Scarabée girafe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les coléoptères
Cet article est une ébauche concernant les coléoptères.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Trachelophorus giraffa
Description de cette image, également commentée ci-après

Scarabée girafe femelle

Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Classe Insecta
Ordre Coleoptera
Famille Attelabidae
Genre Trachelophorus

Nom binominal

Trachelophorus giraffa
(Jekel, 1860)

Le scarabée girafe (Trachelophorus giraffa Voss, 1929) est un coléoptère à long cou famille des Attelabidae. Le cou des mâles est plus grand que celui des femelles, pouvant atteindre une taille presque trois fois supérieure à celui de ces dernières[1]. C'est une espèce endémique de Madagascar.

Apparence[modifier | modifier le code]

Le scarabée girafe est un coléoptère de quelques centimètres (15-25mm pour un mâle, 12-55mm pour une femelle) avec pour particularité de posséder un cou particulièrement long, pourvu d'une unique charnière, qui lui a valu son nom. Ce cou disproportionné lui sert à combattre lors de véritables joutes pour une femelle[2]. Sa taille variant selon le sexe du scarabée marque un dimorphisme sexuel très présent.

Ses élytres sont rouges vives et son corps noir brillant.

Le mal nommé[modifier | modifier le code]

Le scarabée girafe est en réalité une espèce de charançon. On devrait l'appeler « charançon girafe ».

Notons que le nom anglais de l'animal, giraffe weevil (littéralement traduit par "charançon girafe"), corrige cette faute de nomination.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le scarabée girafe se nourrit de feuilles de melastome, plus précisément de Dichaetanthera cordifolia et Dichaetanthera arborea.

Les mêmes feuilles seront utilisées par la femelle lorsqu'elle construit un nid pour son œuf (voir Protection des petits).

Le scarabée girafe est exclusivement herbivore et n'attaque aucun autre animal. Étonnamment, lui même n'aurait apparemment aucun prédateur.[1]

Protection des petits[modifier | modifier le code]

La femelle construit un nid avec la feuille d'un petit arbre (Dichaetanthera cordifolia) incisée à moitié et qu'elle enroule sur elle-même grâce à ses pattes puissantes. En incisant la feuille sur sa longueur à des endroits stratégiques et en l'entaillant en petites encoches sur les bords, elle créer une sorte de "fermeture Éclair" pour maintenir l'édifice en place, en plus de faciliter le travail de pliage[2],[3]. Elle pond ensuite son œuf unique en le déposant à l'intérieur du tube formé par la feuille.

Pendant qu'elle s'affaire, le futur père tourne autour de la femelle pour écarter tout autre potentiel concurrents[3] et chasser de petits arthropodes parasites qui pourraient pénétrer dans le nid[2].

Dès que le nid est terminé, la femelle y dépose un œuf unique avant de le refermer définitivement et de couper la tige de la feuille utilisée, laissant l'ouvrage tomber au sol où la larve se développera jusqu'à l'âge adulte. Chacun des nids créés par chacune des femelles semble avoir sa propre, unique apparence.

On soupçonne de petits insectes de dévorer les œufs au sein même de leur nid au sol, poussant le mâle à monter la garde autour de sa progéniture autant que nécessaire, mais cela n'est pas encore prouvé.[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « The Remarkable Giraffe Weevil of Madagascar » (consulté le 17 septembre 2016)
  2. a, b et c BBC, « Bizarre Giraffe-Necked Weevils Fight for a Mate - Madagascar, Preview - BBC Two »,‎ (consulté le 17 septembre 2016)
  3. a et b (en) Patrice Bouchard, The book of beetles. A lifesize to six hundred of nature's gems, The Ivy Press Limited, , 655 p. (ISBN 978-2-603-02169-9), p. 593

Sur les autres projets Wikimedia :