Yingluck Shinawatra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Yingluck Shinawatra
ยิ่งลักษณ์ ชินวัตร
Illustration.
Yingluck Shinawatra en 2012.
Fonctions
Première ministre de Thaïlande

(2 ans, 8 mois et 29 jours)
Monarque Rama IX
Gouvernement Shinawatra
Prédécesseur Aphisit Wetchachiwa
Successeur Niwatthamrong
Boonsongpaisan
(intérim)
Prayut Chan-o-cha
Ministre de la Défense

(2 ans, 8 mois et 29 jours)
Monarque Rama IX
Premier ministre Elle-même
Gouvernement Shinawatra
Prédécesseur Sukampol Suwannathat
Successeur Prawit Wongsuwan
Biographie
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance San Kamphaeng, Chiang
Mai
(Thaïlande)
Nationalité thaïlandaise
Parti politique Pheu Thai
Fratrie Thaksin Shinawatra
Conjoint Anusorn Amornchat
Diplômé de Université de Chiang Mai
Université d'État du
Kentucky
Profession Femme d'affaires
Religion Bouddhisme theravāda

Yingluck Shinawatra
Premiers ministres de Thaïlande

Yingluck Shinawatra (en thaï : ยิ่งลักษณ์ ชินวัตร ; RTGS : Yinglak Chinnawat [ jîŋ.lák t͡ɕʰīn.nā.wát][1]), née le , est une femme d'État et femme d'affaires thaïlandaise, Première ministre du pays du au .

Candidate de l'opposition à la fonction de Premier ministre lors des élections législatives de 2011, son parti, le Pheu Thai, remporte la majorité absolue des voix ; elle succède ainsi à son adversaire Abhisit Vejjajiva, devenant la première femme chef du gouvernement en Thaïlande. À la suite d'un mouvement protestaire, elle est destituée par la Cour constitutionnelle de Thaïlande. En 2017, elle quitte le pays pour échapper à un procès pour corruption, qui débouche sur une condamnation par contumace à cinq ans de prison.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et débuts[modifier | modifier le code]

Dernière d'une fratrie de neuf enfants, elle est née le 21 juin 1967 dans une riche famille chinoise originaire de la province de Chiang Mai, au nord-ouest du royaume[2],[3].

Son célèbre frère ainé, Thaksin Shinawatra a 19 ans de plus qu'elle. Taksin et Yingluck se ressemblent : tous deux sont des êtres chaleureux, affables, curieux et passionnés, et paraissent dix ans de moins que leur âge. Ils se passionnent pour les idées nouvelles, les technologies, mais aussi les bains de foule, les longues tablées et les repas en "tables chinoises" (to chin), garnies de mets du Nord.Ils excellent sincèrement dans l'art du câlin avec les gens du petit peuple, les pa et les lung.[non neutre][4]

Diplômée de sciences politiques à l'université de Chiang Mai, titulaire d'un master d'administration publique à l'université d'État du Kentucky, aux États-Unis, elle suit des stages dans diverses entreprises de l'empire familial, puis est propulsée à la présidence de la branche téléphonie mobile du groupe de télécommunications fondé par son frère, Shin Corp (avant la vente de cette dernière à des investisseurs, la Thailand's Securities and Exchange Commission avait mené une enquête mettant en cause Yingluck concernant un éventuel délit d'initié après que cette dernière eut vendu de ces actions pour faire du profit juste avant la vente de Shin Corp, la société de son frère Thaksin à Temasek Holdings)[5].

Yingluck est également membre du comité dirigeant de la société Thaicom Foundation[6]. Elle a un fils, Supasek, et est l'épouse d'Anusorn Amornchat, directeur général de M Link Asia Corporation PCL, société de sa sœur, Yaowapa Wongsawat, épouse de l'ex-Premier ministre Somchai Wongsawat[7].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après la dissolution du Phak Palang Prachachon (un parti politique qui avait des liens étroits avec l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra) par la Cour constitutionnelle de Thaïlande, en raison du comportement de ses dirigeants qui avaient violé la loi électorale, Thaksin Shinawatra décide de créer son propre parti afin de mener une activité politique dans le pays[8]. Yingluck est parmi les premiers choix de Thaksin pour devenir le chef du parti. Elle refuse, préférant se consacrer aux affaires[9].

