Savages (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Savages.
Savages
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Post-punk, noise rock, rock alternatif
Années actives Depuis 2011
Labels Pop Noire, Matador Records
Site officiel www.savagesband.com
Composition du groupe
Membres Jehnny Beth
Gemma Thompson
Ayse Hassan
Fay Milton

Savages est un groupe de post-punk britannique, originaire de Londres. Leur premier album, Silence Yourself, est publié en mai 2013 chez Matador Records. Leur deuxième album, Adore Life, est publié le 22 janvier 2016[1]. Les deux albums sont nommés pour un Mercury Prize, en 2013 et 2016 respectivement[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le groupe se forme en octobre 2011[4] et fait ses premières armes sur la scène londonienne[5]. La guitariste Gemma Thompson avait discuté préalablement de l'idée avec la chanteuse Jehnny Beth, pendant presque un an, et a suggéré le nom du groupe[6]. Ce nom de groupe serait une réminiscence de l’œuvre de William Golding Sa Majesté des mouches[6].

Leur premier concert a lieu en janvier 2012[7] en ouverture du groupe British Sea Power[4]. Leur manager, John Best, est aussi celui des Sigur Ros[8]. En juin 2012, un premier single regroupe deux titres Flying to Berlin et Husbands[4], sur le label Pop Noire, fondé par Jehnny Beth et Johnny Hostile[9]. The Guardian les compare aux premiers albums des groupes Public Image Ltd, Magazine, Siouxsie and the Banshees et Joy Division[7]. Citant aussi les Allemands Einstürzende Neubauten[10], le groupe exprime son intérêt pour ces groupes en interview et ajoute : « Nous écoutons énormément de musique [...] nos influences sont masculines et féminines à égale mesure[11]. » Pour autant, leur son n'est pas nostalgique. Ses membres veulent secouer « la léthargie » du rock actuel, « poseur, verbeux, inefficace », elles veulent «atteindre le spectateur, le réveiller, quitte à le brutaliser.»[9].

En octobre 2012, leur concert au CMJ Music Marathon à New York reçoit un accueil favorable[12]. Le 9 décembre, elles sont nominées par la BBC comme Sound of 2013[13].

En 2013, elles jouent à quelques jours d'intervalle, en Californie au Coachella Music and Arts Festival, ainsi qu'en France, au Printemps de Bourges, avec, dans les deux cas, de bonnes critiques[14],[15]. En mai, elles sortent leur premier album Silence Yourself[16],[17], et se produisent au Primavera Sound Festival à Barcelone, puis en août 2013, au festival Rock en Seine, près de Paris[18].

Le groupe sort son second album Adore Life en janvier 2016. Jenny Beth annonce en décembre 2016 l'intention du groupe de faire une pause pour permettre à ses membres de se consacrer à des projets solo[19]. Après sa participation au film de Catherine Corsini, "Un amour impossible", Jehnny Beth confirme l'enregistrement en cours d'un album solo, sans qu'aucune date de sortie ne soit encore annoncée[20]. Elle a par ailleurs annoncé travailler à un projet avec Bobby Gillespie, leader de Primal Scream[21].

En mai 2019, accompagnée de son partenaire Johnny Hostile, Jhenny Beth contribue à la bande originale du documentaire consacré à Chelsea Manning, XY Manning, avec le single Let it out[22].

Membres[modifier | modifier le code]

La chanteuse Jehnny Beth est le nom de scène de Camille Berthomier. Celle-ci débute au cinéma en 2005 dans À travers la forêt, un film de Jean-Paul Civeyrac pour lequel elle sera pré-nommée au César du meilleur espoir féminin. Comme musicienne, Jehnny Beth joue dans un premier groupe Motel de 2003 à 2005 avant de former avec Nicolas Congé (alias Johnny Hostile) le duo de rock indépendant John & Jehn de 2006 à 2010. John & Jehn vont enregistrer ensemble deux albums studio[23],[5].

