Siège de Metz (1518)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir siège de Metz.
Description de cette image, également commentée ci-après
La porte des Allemands, XIIIe-XVIe siècles.
Informations générales
Date Août - septembre 1518
Lieu Metz
Issue Paiement d’une rançon de guerre
Belligérants
Troupes de Franz von SickingenSoldoyeurs de la cité messine et milice communale
Commandants
Franz von Sickingen
Forces en présence
21 000?
Pertes
??

Guerres féodales en Lorraine

Coordonnées 49° 07′ 11″ nord, 6° 10′ 37″ est

Le siège de Metz de 1518 oppose le Reichsritter Franz von Sickingen à la République messine. Après le paiement d’une indemnité de guerre, le siège est levé.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

En septembre 1512, entre Kaiserslautern et Sarrebruck, Pierre Souffroy, alias « Burtal », homme de main du seigneur Philippe Schluchterer d’Effenstein, détrousse des marchands messins, de retour de la foire de Francfort[1]. Il réclame en outre la reconnaissance de ses droits sur divers biens, moulins ou maisons, dépendant de la ville de Metz. Devant le refus des magistrats messins, Schluchterer reprend les revendications de son « aydant » à son compte, et ravage l'est du Pays messin[2], en guise de représailles, en octobre 1514[1].

L’affaire est portée devant l'empereur Maximilien, qui charge l’archevêque de Trèves et le commandeur de Coblence de son règlement. Schluchterer, qui ne se rend pas à la réunion prévue à Pfalz, le 21 juin 1515, est mis au ban de l'Empire pour rupture du Landfrid, la paix publique[1]. En septembre 1515, alors qu’une rumeur de siège par Schluchterer se propage en ville, 800 hommes se réunissent place du « Champ à Seille », pour faire face au péril[3]. Cette milice communale est censée renforcer le service armé de la cité messine, qui ne compte plus, à cette époque, que des marginaux, « pailliairs, truans et gens de riens », et des mercenaires étrangers[4], le plus souvent allemands[5]. Le siège n'a pas lieu et les manœuvres, vaines, de cette garde municipale sont raillées par certains[6].

En 1516, Franz de Sickingen se tourne vers le duché de Lorraine, qu’il menace à Tholey et à Sierk. Le duc Antoine de Lorraine mobilise immédiatement une armée de plus de 20 000 hommes, obtenant après quelques escarmouches, le départ des mercenaires rhénans[7].

Un an plus tard, en octobre 1517, une centaine de cavaliers, à la solde de Schluchterer et de son allié Franz de Sickingen, surnommé le « capitaine allemand Francisque »[3], pillent les terres du Pays messin du côté de Berlize et Bazoncourt, menace la ville de Metz, avant de se retirer sur le Rhin. Ce nouvel incident est pris au sérieux par les messins, qui promettent une somme importante pour qui s'emparerait, mort ou vif, de Schluchterer, ou de son lieutenant Burtal. Ce dernier est tué en juillet 1518, au château de Schluchterer[4], par un émissaire de la ville de Metz.

Prenant prétexte de ce règlement de compte, Franz de Sickingen décide d’assiéger la ville libre du Saint-Empire[8]. Près de Boulay, il rassemble en quelques jours une armée, comptant de 2 500 à 4 000 cavaliers et de 12 000 à 17 000 lansquenets, et dotée d'une douzaine de pièces d’artillerie[8],[1]. Conscient de l’importance de l’artillerie pour les sièges, Sickingen dirige alors lui-même les batteries[7].

Siège de la cité messine[modifier | modifier le code]

Portrait de Franz von Sickingen (vers 1520).

En août 1518, Metz est ainsi assiégée par Franz de Sickingen[8], le Raubritter que se disputeront, en 1519, François Ier et Charles Quint[9]. « Chef de la démocratie noble des chevaliers du Rhin[10] » pour certains[11], simple chevalier d’Empire, « mercenaire à l’occasion, et brigand le plus souvent », pour d’autres[4], Franz de Sickingen était un chef de guerre opportuniste, ouvert aux idées de la Réforme[12].

Dès le début des hostilités, la cité réunit une milice de plus de 2 200 fantassins, qu’elle fait manœuvrer sous les remparts, puis dans la cité, « pour aprandre et enseignier les compaignons, et pour leur moustrer comment, en estrémités et en nécessités, il se debvoient deffandre et assaillir »[4],[3]. Pendant ce temps, les troupes de Sickingen ravagent les terres et les vignes du Pays messin, entre Failly et Sorbey, et prennent le château de Pontoy. Installés sur les hauteurs de Belles-Croix, les troupes de Sickingen et son artillerie menacent bientôt directement la ville, tirant des boulets, plusieurs jours durant, sur la cité messine.

