Lekié (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lekié.
Lekié
Lekié (département)
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Centre
Préfecture Monatélé
Démographie
Population 354 854 hab. (2001 [réf. nécessaire].)
Densité 119 hab./km2
Géographie
Superficie 298 900 ha = 2 989 km2
Subdivisions
Arrondissements 9
Communes 9

La Lekié est un département de la région du Centre du Cameroun, nommé d'après le fleuve Lekié. Son chef-lieu est Monatélé.

Démographie[modifier | modifier le code]

Il est peuplé par les Étons (à plus de 80%), les Manguissas,et d'autres petites tribus comme les Elendés, les Tsingas, les Emombo, les Batchenga, etc. Ces peuples sont principalement agricoles et produisent 60 à 70 % des vivres vendus sur le marché de la capitale politique Yaoundé. Ceci est avantagé par sa proximité à la capitale. Les deux ethnies principales que sont les Etons et les Manguissas, comptent plus de 500 000 habitants dont plus du cinquième de la population de la région du centre. Bernard Delpech parle de 250 000 habitants en 1985 dans le département [1]. Étant donné le taux de croissance de la population camerounaise qui est de l'ordre de 2,1 %[2] - 2,6 %[3], et d'après le chiffre avancé par Bernard Delpech, le nombre d'Etons et de Manguissas a probablement dépassé les 500 000 âmes en 2016. Notons par ailleurs que d'après l'annuaire statistique du Cameroun, la population Eton se chiffrait, à environ 400 000 âmes, réparties dans le département en 2004 [4]. En y appliquant le taux de croissance de la population camerounaise, on trouve un résultat similaire à la projection précédente obtenue à partir des données de Bernard Delpech.

Économie[modifier | modifier le code]

Limitrophe des départements du Mbam et du Mfoundi, la Lekié est le deuxième grand producteur de cacao du Cameroun. Hier premier producteur, elle s’est vue ravir cette place par les départements du Mbam. Les cultures dites de rente devenant moins en moins rentables, les agriculteurs de la Lekié s’activent plus à la production des cultures maraîchères porteuses de plus de revenus.

Administratif[modifier | modifier le code]

Comme tout département au Cameroun, la Lékié se trouve sous l'autorité immédiate d'un préfet.

Arrondissements[modifier | modifier le code]

Le département compte 9 arrondissements[5] :

Communes[modifier | modifier le code]

Le département est découpé en 9 communes[6] :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Delpech, « Jeunesse et société Eton du Cameroun du Sud », in Cahiers de l'ORSTOM, série Sciences humaines, vol. 21, no 2-3, 1985, p. 261, [lire en ligne]
  2. CIA : https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/cm.html
  3. Institut National de la Statistique du Cameroun: http://www.statistics-cameroon.org/news.php?id=18
  4. Annuaire statistique du Cameroun 2004
  5. Annuaire statistique du Cameroun. Recueil des séries d’informations statistiques sur les activités économiques, sociales, politiques et culturelles du pays jusqu’en 2013, édition 2013, p. 39
  6. Annuaire statistique du Cameroun, op. cit., 2013, p. 37

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Valérie Bouloudani et Jean-Claude Ngando, Une analyse socio-économique de la situation de la Lekié et de ses flux migratoires vers Yaoundé et le Mbam (Cameroun), Université Grenoble 2, 1999, 167 p. (mémoire de maîtrise en Économie du développpement)
  • Dictionnaire des villages de la Lekié, Centre ORSTOM de Yaoundé, mars 1966, 75 p.
  • (en) Richard Harvey Goldman, Structure of cocoa farms in the Lekie Division, Cameroon: a physical and financial evaluation, Cornell University, Aug., 1975, 300 p. (thèse)
  • Vannie Kouamou Djounguep, L'appropriation foncière des femmes au Cameroun : le cas de la Lékié, Éditions universitaires europeennes EUE, 2014, 124 p. (ISBN 9783841735416)

Liens externes[modifier | modifier le code]