Simeon Solomon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Simeon Solomon
Image dans Infobox.
David Wilkie Wynfield (en), Portrait de Simeon Solomonen costume oriental, photographie.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
WestminsterVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière juif de Willesden (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Mouvement

Simeon Solomon né à Londres le et mort dans la même ville le est un peintre anglais préraphaélite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Simeon Solomon est né dans une grande famille juive, d'un père marchand, Meyer Solomon. Il est le plus jeune d'une fratrie de huit enfants. Son frère Abraham Solomon (1824–1862) et sa sœur Rebecca (1832-1886) sont aussi peintres. Il commence à étudier dans une académie d'art en 1852. Il y rencontre par l'entremise de Dante Gabriel Rossetti les tenants du préraphaélisme, de même que le poète Algernon Charles Swinburne et le peintre Edward Burne-Jones. Ses tableaux s'inspirent souvent de la littérature ou de l'Ancien Testament, comme l'œuvre intitulée The Mother of Moses qui représente la modèle d'origine jamaïcaine Fanny Eaton. Il travaille la céramique avec William Frend De Morgan en 1863. Simeon Solomon est découvert à Oxford par le comte Stanislas Eric Stenbock. Il est membre de la Société royale des peintres portraitistes.

En 1871, Solomon publie A Vision of Love Revealed in Sleep, un court ouvrage de poésie en prose de 37 pages qui aura une certaine influence sur les milieux littéraires et artistiques anglais. Il s'agit d'un des premiers textes sur l' "homosexualité" à une période où le mot n'existe pas encore en anglais. Il influencera notamment, par son audace, son refus de l'hypocrisie et sa défense de l'amour entre hommes, des auteurs comme Dante Gabriel Rossetti, Algernon Charles Swinburne ou le peintre Edward Burne-Jones[1].

Mais sa carrière est brisée lorsqu'il est arrêté en 1873 dans un urinoir public d'Oxford Street à Londres, et accusé de tentative de sodomie. Il est condamné à une amende de cent livres. Il est arrêté à nouveau en 1874 à Paris, et cette fois il est condamné à trois mois de prison[2],[3],[4]. En 1884, il est recueilli dans un workhouse où il continue de travailler, mais il sombre dans l'alcoolisme. Il meurt en 1905, et il est enterré au cimetière juif de Willesden.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • A Rabbi Holding the Torah
  • Hypnos, the god of sleep
  • Bacchus avec thyrse
  • King Solomon (c.1854)
  • I am starving (1857)
  • In the Temple of Venus (1863)
  • Sappho and Erinna in the garden at Mytelene (1864)
  • Erinna of Lesbos (1886)
  • Héliogabale, Grand Prêtre du Soleil (1886)
  • Angel Boy (1895)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Colin Cruise, Love revealed, Simeon Solomon and the Pre-Raphaelites, Merrell, 2005. Voir également le site de la fondation Simeon Solomon https://www.simeonsolomon.com/
  2. Ray Anne Lockard, Solomon, Simeon, glbtq.com, 2002, consulté le .
  3. Michael Matthew Kaylor, Secreted Desires: The Major Uranians: Hopkins, Pater and Wilde, Michael Matthew Kaylor, 2006, (ISBN 8021041269), p.81.
  4. Jeffrey Merrick, Bryant T. Ragan, "Homosexuality in modern France", Studies in the history of sexuality, Oxford University Press US, 1996, (ISBN 0195093038), p.134.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Colin Cruise et al. (éd.) Love Revealed: Simeon Solomon and the Pre-Raphaelites, Londres, Merrett/Birmingham Museum and Art Gallery, 2005 (ISBN 1-85894-311-6)
  • Simon Reynolds, The Vision of Simeon Solomon, Oak Knoll Pr, 1984 (ISBN 0685300684)
  • Solomon: A family of painters : Abraham Solomon, 1823-1862, Rebecca Solomon, 1832-1886, Simeon Solomon, 1840-1905, Geffrye Museum, London, 8 November-31 ... & Art Gallery, 18 January-9 March 1986 : Inner London Education Authority, 1986 : (ISBN 0708599680)

Liens externes[modifier | modifier le code]