Les paraiges décident finalement de traiter avec Franz de Sickingen. Par l’entremise de Jean Wilz, Rhingrave, et de Jehan de Helmstat, la paix est criée le 7 septembre 1518[1]. Pour se débarrasser de ce « condottiere allemand », que Philippe de Vigneulles qualifiera plus tard de « diable saillis d’anfer, pour tribouller le monde »[3], la ville doit débourser quelque 24 000 florins du Rhin[13], ou 25 000 florins d’or[8], en septembre 1518[14].

Conséquences[modifier | modifier le code]

L’indemnité à payer, qui correspondait alors au double du budget annuel de la municipalité, greva un peu plus les finances de la cité, qui sortit affaiblie de cet épisode guerrier. Conscient de la fragilité de cette « paix achetée », la cité messine n'hésita d’ailleurs pas à réarmer sa milice en 1522, lors du siège de la principauté de Trèves par Sickingen[15],[4].

Les dissensions politiques et religieuses qui virent le jour à Metz, dans les années suivantes, affaiblirent un peu plus la République messine[4]. C’est dans ce climat d'insécurité durable, et sur fond de crise religieuse, que fut signé le 13 janvier 1533, un « traité d'amitié, union, alliance et confédération », entre le duc Antoine, auréolé de sa victoire sur les rustauds, et la cité messine[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ernest de Bouteiller, Histoire de Frantz de Sickingen, chevalier allemand du XVIe siècle, Rousseau-Pallez, Metz, 1860.
  • Philippe de Vigneulles, Chroniques, Société d’histoire et d’archéologie lorraine, éd. Charles Bruneau, Metz, 1927-1933.
  • René Bour, Histoire de Metz, Éditions Serpenoise, Bar-le-Duc, 1989, p. 94.
  • Guy Cabourdin, Histoire de la Lorraine. Les Temps Modernes, 1. 1 : De la Renaissance à la guerre de Trente ans, Éditions Serpenoise - PUF, Nancy, 1991.
  • Martial Gantelet, « Entre France et Empire, Metz, une conscience municipale en crise à l’aube des Temps modernes (1500-1526) », dans Revue historique, n° 617, 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Guy Cabourdin, Histoire de la Lorraine. Les Temps Modernes, 1. 1 : De la Renaissance à la guerre de Trente ans, Éditions Serpenoise - PUF, Nancy, 1991, p. 47-48.
  2. Les bourgs de Silly-en-Saulnois, Maizeroy, Colombey, Ogy, Puche et Colligny sont pillés ou ravagés.
  3. a b c et d Philippe de Vigneulles, Chroniques, t. IV, p. 205-206.
  4. a b c d e et f Martial Gantelet: « Entre France et Empire, Metz, une conscience municipale en crise à l’aube des Temps modernes (1500-1526) » dans Revue historique, n° 617, 2001, p. 12-45.
  5. Gaston Zeller, « Soldoyeurs messins du XVIe siècle » dans Annuaire de la société d’histoire et d’archéologie lorraine, 1928, p. 571-578.
  6. Un tisserand « boiteux et contrefait », donc non incorporable, se moqua de cette milice citoyenne, ce qui lui valut une condamnation à quatre jours d’incarcération en cul-de-basse-fosse . (Philippe de Vigneulles, Chroniques, op. cit., t. IV, p. 206-208).
  7. a et b Ernest de Bouteiller, Histoire de Frantz de Sickingen, chevalier allemand du XVIe siècle, Rousseau-Pallez, Metz, 1860, p. 44-45.
  8. a b c et d A. Chabouillet, « Notice sur un coffret d’argent exécuté pour Frantz de Sickingen… » in Revue archéologique, Presses universitaires de France (janvier à juin 1861), 1861, pp. 237-240.
  9. En janvier 1519, lors de la succession à la couronne impériale, Sickingen accepta des pots-de-vin de François Ier, avant de soutenir la candidature de Charles Quint, ce qui lui valut un titre de chambellan impérial et conseiller.
  10. « Führer der rheinisch-schwäbischen Ritterschaft » selon les historiens allemands.
  11. Jules Michelet, Histoire de France au seizième siècle. Réforme, Paris, 1855, p. 78.
  12. Reinhard Scholzen, Franz von Sickingen (1481-1523): Fehde als Beruf, in: Österreichische militärische Zeitschrift, vol. 52, 2014, p.523-531.
  13. René Bour, Histoire de Metz, Éditions Serpenoise, Bar-le-Duc, 1989, p. 94.
  14. Somme correspondant à 20 000 florins et à un mois de solde pour les troupes.
  15. Philippe de Vigneulles, Chroniques, op. cit., t. IV, p. 428-429.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]