Seni Pramot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Seni Pramoj)

Seni Pramot
เสนีย์ ปราโมช
Illustration.
Fonctions
Premier ministre de Thaïlande

(5 mois et 16 jours)
Monarque Rama IX
Prédécesseur Kukrit Pramoj
Successeur Tanin Kraivixien

(26 jours)
Monarque Rama IX
Prédécesseur Sanya Dharmasakti
Successeur Kukrit Pramoj

(4 mois et 14 jours)
Monarque Rama VIII
Prédécesseur Tawee Boonyaket
Successeur Khuang Abhaiwongse
Chef de l'opposition officielle

(9 mois et 21 jours)
Monarque Rama IX
Successeur Pramarn Adireksarn
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 92 ans)
Nationalité Thaïlandaise
Parti politique Forces thaïlandaises libres
Parti démocrate
Diplômé de Université d'Oxford
Profession Avocat

Seni Pramot
Premiers ministres de Thaïlande

Seni Pramot ou Seni Pramoj (thaï : หม่อมราชวงศ์เสนีย์ ปราโมช, RTGS: Seni Pramot, API: [sěː.niː praː.môːt](1905-1997) est un homme d'État thaïlandais, trois fois Premier ministre (en 1945, 1975 et 1976). Membre de la famille royale (il descendait de Rama II), il est éduqué en Angleterre. Diplômé en droit du Worcester College de l’université d’Oxford. Il est le frère aîné du poète et homme politique Khuek-rit Pramot.

Dès l’invasion de la Thaïlande par les Japonais le , il s’oppose à la politique de collaboration menée par Plaek Phibunsongkhram.

Ambassadeur aux États-Unis, il refuse le de remettre la déclaration de guerre de son pays. Il crée alors puis dirige le Mouvement de la Thaïlande Libre (Forces thaïlandaises libres ou Khabuankan Seri Thai / Free Thai Movement / Seri Thai[1],[2],[3]) . Ce réseau de résistance, organisé conjointement dans l'ombre par Pridi Phonmayong aidé par le chef de la police Adun Adundetchatrat, soutenu dans son combat par les communistes chinois et en 1944 par les alliés américains et britanniques, mène des opérations de sabotage contre les convois japonais et récolte des renseignements stratégiques[4]. Ce réseau de résistance évitera à la Thaïlande d'être classée parmi les "vaincus" à l'issue de la Seconde Guerre mondiale[5].

Nommé Premier ministre le , il s’oppose à l’instauration d’un protectorat britannique. Il est renversé par un coup d’État le .

Après la guerre il mène de front une carrière d’avocat et de dirigeant du Parti démocrate.

Il est de nouveau nommé Premier ministre le 15 février 1975 puis le 20 avril 1976. Il abandonne la politique en .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) E. Bruce Reynolds Thailand’s Secret War. The Free Thai, OSS, and SOE during World War II, Cambridge University Press, 2004. Extraits en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Pear Maneechote et Jasmina Chia, « An Oral History of the Seri Thai - Part One », sur thaienquirer.com,
  2. (en) Pear Maneechote et Jasmina Chia, « The Oral History of the Seri Thai - Part Two », sur thaienquirer.com,
  3. (en) Pear Maneechote et Jasmina Chia, « The Oral History of Seri Thai - Final Part », sur thaienquirer.com,
  4. Arnaud Dubus et Nicolas Revise, Armée du Peuple, Armée du Roi : les militaires face à la société en Indonésie et en Thaïlande, L'Harmattan et IRASEC, , 256 p. (ISBN 978-2-7475-1868-0, lire en ligne), Onglet Sommaire, Chapitre 1, 1.2 L'expression de deux aspirations: l'armée au service des militaires ou l'armée au service de la Nation / Les bouleversements de l'après-guerre : éclipse et retour en force de l'armée
  5. « Pridi Banomyong, le grand homme politique thaïlandais du 20ème siècle (par Loris Curtenaz) », sur thailande-fr.com,