Samburupithecus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Samburupithecus kiptalami

Samburupithecus est un genre éteint de primates de la famille des hominidés, découvert en 1982 au Kenya et décrit en 1997. Il vivait en Afrique de l'Est au cours du Miocène supérieur, il y a 9,6 millions d'années.

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon Paleobiology Database (2 octobre 2020)[1], le genre Samburupithecus ne compte qu'une seule espèce :

  • Samburupithecus kiptalami (Ishida & Pickford, 1997)

Historique[modifier | modifier le code]

Samburupithecus a été découvert en 1982 sur le site des Samburu Hills, dans la Réserve nationale de Samburu, au Kenya, par une équipe nippo-kenyane. Il a été décrit seulement 15 ans plus tard, en 1997, par le japonais Hidemi Ishida (d) et le kenyo-britannique Martin Pickford[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le seul fossile trouvé en 1982 (noté KNM-SH 8531) consistait en un fragment de maxillaire gauche portant l'alvéole de la canine, deux prémolaires et trois molaires[2].

Les prémolaires ont trois racines, une couche d'émail épaisse, et de faibles cuspides (prémolaires bunodontes)[3]. Par sa taille et la pneumatisation (sinus maxillaires) de la racine antérieure de l'arcade zygomatique, le fossile se rapproche du gorille actuel, mais en diffère par la plupart de ses caractères dentaires et maxillaires[4].

Samburupithecus pesait environ 60 kg[5] et était probablement un quadrupède terrestre frugivore. Les analyses paléoenvironnementales indiquent qu'il vivait dans un habitat mixte de forêt et de savane[6].

Datation[modifier | modifier le code]

Le fossile a été daté de 9,6 millions d'années en 1987[7].

Analyse[modifier | modifier le code]

On a trouvé à ce jour très peu de fossiles d'hominidés datés entre 7 et 14 millions d'années en Afrique. La nature très fragmentaire des fossiles de Samburupithecus alimente les controverses entre spécialistes sur sa classification exacte.

Pour ses découvreurs, Samburupithecus pourrait être un taxon basal des homininés, antérieur à la divergence entre Gorillini et Hominini[4].

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Hidemi Ishida et Martin Pickford, « A new Late Miocene hominoid from Kenya: Samburupithecus kiptalami gen. et sp. nov », Comptes rendus de l'Académie des sciences. Série 2. Fascicule a, Sciences de la terre et des planètes = Earth and planetary sciences, vol. 325, no 10,‎ , p. 823-829 (ISSN 1251-8050 et 1778-4107, DOI 10.1016/S1251-8050(97)82762-0)Voir et modifier les données sur Wikidata

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Fossilworks Paleobiology Database, consulté le 2 octobre 2020
  2. a et b Ishida et Pickford 1997, p. 823-829
  3. (en) Steven C. Ward (dir.) et Dana L. Duren, The Primate Fossil Record, Cambridge University Press, , 530 p. (ISBN 978-0-521-66315-1, lire en ligne), « Middle and late Miocene African hominoids »
  4. a et b Brigitte Senut, Les premiers préhumains sur le site du CNRS
  5. (en) John F. Fleagle, Primate Adaptation and Evolution, Elsevier Academic Press, , 596 p. (ISBN 978-0-12-260341-9)
  6. (en) Hiroshi Tsujikawa, « Palaeoenvironment of Samburupithecus Based on its Associated Fauna », African Study Monographs, vol. Suppl., no 32,‎ , p. 51–62 (lire en ligne)
  7. (en) Kinya Yasui, Yoshihiko Nakano et Hidemi Ishida, « Excavation at the Fossil-Hominoid-Bearing Locality, Site-SH22 in the Samburu Hills, Northern Kenya », African study monographs. Suppl., vol. 5,‎ , p. 169–74 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :