Siège de Chartres (911)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Siège de Chartres

Informations générales
Date 20 juillet 911[1]
Lieu Chartres, France
Issue Victoire française
Traité de Saint-Clair-sur-Epte
Belligérants
Danois
Normands
Francs
Commandants
RollonCharles III le Simple
Richard de Bourgogne
Robert Ier (roi des Francs)
Forces en présence
InconnuesInconnues
Pertes
SupérieuresInférieures

Invasions vikings en France

Batailles


Coordonnées 48° 27′ 21″ nord, 1° 29′ 03″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Siège de Chartres
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
(Voir situation sur carte : Eure-et-Loir)
Siège de Chartres
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Siège de Chartres

Le siège de Chartres est une des incursions normandes ayant eu lieu en 911 dans le royaume de France.

Historique[modifier | modifier le code]

À la suite de sa victoire, Charles III le Simple décide de négocier avec le chef normand Rollon.

Un accord entre les deux hommes est conclu à Saint-Clair-sur-Epte. Le Viking reçoit les pays voisins de la Basse-Seine, à charge pour lui de les défendre au nom du roi des Francs. Nous ne savons pas exactement l’extension de ce territoire[2].

Le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911 marque la naissance du duché de Normandie[3], étymologiquement le « Pays des Hommes du Nord » en vieux norrois[Note 1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La première Normandie devait correspondre à peu près à la Haute-Normandie actuelle ; c’est donc la Normandie la plus ancienne, par opposition aux territoires rattachés au duché par la suite, qui formeront la Basse-Normandie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gesta Regum Anglorum: The History of the English Kings, Oxford University Press, 1998.
  2. Pierre Bauduin a tenté récemment une délimitation à partir des récits de Dudon de Saint-Quentin et de Flodoard et de quelques chartes. À l’est la limite de l’Epte paraît assurée. À l’ouest, la Normandie devait atteindre le pays d'Auge. Au sud, Bauduin doute de l’incorporation de l’Évrecin. Le territoire confié à Rollon devait donc être réduit. Pierre Bauduin, La Première Normandie, Xe – XIe siècle, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2004, p. 135-141.
  3. François Neveux, L'Aventure des Normands (VIIIe-XIIIe siècle), Perrin, 2006, p. 67-72.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Près de Chartres. C'est quoi cette "bataille de Rollon" qui célèbre ses 1 111 ans à Lèves ?, sur actu.fr, publié lé 26 juin 2022.