charles Alain de Mérionnec naquit le au 57, rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris, c'est-à-dire en l'hôtel même des Castellane. Il demeura sans nom jusqu'à ce qu'un décret impérial du l'autorisa à prendre pour patronyme Alain « de Mérionnec ». Il mourut chez sa mère, au 12, rue de Miromesnil à Paris, le . Au moment de sa naissance, Sophie de Castellane était mariée depuis 1836 à Henri de Contades.
    La terre de « Merionec » est entrée dans la maison du Cambout par le mariage de René du Cambout ( † mars 1577), seigneur du Cambout, du Chef-de-Bois et de Blais, avec Françoise Baye, dame héritière de Mérionnec et de Coislin, fille de François Baye, seigneur de Merionec.
    Source 
    Georges Martin, Histoire et généalogie de la Maison de Castellane, , p. 199.
  4. Revue historique de la noblesse, vol. 4, (lire en ligne)