Siège de Chartres (1568)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Siège de Chartres (1568)
Description de cette image, également commentée ci-après
Les troupes de Condé devant la ville de Chartes;
Informations générales
Date 1568
Lieu Chartres
Issue Victoire des catholiques
Belligérants
HuguenotsCatholiques
Commandants
Louis Ier de Bourbon-CondéNicolas des Essars
Forces en présence
9 000[1]Plus de 6 000[1]
Pertes
300 à 400[Note 1],[2]250[2]

Deuxième guerre de Religion

Batailles

Guerres de Religion en France


Prélude


Première guerre de Religion (1562–1563)


Deuxième guerre de Religion (1567–1568)


Troisième guerre de Religion (1568-1570)


Quatrième guerre de Religion (1572–1573)


Cinquième guerre de Religion (1574–1576)


Sixième guerre de Religion (1576–1577)
Paix de Bergerac


Septième guerre de Religion (1579–1580)
Traité du Fleix


Huitième guerre de Religion (1585–1598)
Guerre des Trois Henri


Rébellions huguenotes (1621-1629)


Révocation de l'édit de Nantes (1685)

Coordonnées 48° 27′ 21″ nord, 1° 29′ 03″ est
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
localisation
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
(Voir situation sur carte : Eure-et-Loir)
localisation
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
localisation

Le siège de Chartres, qui se déroule de février à , met fin à la deuxième guerre de religion. Il est entrepris par Louis Ier de Bourbon-Condé, principal chef des huguenots dans un contexte de tensions politiques et religieuses qui ont repris après l'échec de la surprise de Meaux.

Les forces en présence[modifier | modifier le code]

L'armée huguenote, forte d'environ 9 000 hommes, assiège la ville fin février, où la garnison royale de Nicolas des Essars, seigneur de Linières, composée d'environ 3 000 soldats[3], et un régiment de Gascogne constitué de 12 compagnies de fantassins et une compagnie d'arquebusiers, résiste avec l'aide des habitants[4],[1],[5].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Inscription commémorative de la brèche ouverte lors du siège de 1568.

Les assaillants, qui possèdent cinq canons et quatre couleuvrines légères[1], encerclent la cité puis tentent de percer les fortifications en ouvrant une brèche d'environ 23 m de long sur 3,50 de haut dans le massif du rempart nord (entre la porte Drouaise et la tour de la Léthinière) en déclenchant l'assaut le [6],[7],[8], en vain[9],[10].

Afin de rendre hommage à la Vierge protectrice de la ville, la chapelle Notre-Dame de la Brèche est édifiée en 1600[11], non loin des remparts enserrant la porte Drouaise.

Une épitaphe inscrite en latin, encastrée en dans la section du rempart nord touchée par les tirs du canon huguenot, rappelle également la brèche faite au cours du siège[11].

La paix[modifier | modifier le code]

La paix de Longjumeau est signée le , ce qui laisse un bref répit avant la reprise des hostilités.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nombre de morts huguenots estimé par Souchet[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Lehr 1897, p. 294.
  2. a b et c Lehr 1897, p. 363.
  3. Wood, James B., The King's Army, 2002, Cambridge University Press, p. 20 Introduction en ligne
  4. Wraxall, Nathaniel William, The History of France, from the Accession of Henry the Third, to the Death of Louis the Fourteenth, 1814, T. Cadell and W. Davies. p. 58 Lire en ligne
  5. Lehr 1897, p. 293.
  6. de Buchère de Lépinois 1858, p. 237.
  7. Lehr 1897, p. 356.
  8. Louis Bonnard, « Les Fortifications de Chartres – Essai Historique et Archéologique », Mémoires de la Société archéologique d'Eure-et-Loir, t. 16,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2020).
  9. Lehr 1897, p. 357.
  10. Louis Bonnard, « L'artillerie chartraine », Mémoires de la Société archéologique d'Eure-et-Loir, t. 15,‎ , p. 76-79 (lire en ligne, consulté le 11 juin 2020).
  11. a et b de Buchère de Lépinois 1858, p. 243-244.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène-Louis-Ernest de Buchère de Lépinois, chap. XX « Du siège de la ville par le Prince de Condé, au siège mis par Henri IV (1568-1591) », dans Histoire de Chartres, t. 2, Garnier, (lire en ligne).
  • Roger Joly, « Le siège de 1568 », dans Histoire de Chartres, Horvath, (lire en ligne).
  • Henry Lehr, « Le siège de Chartres par Condé en 1568 », Bulletin historique et littéraire, Société de l'histoire du protestantisme français, vol. 46, no 6,‎ , p. 281-295 (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2020).
  • Henry Lehr, « Le siège de Chartres par Condé en 1568 (suite et fin) », Bulletin historique et littéraire, Société de l'histoire du protestantisme français, vol. 46, no 7,‎ , p. 348-371 (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2020).
  • Abbé Charles Métais, « Défaite de Condé et des Protestants devant Chartres en 1568 », Revue des Archives du Diocèse de Chartres, no X « Pièces détachées pour servir à l'Histoire du diocèse de Chartres : études et documents »,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2020).
  • Abbé Charles Métais et S. Givès, « Brief discours du siège de Chartres », Revue des Archives du Diocèse de Chartres, no X « Pièces détachées pour servir à l'Histoire du diocèse de Chartres : études et documents »,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2020).

Articles connexes[modifier | modifier le code]