Le Pheu Thai vote le pour Yingluck Shinawatra comme candidate du parti au poste de Premier ministre, ce qui la place en tête de liste pour les élections législatives du face au Parti démocrate du Premier ministre sortant, Abhisit Vejjajiva[10],[11]. Même si le frère de Yingluck, Thaksin, n'est pas dans la liste des législatives, la nomination de Yingluck fait de ce dernier un personnage important dans la campagne politique (Thaksin vit en exil auto-imposé depuis 2008 afin d'éviter une peine de prison après avoir été reconnu coupable d'abus de pouvoir).

À la veille des élections, le Pheu Thai est favori dans les sondages[12]. Cinq heures après la fin du scrutin, le Premier ministre Vejjajiva reconnait sa défaite en déclarant : « Il est maintenant clair que d'après les premiers résultats, le Pheu Thai a de loin remporté les élections, et le Parti démocrate reconnait sa défaite. Je tiens à féliciter le Parti Pheu Thai qui a le droit de former un gouvernement. » Yingluck Shinawatra devient la première femme Première ministre de Thaïlande.

Première ministre[modifier | modifier le code]

Yingluck Shinawatra rencontrant Barack Obama lors du sommet de l'ASEAN, le 18 novembre 2011.

Mesures[modifier | modifier le code]

Elle se présente devant le Parlement le 1er août 2011[13], qui prend la décision de l'élire le 5 août. 296 des 500 membres du parlement votent en faveur à Yingluck Shinawatra, 3 votent contre et 197 s'abstiennent[14],[15]. Elle est dans la foulée investie par le roi[16]. Le 10 août, Yingluck Shinawatra et son gouvernement prêtent serment devant le roi, à Bangkok[17]. Le mardi 23 août, lors de son premier discours, elle s'engage à relancer l'économie, réconcilier le peuple thaïlandais, lutter contre la drogue et la traite des êtres humains. Elle s'engage à adopter les réformes qu'elle avait mis en avant durant la campagne électorale (par exemple un salaire minimum à 7 euros par jour et un salaire mensuel garanti 375 euros pour tous les titulaires d'un diplôme universitaire).

Le 26 septembre 2011, le ministre des Affaires étrangères Surapong Tovichakchaikul annonce que le gouvernement a l'intention de rendre son passeport à Thaksin Shinwatra, ajoutant que celui-ci a été condamné pour des raisons politiques.

Peu de temps après son entrée en fonction, Yingluck confirme l'achat de la récolte de riz par le gouvernement des producteurs thaïlandais à un prix nettement supérieur à celui du cours du moment[18] pour soutenir les producteurs de riz. Le 15 septembre 2011, le gouvernement adopte un plan d'aide à l'achat d'une première voiture consistant en un remboursement de taxes à hauteur de 100 000 bahts (environ 2 400 euros), une aide exclusivement réservée aux primo-acquéreurs et selon des conditions restrictives. Une semaine plus tard, Yingluck Shinawatra annonce la mise en place d'une déduction fiscale pour aider l'achat d'un premier bien immobilier, un plan estimé à 56 millions de dollars et visant les biens dont la valeur est inférieure à 5 millions de bahts (122 000 ). Concernant le controversé article 112 (condamnation pour lèse-majesté et outil politique anti-détracteurs) du code, Yingluck Shinawatra choisit de ne pas le modifier, mais s'engage à veiller à l'éthique de son usage.

