Cette page est semi-protégée.

Samir Kuntar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les contributeurs sont tenus de ne pas participer à une guerre d’édition sous peine de blocage.

Cette page a subi récemment une guerre d’édition au cours de laquelle plusieurs contributeurs ont mutuellement annulé leurs modifications respectives. Ce comportement non collaboratif est proscrit par la règle dite des trois révocations. En cas de désaccord, un consensus sur la page de discussion doit être obtenu avant toute modification.

Samir Kuntar
Samir Kuntar en 2009.
Samir Kuntar en 2009.

Naissance
Aabey, Liban
Décès (à 53 ans)
Jaramana, Syrie
Origine Libanais
Allégeance Drapeau de la Palestine FLP (1977-1979)
Hezbollah (2008-2015)
Conflits Conflit israélo-palestinien
Guerre civile syrienne

Samir Kuntar (سمير القنطار, Samir al-Qountar), né le 20 juillet 1962 à Aabey (Liban) et mort le à Jaramana (Syrie), est un activiste et terroriste libanais d'origine druze. Kuntar a notamment mené l'attaque de Nahariya de 1979, mais fut condamné pour meurtre en Israël l'année suivante. Il est relâché en juillet 2008 dans le cadre d'un échange. Longtemps militant du FLP d'Abu Abbas, Kuntar se rapproche ensuite du Hezbollah. Il est tué par un raid de l'aviation israélienne en 2015 en Syrie.

Attaque de Nahariya

Samir Kuntar s'engage à 14 ans dans le Front de libération de la Palestine[1]. Le , alors âgé de 16 ans, il fait partie d'un commando de quatre hommes du FLP — avec Abdel-Majid Aslan, Mouhana El Mouayid et Ahmed El Abrass — qui venus du Liban à bord de canots pneumatiques débarquent de nuit sur une plage près de la ville de Naharya non loin de la frontière libanaise. L'objectif du commando est de capturer des soldats israéliens échangés contre des détenus libanais et palestiniens[2],[3].

Ils enlèvent un père, Danny Haran, et sa petite fille, Einat Haran, âgée quatre ans. Lors d'un échange de tirs avec la police israélienne, Samir Kuntar exécute le père sur la plage d'une balle dans la tête. Il fracasse ensuite la tête de la petite fille sur les rochers de la plage à l'aide de la crosse de son fusil[2],[4]. Au cours de l'assaut, un policier israélien[3] et deux membres du commando du FLP sont tués, Samir Kuntar et Ahmed El Barass sont capturés. En prison, Samir Kuntar nie avoir tué la petite fille Einat[3].

Procès et prison

Après un procès en 1980, Samir Kuntar est condamné le à cinq fois à la prison à perpétuité avec 47 ans supplémentaires[5]. Durant sa vie derrière les barreaux, il a fait des dizaines de grèves de la faim ; après une grève de 19 jours, il gagne le droit d'étudier par correspondance. En 1992, il suit les cours de l'université de Tel-Aviv, dans la spécialité des sciences humaines et sociales, il obtient un diplôme en littérature et sociologie[1].

Libération et retour au Liban

Après de nombreuses années de négociation entre le Hezbollah et Israël, un échange est effectué : deux cadavres de soldats israéliens dont l'enlèvement avait déclenché le conflit israélo-libanais de 2006 contre 200 cadavres de combattants palestiniens et du Hezbollah ainsi que quatre combattants du Hezbollah faits prisonniers et Kuntar[6]. Lors de leur retour le 18 juillet 2008, une fête est organisée et diffusée par al Jazeera[7], la direction d'al Jazeera présente ses excuses à Israël pour cette émission quelques jours plus tard[8]. Kuntar remercie le Hezbollah et Hassan Nasrallah et promet de retourner en Palestine[5].

Kuntar se rapproche du Hezbollah, dont il aurait peut-être intégré la branche armée, il se serait également converti au chiisme[3].

Le 8 septembre 2015, les États-Unis inscrivent Samir Kantar sur leur liste des « terroristes internationaux » et l'accusent d'avoir « joué un rôle opérationnel, avec l'aide de l'Iran et de la Syrie, dans la mise en place d'une infrastructure terroriste sur le plateau du Golan »[1].

En 2015, Samir Kuntar serait chargé par la Syrie d'enrôler des druzes pour combattre au côté du gouvernement syrien, mission dans laquelle il aurait largement échoué[9].

Mort

Samir Kuntar est tué le 19 décembre 2015 par un raid aérien israélien à Jaramana, près de Damas. Le Hezbollah annonce sa mort le lendemain dans un communiqué[10],[11]. Il est enterré au sud de Beyrouth et reçoit d'imposantes funérailles organisées par le Hezbollah[12], et l'organisation annonce qu'elle répondra à sa mort par une action proportionnée[13].

Notes et références

  1. a, b et c Samir Kantar, le "héros" du Hezbollah qui a passé la moitié de sa vie en prison, OLJ, 21 décembre 2015.
  2. a et b Israël salue la mort de Samir Kuntar sans en revendiquer la responsabilité, AFP, 20 décembre 2015.
  3. a, b, c et d Laure Stephan, « La mort en Syrie d’un symbole du Hezbollah », Le Monde, 21 décembre 2015.
  4. Les familles des victimes de Kuntar saluent une « justice historique », The Times of Israël, 20 décembre 2015.
  5. a et b Echange de prisonniers : Nasrallah apparaît en public, AFP et Le Figaro, 30 juin 2008.
  6. (fr) Israël/Hezbollah : L'échange de prisonniers et de dépouilles a eu lieu, 16 juillet 2008, Radio des Nations Unies.
  7. (en) Al-Jazeera TV Throws a Birthday Party for Released Lebanese Terrorist Samir Al-Quntar, transcript du MEMRI.
  8. (en) Al-Jazeera apologizes for 'unethical' coverage of Kuntar release, Ha'aretz, 7 août 2008.
  9. Terrorist Kuntar reportedly killed trying to enlist Druse support for Assad, Hezbollah Jerusalem Post. 3 août 2015.
  10. « Damas-Samir Kuntar tué dans un raid israélien- Hezbollah », sur www.zonebourse.com, https://plus.google.com/112312771686268124435 (consulté le 20 décembre 2015).
  11. « Une figure du Hezbollah, Samir Kuntar, tué dans un raid israélien près de Damas », sur Le Monde.fr, Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, consulté le 20 décembre 2015).
  12. « Le Hezbollah enterre son « martyr » Samir Kantar », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  13. « Le Hezbollah promet à Israël de riposter », Le Figaro, consulté le 22 décembre 2015.

Articles connexes