Satoshi Ishii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Satoshi Ishii Pix.gif
Ishii Satoshi 2008.jpg

Satoshi Ishii lors des championnats toutes catégories du Japon 2008
Contexte général
Sport Judo (+ 100 kg, poids lourds), combat libre
Période active En activité
Biographie
Nationalité sportive Japonaise
Naissance
Lieu de naissance Ibaraki
Taille 181cm
Poids de forme 110kg
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 1 0 0
Jeux d'Asie 0 1 0

Satoshi Ishii, né le à Ibaraki, est un judoka japonais évoluant dans la catégorie des plus de 100 kg (poids lourds). Il a été champion olympique des poids lourds en 2008 à Pékin.

En 2009, il met un terme à sa carrière de judoka, et se reconvertit dans le combat libre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Judo[modifier | modifier le code]

Titré champion du Japon junior en moins de 100 kg en septembre 2004, Satoshi Ishii remporte successivement les titres de champion d'Asie et de champion du monde juniors dans le mois qui suit. Encore âgé de 17 ans, il remporte deux tournois majeurs avant la fin de l'année  : la coupe Kodokan et le tournoi de Corée du Sud.

L'année suivante, le judoka effectue une première tournée en Europe en obtenant deux podiums aux tournois de Paris et de Budapest, ce quelque temps après avoir pris la troisième place lors de la coupe Jigoro Kano. En 2006 et 2007, il multiplie les podiums et victoires lors des principaux tournois asiatiques, en particulier japonais comme la coupe Kano ou les championnats du Japon. En avril 2006, Ishii bouscule même la hiérarchie nationale à l'occasion des prestigieux championnats toutes catégories du Japon. En finale, il bat le champion olympique des poids lourds Keiji Suzuki et devient le plus jeune vainqueur du tournoi à 19 ans et 4 mois. L'ancien record de précocité était détenu par Yasuhiro Yamashita, champion olympique et quadruple champion du monde au tournant des années 1970–1980.

En 2007 et 2008, le judoka prépare idéalement les Jeux olympiques prévus à Pékin en gagnant la coupe Kano, le tournoi de Vienne en Autriche puis les championnats toutes catégories du Japon organisés à Tokyo. C'est au cours de cette dernière compétition que le Nippon obtient sa sélection pour les Jeux olympiques au profit d'une victoire face à de nombreux prétendants aux riches palmarès. En effet, combattaient Kosei Inoue (champion olympique des mi-lourds en 2000 et triple champion du monde), Yasuyuki Muneta (double champion du monde) ou encore Yohei Takai (en) (médaillé mondial, vainqueur de la coupe Jigoro Kano). À la surprise des observateurs[1], Ishii remporte tous ces combats jusqu'en finale où il domine Keiji Suzuki. Ce tournoi marque la fin de la carrière de Kosei Inoue qui avait tout misé sur celui-ci pour la terminer par une ultime participation olympique.

Lors du tournoi olympique, le Japonais remporte facilement ses deux premiers tours par ippon avant la moitié du combat. En quarts de finale, il élimine un adversaire renommé, le Russe Tamerlan Tmenov, double médaillé olympique et vice-champion du monde en titre. En finale de tableau, il se qualifie pour la grande finale face au Géorgien Lasha Gujejiani en inscrivant ippon dans les toutes dernières secondes de combat. En finale, il est opposé à l'Ouzbek Abdullo Tangriev, vainqueur notamment du champion du monde en titre, le Français Teddy Riner. Au terme des cinq minutes de combat, le Japonais remporte la médaille d'or grâce à un yuko d'avance. Il devient alors le quatrième champion olympique japonais de l'histoire chez les poids lourds.

En novembre 2008, Ishii a annoncé qu'il prenait sa retraite du judo à 21 ans, suscitant une controverse au Japon. Il a demandé l'avis du 14e dalaï-lama en visite au Japon, qui lui a répondu : « Vous pouvez échanger des idées avec d'autres, mais à la fin, vous devez fonder votre décision sur votre propre expérience, puis décider[2]. »

Parcours en MMA[modifier | modifier le code]

Après son titre olympique en 2008, Satoshi Ishii fait part de son envie de quitter la compétition en judo pour continuer dans le monde des arts martiaux mixtes (MMA)[3]. Il déclare alors vouloir affronter l'ancien champion des poids lourds du Pride FC, Fedor Emelianenko, combattant reconnu et populaire au Japon[4]. Des rumeurs annoncent d'abord ses débuts lors de l'événement de fin d'année Dynamite!! 2008 coorganisé par les organisations japonaises du K-1 et du Dream[5].

