Sonny Boy Williamson II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sonny Boy Williamson II
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Helena (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Alex MillerVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Sonny Boy Williamson IIVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Aleck Ford
Willie Williamson
Willie Miller
Little Boy Blue
The Goat
Footsie
Sonny Boy WilliamsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Chanteur, compositeur, auteur-compositeur, chef de fanfare, musicien, artiste d'enregistrementVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Labels
Genre artistique
Discographie
Sonny Boy Williamson II discography (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Aleck Miller (né à une date incertaine, entre 1894 et 1912, possiblement le - mort le ), également connu sous les noms de Sonny Boy Williamson II, « Rice Miller », « Willie Williams », « Willie Miller », « Little Boy Blue », « The Goat » et « Footsie », est un harmoniciste, chanteur et compositeur de blues de nationalité américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Rice Miller naît dans la plantation Sara Jones près de Glendora (en) dans le Mississippi. Sa date de naissance reste incertaine : Miller prétend dans ses dernières années être né le , mais il a auparavant donné d'autres dates dans la première décennie du XXe siècle et en outre sa pierre tombale mentionne comme date de naissance le [1] ; David Evans, enseignant en musique spécialiste du blues, prétend même qu'il serait né en 1912[2], année qui semble cependant tardive au regard des autres éléments de sa biographie.

Miller vit et travaille avec son beau-père, Jim Miller, qui est métayer ainsi qu'avec sa mère, Millie Ford, jusqu'au début des années 1930. Puis, il voyage dans le Mississippi et l'Arkansas et rencontre Blind Lemon Jefferson, Big Joe Williams, Elmore James et Robert Lockwood Jr.. C'est également au cours de cette période, qu'il joue avec Robert Johnson et développe son style musical ainsi que sa façon désinvolte de se produire sur scène. Willie Dixon se souvient, en effet, avoir vu Rice Miller avec un harmonica amplifié à Greenville dans le Mississippi dans les années 1930 avec lequel il captive l'auditoire en jouant, par exemple, sans les mains en tenant son harmonica entre sa lèvre supérieure et son nez.

King Biscuit Time[modifier | modifier le code]

Miller vit alors à Twist dans l'Arkansas avec la sœur de Howlin' Wolf, Mary Burnett, et en profite pour apprendre à Wolf l'harmonica (Williamson fera plus tard pour Chess Records une parodie de Howlin' Wolf intitulée Like Wolf). En 1941, Miller est embauché dans l'émission King Biscuit Time (en), l’un des plus célèbres programme sur le blues, sur la radio KFFA (en) à Helena (Arkansas) avec Lockwood.

Le propriétaire, Max Moore, l'engage sous le nom de Sonny Boy Williamson, pensant apparemment à l'harmoniciste et chanteur du Tennessee, John Lee Williamson. Alex Miller prétendra avoir été le premier à utiliser ce nom et certains pensent même que la prétendue naissance de Miller en 1899 est une ruse pour convaincre le public qu'il était assez vieux pour avoir utilisé ce nom avant John Lee Williamson (né en 1914). Quelle que soit l'origine de son nom, Miller devient à partir de là Sonny Boy Williamson et Lockwood et le reste du groupe deviennent les King Biscuit Boys.

Chess Records[modifier | modifier le code]

Le premier enregistrement de Williamson date de 1951 pour Lillian McMurray du label Trumpet Records (Mississippi). Cependant, lors de la faillite de Trumpet Records en 1955, le contrat de Sonny Boy est transféré aux créditeurs qui le vendent à Chess Records à Chicago (Illinois).

Williamson enregistre environ 70 chansons pour Chess Records entre 1955 et 1964. Dans les années 1960, il parcourt l'Europe durant les beaux jours du British blues où il enregistre avec The Yardbirds et The Animals. C'est pendant sa tournée au Royaume-Uni à cette époque qu'il adopte le chapeau melon et qu'il transporte son harmonica sur scène dans une mallette, ce qui deviendra son signe distinctif. Au cours de cette tournée, il blesse un homme au cours d'une bagarre et quitte donc le pays rapidement.

Dans les années 1940, Williamson épouse Mattie Gordon, qui reste sa femme jusqu'à sa mort le (ou le 23 d'après sa pierre tombale) à Helena dans l'Arkansas.

Il participe à la tournée American Folk Blues Festival en 1963 et 1964.

Style[modifier | modifier le code]

Musical[modifier | modifier le code]

Rice Miller reste comme un des plus fins et atypiques compositeur de blues et son jeu laconique d'harmonica ainsi que sa voix ont fait de lui un véritable artiste. L’utilisation de l’espace couplée à son timing et à son son font de lui un des meilleurs harmonicistes de blues. Willie Dixon dit de Little Walter qu’il était « un très grand harmoniciste, mais Big Walter - nous l'appelions Big Walter - était un harmoniciste d’Enfer. Big Walter a de très nombreuses fois créé l’ambiance avec un harmonica dont les gens disaient qu’il était dans les mains de Little Walter. En quelque sorte, il a appris à jouer à Sonny Boy Williamson, Little Walter et tous ces gars-là »[3].

