Site Mame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Site Mame (Tours))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mame.
Site Mame
MAME.jpg
Présentation
Type
Architecte
Bernard Zehrfuss, Jean Marconnet
Ingénieur
Construction
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
49 boulevard PreuillyVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de Tours
voir sur la carte de Tours
Red pog.svg

Le Site Mame est le nom donné à une zone industrielle située dans le quartier Lamartine de Tours inaugurée en 1950 par l'imprimerie Mame.

Depuis 2010, le site Mame s'insère dans un projet de quartier urbain. Ce projet de quartier mixte est entre autres à destination d'un pôle international d'art[1].
Le site se trouve boulevard de Preuilly, entre la Loire, le Périphérique de Tours, l'hôpital Bretonneau et le Vieux-Tours.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’imprimerie Mame fait partie du patrimoine culturel de Tours depuis la fin du XVIIIe siècle. En 1796, la famille d'imprimeurs Mame (Ernest Mame, Alfred Mame, etc) originaire d'Angers installe une usine près des Halles de Tours. Elle est détruite pendant la Seconde Guerre mondiale lors de l'arrivée des Allemands le 19 juin 1940.

Une nouvelle imprimerie est alors construite à partir de 1950 sur un terrain de 3,5 hectares en bordure de Loire. L'architecte Bernard Zehrfuss, associé à Jean Drieu La Rochelle, propose deux bâtiments modulaires reliés entre eux par une passerelle. Le premier édifice est une tour qui abrite les bureaux administratifs. Le deuxième, situé plus bas, regroupe les ateliers.

Statue de Gutenberg provenant de l'ancienne imprimerie Mame (avant 1940).

La structure des ateliers est à l'image de l'architecture de l'époque, c'est-à-dire en béton brut ; l'ossature est faite de poteaux et de poutres. L'ensemble forme un grand volume de 5432 m² qu'il a fallu éclairer. Pour cela, Bernard Zehrfuss travailla avec Jean Prouvé. La toiture permet d'illuminer l'espace de manière régulière, Prouvé fit en effet installer 672 sheds d’aluminium disposés sur une structure en acier, une première en Europe, qui recouvre l’ossature.

Par ailleurs, Prouvé construit quatre pavillons en aluminium sur le toit-terrasse de la tour administrative. Ils sont pourvus de baies vitrées et de hublots colorés. Le bureau du directeur et la salle de réunion du conseil d’administration y sont installés. À noter que la toiture de la salle de réunion déborde et elle prend la forme d'une coque.

Le peintre Edgar Pillet se chargea de décorer les cloisons intermédiaires des ateliers avec des fresques abstraites de couleurs jaune, bleu, blanc, gris et noir. Il a aussi dessiné le mobilier de bureau, composé de tubes métalliques.

Ces bâtiments ont reçu en 1954 le grand prix d’architecture industrielle de Milan[2] et font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [3].

Mame 2.0[modifier | modifier le code]

Le projet de réhabilitation de ce bâtiment industriel, réalisé par l'agence Franklin Azzi Architecture et Pierre-Antoine Gatier, architecte en chef des monuments historiques a pour but de réunir sous le nom de « Cité de la Création et du Numérique » :

Le Funlab
  • l'École supérieure des Beaux-Arts de Tours ;
  • l'École supérieure des métiers de la création numérique ESTEN Sup'Édition ;
  • des entreprises innovantes de la French Tech Loire Valley ;
  • des laboratoires de recherche et de développement ;
  • des incubateurs spécialisés dans les nouvelles technologies.

Inauguré le , Mame est désormais un lieu dédié à la création et au numérique sur l’agglomération dans le cadre de l'écosystème French Tech local. Le site s’adresse aux startups, entrepreneurs, grandes entreprises et investisseurs[4].

Le 6 octobre 2016, le secrétaire d'Etat Jean-Vincent Placé, s'est déplacé sur le site MAME à Tours, lors d'une visite officielle[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]