Cependant, Ishii décide de tenter un début de carrière aux États-Unis, au sein l'Ultimate Fighting Championship (UFC), plus importante promotion mondiale de MMA. Dans ce but, il intègre alors l'équipe American Top Team (ATT) en Floride, en mars 2009[6]. Au cours de l'année, il voyage aussi au Brésil afin de s'entrainer avec le karatéka et combattant de l'UFC, Lyoto Machida[7]. Les négociations avec l'organisation américaine n'aboutissent finalement pas et le champion de judo signe bientôt avec la fédération japonaise World Victory Road (WVR)[8].

Pour ses débuts à la compétition, Ishii est alors programmé face à un autre champion olympique japonais de judo et ancien combattant du Pride FC, en la personne de Hidehiko Yoshida. L'affrontement est alors planifié pour le 31 décembre 2009 en vedette d'un gala tenu par la WVR[9]. Cette soirée est toutefois annulée, avant d'être remplacée par l'événement Dynamite!! 2009 organisé en association avec le K-1 et le Dream[10]. Les deux judokas choisissent de combattre debout et c'est d'abord l'expérimenté Yoshinda qui marque le plus dans le premier round. Ishii se reprend dans la deuxième reprise, mais un coup de genou à l'aine lui vaut une déduction d'un point. Malgré un troisième round à son avantage, Ishii s'incline par décision unanime pour son premier combat en MMA[11].

Après cette défaite, Satoshi Ishii part s'entrainer notamment à Hawaï, au Hawaii Martial arts Center (HMC). Il participe sur l'île à deux combats d'exhibition avec la promotion locale du X-1. Le premier match l'oppose à Sasae Paogofie le 20 mars 2010[12], et il remporte cette fois-ci la victoire par clé de bras dès le premier round.

Ishii participe le 15 mai 2010, en Nouvelle-Zélande, à un programme opposant combattants locaux et japonais tenue par la promotion X-plosion. Il y affronte Tafa Misipati, un champion du pays en kick-boxing[13], qu'il soumet là encore par clé de bras au premier round.

Son second combat d'exhibition à Hawaï, le 4 juin 2010, face à Myles Tynanes, se conclut lui encore dès la première reprise. Après avoir dominé les débats, le Japonais assomme son adversaire dans les dernières secondes du round. Pour finaliser le combat, il continue à enchainer les coups sur son adversaire au sol mais ne semble plus vouloir s'arrêter alors que l'arbitre intervient finalement. Il perd donc d'abord par disqualification[14], avant que le X-1 ne décide de classer l'affrontement sans décision, estimant que l'arbitre avait mis trop de temps à réagir pour interrompre le match[15].

Satoshi Ishii continue son parcours face à Ikuhisa Minowa, un adversaire moins imposant, dans un combat à poids libre lors de la soirée Dream 16 du 25 septembre 2010[16]. Le judoka contrôle le match en envoyant au sol son adversaire à plusieurs reprises et remporte la victoire par décision unanime aux termes des deux rounds du combat[17].

Il remporte ensuite ses deux combat suivants.

Le 23 août 2014, Satoshi Ishii doit défendre pour la première fois son titre de l'IGF face au combattant reconnu et vétéran du Pride FC, Mirko Filipović[18]. Un coup de coude du Croate ouvre Ishii au crane lors de ce match à l'IGF 2. La blessure empire au cours du combat et après plusieurs contrôles médicaux, l'arbitre déclare Ishii inapte à continuer au milieu du second round. Le Japonais perd alors sa ceinture par TKO[19].

Palmarès en judo[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques 
Jeux olympiques de 2008 à Pékin (Chine) : Or Médaille d'or en plus de 100 kg (poids lourds).
Autres compétitions
  • Jeux d'Asie 2006 :
    • Argent Médaille d'argent en -100kg à Doha.
  • Principaux tournois :
  • National :
    • 2 podiums aux championnats toutes catégories du Japon (1er en 2006 et 2008).
  • Juniors :
  • Universitaires :
    • Or Vainqueur de l'universiade 2007 en plus de 100 kg.