Le 23 septembre, la Thaïlande et le Cambodge se mettent d'accord pour retirer leurs troupes de la zone du temple de Preah Vihear conformément à la décision de la Cour internationale de justice. Les deux pays reprennent également les négociations, suspendues depuis 2001, concernant un projet d'exploitation de pétrole et de gaz dans une zone maritime située dans le golfe de Thaïlande qui fait l'objet de revendications concurrentes de la part des deux pays. Le 16 septembre 2011, Yingluck Shinawatra effectue une visite officielle au Laos en vue de resserrer les relations d'amitié et de coopération entre les deux pays. Du 13 au 15 mai 2012, le Bahreïn est la première destination officielle de Yingluck Shinawatra au Moyen-Orient, reçue en audience par le roi Hamed ben Issa al-Khalifa et le cheikh Salman bin Hamad bin Isa al-Khalifa avant d'assister à une réunion avec le prince Salman bin Khalifa al-Khalifa. Elle se rend ensuite au Qatar ou elle rencontre en audience l’émir Hamad bin Khalifa al-Thani avant de participer à une réunion avec le Premier ministre Cheikh Hamad ben Jassem Al Thani.

Contestations de 2013-2014[modifier | modifier le code]

En novembre 2013, accusée d'être la marionnette politique de son frère, toujours en exil, elle est la cible de manifestations de l'opposition (urbaine et royaliste, alors que Yingluck est soutenue par les paysans ruraux) qui demandent sa démission, alors qu'est envisagé un projet d'amnistie pouvant faciliter le retour de Thaksin en Thaïlande[19]. Même si des milliers de manifestants réussissent à envahir le siège du gouvernement, cette action n'est pas considérée comme une victoire politique, alors qu'une trêve a lieu pour célébrer les 86 ans du roi Bhumitbol et que l'armée refuse de prendre position[20]. Elle décide finalement de dissoudre le Parlement et d'organiser des élections législatives anticipées, qui se tiennent le 2 février 2014[21].

Affaire de corruption[modifier | modifier le code]

Après son témoignage recueilli le 6 mai 2014 devant la Cour Constitutionnelle[22] dans une affaire de corruption et d'abus de pouvoir l'accusant, le verdict est rendu le 7 mai : la cour prononce sa destitution[23]. Le ministre du Commerce, également vice-Premier ministre, Niwattumrong Boonsongpaisan, a été nommé Premier ministre par intérim.

Après le coup d'État de mai 2014, Yingluck Shinawatra est placée en détention avec sa sœur et son beau-frère[24]. Elle est libérée quelques jours plus tard et bien que devant comparaître devant la commission nationale anti-corruption (NACC), elle est autorisée à se rendre en France en juillet où elle retrouve son frère Thaksin Shinawatra[25]. Elle retourne en Thaïlande le 10 août 2014[26]. Le 23 janvier 2015, elle est interdite de politique pour cinq ans à la suite d'un vote à l'Assemblée nationale à son encontre ; elle risque par ailleurs dix ans de prison à la suite d'une enquête pour corruption concernant un programme de subvention aux riziculteurs[27].