La guitariste de Savages, Gemma Thompson[5], a suivi une formation pour être pilote de ligne[4] avant de se tourner vers la musique. Les autres membres du groupe sont la bassiste Ayse Hassan[5] et la batteuse Fay Milton, cette dernière avait travaillé précédemment 6 mois dans une institution psychiatrique[4].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Barry Nicolson, « Savages - 'Adore Life' Review », NME, (consulté le 31 mars 2016).
  2. (en) Nick Clark, « Mercury Prize 2013: List of nominees in full », The Independent, (consulté le 11 septembre 2013).
  3. (en) « Mercury Prize 2016: David Bowie gets posthumous nomination », BBC (consulté le 5 août 2016).
  4. a b c d et e NME 5 juin 2012
  5. a b c et d The Observer 29 juillet 2012
  6. a et b Pitchfork 22 mai 2012.
  7. a et b The Guardian 25 mai 2012.
  8. New York Times 15 octobre 2012.
  9. a et b Libération 15 février 2013
  10. The Guardian 6 mai 2013.
  11. (en) Gleeson, Sinead. "Savages : Where the Wild Things Are". The Irish Times. 10 mai 2013, (consulté le 12 octobre 2015).
  12. Village Voice 24 octobre 2012
  13. Nomination au Sound of... 2013
  14. The Guardian 14 avril 2013
  15. Libération 22 avril 2013
  16. Pitchfork 19 mars 2013
  17. Spin 6 mai 2013
  18. Siclier 2013.
  19. (en-US) « Savages' Jehnny Beth says band are "going to take a break" », NME,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2018)
  20. « La double vie de l'actrice Jehnny Beth », sur FIGARO, (consulté le 10 avril 2019)
  21. (en-US) Andrew Trendell, « Savages' Jehnny Beth talks to us about Gorillaz at the BRITs 2018 - and her upcoming solo album », sur NME, (consulté le 10 avril 2019)
  22. (en) « Savages’ Jehnny Beth Shares New Song From Chelsea Manning Documentary: Listen », sur Pitchfork (consulté le 15 mai 2019)
  23. Metro 5 mai 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de journaux[modifier | modifier le code]

  • « Savages // “Live Pop Noire Night” », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  • (en) Laura Snapes, « Savages: a post-punk act from London that thrives off of violence and twisted desire », Pitchfork,‎ (lire en ligne).
  • (en) Paul Lester, « New band of the day: Savages (No 1,276) », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  • (en) Emily Mackay, « Radar Band Of The Week No:91 - Savages », NME,‎ (lire en ligne).
  • (en) Kate Mossman, « Savages/Palma Violets – review », The Observer,‎ (lire en ligne).
  • (en) McKinley Jr, « Six Hopefuls Worth Watching at the CMJ Music Marathon », New York Times,‎ (lire en ligne).
  • (en) Michael Alan Goldberg, « Don't Miss These Bands At CMJ », Village Voice,‎ (lire en ligne).
  • Elvire von Bardeleben, « Espèce de Savages ! », Libération,‎ (lire en ligne).
  • (en) Pelly Jenn, « Listen: New Savages Track "She Will", From Debut Album Silence Yourself, Coming on Matador Records », Pitchfork,‎ (lire en ligne).
  • Géraldine Sarratia, « Edito : sauvageonnes de Savages », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  • (en) Tim Jonze, « Coachella festival 2013 day two: Phoenix, Hot Chip and Savages - review », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  • Mathilde Carton, « Printemps de Bourges, noir magnétique », Libération,‎ (lire en ligne).
  • « Cinq bonnes raisons d'adopter les rockeuses de Savages », Metro,‎ (lire en ligne).
  • (en) Stephanie Benson, « Savages, ‘Silence Yourself’ », Spin,‎ (lire en ligne).
  • (en) Rebecca Nicholson, « Savages: 'It's about trying not to treat the audience like idiots' », The Guardian,‎ (lire en ligne);
  • Sylvain Siclier, « Le rock sérieux de Savages, la pop radieuse de Belle and Sebastian », Le Monde,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]