Palmarès en MMA[modifier | modifier le code]

Résultat Record Adversaire Méthode Événement Date Round Temps Lieu Notes
Défaite 4-2 Drapeau de la Russie Fedor Emelianenko KO (coup de poing) Dream NYE 2011 2011-12-3131 décembre 2011 1 3:35 Tokyo, Japon
Victoire 4-1 Drapeau de la France Jérôme Le Banner Décision unanime Dream Dynamite 2010-12-3131 décembre 2010 3 5:00 Tokyo, Japon
Victoire 3-1 Drapeau du Japon Katsuyori Shibata Soumission (kimura) K-1 World MAX 2010 2010-11-088 novembre 2010 1 3:30 Tokyo, Japon
Victoire 2-1 Drapeau du Japon Ikuhisa Minowa Décision unanime Dream 16 2010-09-2525 septembre 2010 2 5:00 Nagoya, Japon
Victoire 1-1 Drapeau de l'Australie Tafa Misipati Soumission (clé de bras) X-plosion: New Zealand vs. Japan 2010-05-1515 mai 2010 1 2:42 Auckland, Nouvelle-Zélande
Défaite 0-1 Drapeau du Japon Hidehiko Yoshida Décision unanime Dynamite!! 2009 2009-12-3131 décembre 2009 3 5:00 Tokyo, Japon

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trois questions à Kenzo Nakamura, sur alljudo.com. Consulté le 18 août 2008.
  2. Japon: une star du judo indécise fait appel aux lumières du dalaï lama
  3. (en) « Judo Gold Medalist Satoshi Ishii Makes Shift to MMA Official », sur Fight Network,‎ (consulté le 29 septembre 2015).
  4. (en) Steve Barry, « 2008 Olympic Gold Medalist Satoshi Ishii Calls Out Fedor », sur MMA Convert,‎ (consulté le 29 septembre 2015).
  5. (en) Zach Arnold, « Report: Satoshi Ishii to make MMA debut at Dynamite », sur FightOpinion,‎ (consulté le 29 septembre 2015).
  6. (en) Stefan Manojlovic, « Olympic Judo gold medalist Satoshi Ishi headed for American Top Team », sur MMA Mania,‎ (consulté le 8 janvier 2016).
  7. (en) MMA Fighting, « Satoshi Ishii trains at Machida Dojo », sur MMA Fighting,‎ (consulté le 8 janvier 2016).
  8. (en) Jordan Breen, « Ishii Signs with Sengoku », sur Sherdog,‎ (consulté le 8 janvier 2016).
  9. (en) Chris Nelson, « Satoshi Ishii to Make MMA Debut Against Hidehiko Yoshida », sur Bloody Elbow,‎ (consulté le 8 janvier 2016).
  10. (en) Chris Nelson, « Sengoku's New Year's Eve Plans Scrapped, Possible Co-Promotion with FEG in the Works », sur Bloody Elbow,‎ (consulté le 8 janvier 2016).
  11. (en) John Morgan, « Yoshida outlasts Ishii; Aoki classless in win at "Dynamite!! 2009: DREAM vs. WVR" », sur MMAjunkie,‎ (consulté le 8 janvier 2016).
  12. (en) Dayton Morinaga, « Pro MMA cards have become a rarity », sur The Honolulu Advertiser,‎ (consulté le 8 janvier 2016).
  13. (en) Richard Mann, « Satoshi Ishii to return against Tafa Misipati in New Zealand », sur ADCC News,‎ (consulté le 15 janvier 2016).
  14. (en) James Meinhardt, « Ishii Disqualified in X-1 Exhibition; Clay Submits Wolff », sur Sherdog,‎ (consulté le 8 janvier 2016).
  15. (en) « Weekend MMA recap: Filho wins at heavyweight, Ishii DQ'd, "Krazy Horse" loses », sur MMAjunkie,‎ (consulté le 8 janvier 2016).
  16. (en) Daniel Herbertson, « Ikuhisa Minowa to Face Satoshi Ishii at DREAM.16 », sur MMA Fighting,‎ (consulté le 15 janvier 2016).
  17. (en) Robert Sargent, « Dream.16 Live Play-By-Play & Results », sur MMARising,‎ (consulté le 15 janvier 2016).
  18. (en) James Goyder, « Mirko Cro Cop to Fight Satoshi Ishii in MMA Bout at IGF in Japan », sur MMAWeekly,‎ (consulté le 26 juin 2015).
  19. (en) Chris Nelson, « Mirko ‘Cro Cop’ Slices Satoshi Ishii, ‘Minowaman’ Falls at Inoki Genome Fight 2 », sur Sherdog,‎ (consulté le 26 juin 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :