Sangoen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sangoen

Définition
Lieu éponyme Sango Bay (Ouganda)
Auteur 1920
Caractéristiques
Répartition géographique Afrique de l'Ouest, centrale, orientale, et australe
Période Paléolithique moyen
Chronologie 300 000 à 200 000 ans
Type humain associé Homo sapiens

Le Sangoen est une industrie lithique préhistorique attestée dans une grande partie de l'Afrique subsaharienne, allant de l'Afrique de l'Ouest à l'Afrique orientale et australe[1]. Le Sangoen fait suite à l'Acheuléen supérieur et fait partie du Paléolithique moyen d'Afrique, autrement appelé Middle Stone Age.

Site type[modifier | modifier le code]

Le Sangoen tire son nom du site de Sango Bay, sur la rive ouest du lac Victoria, en Ouganda[2], où cette industrie fut découverte pour la première fois en 1920.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Sangoen est caractérisé par de gros outils façonnés de type pic ou hache, souvent à section triangulaire, mais aussi par des outils plus petits, tels que des grattoirs[2].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Les sites sangoens sont pour la plupart assez mal datés, mais on constate dans la stratigraphie de plusieurs sites africains que l'industrie sangoenne succède à l'Acheuléen tout en précédant d'autres industries du Paléolithique moyen d'Afrique[2]. Cette position stratigraphique pourrait situer le Sangoen entre 300 000 et 200 000 ans avant le présent[1].

Sites attribués au Sangoen[modifier | modifier le code]

Outre le site éponyme de Sango Bay, on trouve aussi en Ouganda le site de la rivière Kagera.

Le site des Chutes de Kalambo, en Zambie, près de la frontière avec la Tanzanie, a livré une importante industrie sangoenne dans une séquence stratigraphique bien préservée.

On trouve aussi des sites sangoens notamment au Ghana, au Nigeria, au Kenya, au Congo, en Angola, et au Zimbabwe. Le Sangoen a longtemps été interprété comme une adaptation au milieu forestier, mais cette hypothèse est aujourd'hui remise en question depuis la découverte de Sangoen dans de nombreux types d'environnement[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) David W. Phillipson, African archaeology, Cambridge University Press, 2005, p.81, lire en ligne
  2. a b et c (en) Bernard Wood, Wiley-Blackwell Encyclopedia of Human Evolution, Wiley-Blackwell, (ISBN 9781118650998, DOI 10.1002/9781444342499)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cornelissen E. (1995), « Indications du Post-Acheuléen (Sangoen) dans la formation Kapthurin, Baringo, Kenya », L'Anthropologie, t. 99, no 1, p. 55-73.
  • McBrearty S. (1987), « Une évaluation du Sangoen : son âge, son environnement et son rapport avec l'origine de l'Homo sapiens », L'Anthropologie, t. 91, no 2, p. 497-510.
  • Phillipson David W. (1988), « Sangoen », in : Dictionnaire de la Préhistoire, André Leroi-Gourhan, éd. PUF, p. 984.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]