Succès[modifier | modifier le code]

Parmi ses succès, on peut noter : Fattenin' Frogs for Snakes, Don't Start Me To Talkin', Keep It To Yourself, Bye Bye Bird, Nine Below Zero, Help Me, Your Funeral and My Trial, Bring it on Home (reprise par Led Zeppelin) et le moins célèbre Little Village, dans lequel on retrouve un dialogue avec Leonard Chess, patron de Chess Records.

De nombreux groupes anglais et américains ont repris ses chansons : Eyesight to the Blind a été utilisée dans l'opéra-rock des Who : Tommy, entre autres.

Sur scène[modifier | modifier le code]

Sonny Boy Williamson est également connu pour sa flasque à whisky, un pistolet, un couteau, dont il ne se sépare jamais, dit la légende, son vocabulaire cru, ainsi que pour son tempérament coléreux.

De plus, il porte toujours des tenues bien plus élégantes qu'il ne peut s'offrir et sa tournée en Europe lui permet même d'ajouter à sa panoplie un costume noir et son célèbre chapeau melon.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Down and Out Blues (Chess, 1959)
  • A Portrait in Blues (1963)
  • The Blues of Sonny Boy Williamson (1963)
  • Sonny Boy Williamson and Memphis Slim (1964)
  • Sonny Boy Williamson & The Yardbirds : Live at the Crawdaddy (Fontana, 1966)
  • The Real Folk Blues (Chess, 1957-64 [1966])
  • More Real Folk Blues (1966)
  • Don't Send Me No Flowers (1968)
  • Bummer Road (1969)
  • Sonny Boy Williamson + Animals (1972)
  • King Biscuit Time (1989)

Singles et EPs[modifier | modifier le code]

  • "Cool, Cool Blues" / "Do It if You Wanta" (Trumpet Records, 1951)
  • "Crazy 'Bout You, Baby" / "Eyesight to the Blind" (Trumpet, 1951)
  • "Pontiac Blues" / "Sonny Boy's Christmas Blues" (Trumpet, 1951)
  • "Mighty Long Time" / "Nine Below Zero" (Trumpet, 1951)
  • "Going in Your Direction" / "Red Hot Kisses" (Trumpet, 1954)
  • "Don't Start Me Talkin'"/ "All My Love in Vain" (Checker Records, 1955)
  • "Keep It to Yourself" / "The Key (To Your Door)" (Checker, 1956)
  • "Let Me Explain" / "Your Imagination" (Checker, 1956)
  • "No Nights by Myself" / "Boppin' with Sonny" (Ace Records, 1956)
  • "Fattening Frogs for Snakes" / "I Don't Know" (Checker, 1957)
  • "Cross My Heart" / "Dissatisfied'" (Checker, 1958)
  • "Born Blind" / "Ninety-Nine" (Checker, 1958)
  • "Your Funeral and My Trial" / "Wake Up Baby" (Checker, 1958)
  • "Let Your Conscience Be Your Guide" / "Unseeing Eye" (Checker, 1959)
  • "Temperature 110" / "Lonesome Cabin" (Checker, 1960)
  • "Trust My Baby" / "Too Close Together" (Checker, 1960)
  • "The Goat" / "It's Sad to Be Alone" (Checker, 1960)
  • "Stop Right Now" / "The Hunt" (Checker, 1961)
  • "The Hunt" / "Little Village" (Checker, 1961)
  • "One Way Out" / "Nine Below Zero" (Checker, 1962)
  • "Trying to Get Back on My Feet" / "Decoration Day" (Checker, 1963)
  • "Bye Bye Bird" / "Help Me" (Checker, 1963)
  • "My Younger Days" / "I Want You Close to Me" (Checker,1964)
  • "Bring It On Home" / "Down Child" (Checker, 1965)
  • "Baby Let Me Come Back Home" / "November Boogie" / "All Nite Boogie" / "Leavin Blues" (Collectors Special Records EP, 1966)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • In Memoriam (1965, reissued as The Real Folk Blues, 1966)
  • Blues Classics by "The Original" Sonny Boy Williamson (1965)
  • This Is My Story (1972)

En tant que Sonny Boy Williamson His Harmonica and Houserockers[modifier | modifier le code]

Singles

  • "Too Close Together" / "Cat Hop" (Trumpet Records, 1953)
  • "Gettin' Out of Town" / "She Brought Life Back to the Dead" (Trumpet, 1954)
  • "Empty Bedroom" / "From the Bottom" (Trumpet, 1955)
  • "Mr. Downchild" / "Stop Now Baby" (Trumpet, 1954)
  • "I Cross My Heart" / "West Memphis Blues" (Trumpet, 1954)
  • "Come on Back Home" / "Stop Crying" (Trumpet, 1954)
  • "From the Bottom" / "Empty Bedroom" (Blue Horizon Records)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Williamson, Sonny Boy, -1965 - LC Linked Data Service | Library of Congress », sur id.loc.gov (consulté le 18 janvier 2017)
  2. « Sonny Boy Williamson », sur www.msbluestrail.org (consulté le 18 janvier 2017)
  3. John Collis, CB Masterworks sur CD (vol. 19)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]