Le 23 août 2017, elle quitte la Thaïlande pour échapper à son procès[28]. Le 27 septembre suivant, elle est condamnée à cinq ans de prison par contumace[29]. Depuis sa fuite, elle est aperçue dans plusieurs capitales mondiales (Londres, Dubaï, Hong Kong). En août 2018, la Thaïlande effectue une demande d'extradition de Shinawatra à la Grande-Bretagne[30]. En janvier 2019, la presse apprend qu'elle utilise un passeport cambodgien pour ses déplacements internationaux et qu'elle serait la présidente d'une société portuaire chinoise en lien avec l'empire de son frère[31]. En août 2019, elle obtient la nationalité serbe, ce qui lui permet de voyager dans plus de 100 pays sans visa[32],[33].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en thai retranscrite selon la norme API
  2. (en) « Pheu Thai picks Yingluck for PM »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Bangkok Post, (consulté le 7 mai 2014).
  3. (en) Seth Mydans, « Candidate in Thailand Follows Path of Kin », sur New York Times, (consulté le 7 mai 2014).
  4. Eugénie Mérieau, Les Thaïlandais Lignes de vie d'un peuple, HD ateliers henry dougier, , 160 p. (ISBN 979-10-312-0445-1), p. Chapitre 2 : Business et politique, une affaire de famille / Portrait des Shinawatra page 49 et 50
  5. « เส้นทางชีวิตผู้หญิงแกร่ง ยิ่งลักษณ์ ชินวัตร »,‎ (consulté le 7 mai 2014).
  6. (en) « Photo Release: Manulife Thailand is honored to receive the prestigious Prime Minister's Insurance Award for the third consecutive year », (consulté le 7 mai 2014).
  7. (en) « Profile Yingluck Shinawatra, Thailand's 1st female prime minister », sur CBC, (consulté le 7 mai 2014).
  8. (en) « Thai premier banned from politics, ruling party dissolved: court »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Bangkok, (consulté le 7 mai 2014).
  9. « ก๊ก"มิ่งขวัญ"ขวาง"ยิ่งลักษณ์"นั่งหัวหน้า พท. อ้าง"ผู้จัดการอำนาจ"ไม่ปลื้มนามสกุล"ชินวัตร" », Matichon Online, Bangkok,‎ .
  10. (en) Daniel Ten Kate, « Sister of Fugitive Ex-Premier Thaksin Chosen as Leader of Opposition Party », Bloomberg L.P., Bangkok,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2011).
  11. (en) James Hookway, « New Thai Candidacy », The Wall Street Journal, Bangkok,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mai 2011).
  12. (en) « Yingluck Shinawatra opposition leads Thai exit polls », sur BBC News, (consulté le 5 juillet 2011).
  13. (fr) « La nouvelle premier ministre thaïlandaise prend ses fonctions », sur Vietnamplus.vn (consulté le 9 août 2011).
  14. (en) « Yingluck elected prime minister »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Bangkok Post, (consulté le 2 août 2011).
  15. (en) « 296 favoured Yingluck's premiership, 197 abstained. », sur Nation Channel, (consulté le 8 mai 2012).
  16. (en) Bhumibol Adulyadej, Proclamation on Appointment of the Prime Minister dated August 5, 2011, sur Wikisource.
  17. (en) « New cabinet set up. », sur Thairath, (consulté le 9 août 2011).
  18. (en) « Thai PM Yingluck probed over 'corrupt rice subsidy scheme' », sur BBC, (consulté le 7 mai 2014).
  19. (fr) Sébastien Falletti, « La Thaïlande s'enferme dans l'épreuve de force politique », in Le Figaro, samedi 30 novembre / dimanche 1er décembre 2013, page 9.
  20. (fr) Sébastien Falletti, « La Thaïlande dans l'impasse politique », in Le Figaro, mercredi 4 décembre 2013, page 9.
  21. (fr) « Du sang et des larmes à Bangkok », in Le Figaro Magazine, semaine du 13 décembre 2013, page 26.
  22. (fr) « La première ministre thaïlandaise devant la justice », sur Le Monde asie-pacifique, (consulté le 7 mai 2014).
  23. (fr) « Yingluck Shinawatra destituée pour abus de pouvoir », sur Libération.fr, (consulté le 7 mai 2014).
  24. « Thaïlande : la junte détient l'ex-première ministre », Le Figaro, samedi 24 / dimanche 25 mai 2014, page 10.
  25. (en) « Yingluck, Thaksin reunite in Paris », sur Bangkok post, .
  26. (en) « She's back: Yingluck returns on schedule », sur Bangkok post, .
  27. « Thaïlande: la Première ministre déchue interdite de politique et menacée de prison », ladepeche.fr, 23 janvier 2015.
  28. « Procès Yingluck Shinawatra: l’ex-Première ministre a quitté la Thaïlande », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2017)
  29. « Thaïlande : l'ex-Première ministre condamnée à cinq ans de prison par contumace », europe1.fr, 27 septembre 2017.
  30. « La Thaïlande demande à Londres d'extrader Yingluck Shinawatra », sur Lepetitjournal.com,
  31. « A Hong Kong, Yingluck Shinawatra utilise un passeport cambodgien », sur Lepetitjournal.com,
  32. « L'ex-PM Yingluck Shinawatra obtient la nationalité serbe », sur Lepetitjournal.com,
  33. (en) Richard C. Paddock et Alisa Dogramadzieva, « Thailand’s Former Leader, in Exile and Wanted at Home, Gets Serbian Citizenship », sur Nytimes.com,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]