Saint Louvent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louvent
Image illustrative de l’article Saint Louvent
sculpture du XVIIIe siècle représentant le Saint décapité (Église de Saint-Lupien)[1]
Saint
Naissance 537
Bols-du-Mont, Javols (Gévaudan)
Décès 587  (50 ans)
près de Perthes
Autres noms Lupien
Nationalité Franc
Vénéré à église de Perthes, église de Châlons-en-Champagne, cathédrale de Mendes
Vénéré par diocèse de Mende
paroisse de Villers-aux-Vents[Rembercourt aux Pots]
Fête 22 octobre

Saint Louvent, ou saint Lupien[Note 1], est un saint de l'Église catholique. Originaire du Bois-du-Mont, près de Javols en Gévaudan, il a subi un martyre en Champagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né peu avant 540, il embrasse l'état ecclésiastique vers 564. Puis il devient abbé du monastère de saint Privat en Gévaudan (près de Mende). Il est ordonné prêtre par l'évêque du Gévaudan Évanthe, en 576 l'évêque de charge d'une mission de prédication[2],[3].

Suite a des propos injurieux qu'il aurait eu à l'encontre de la reine Brunehilde (il s'agissait de la « dénonciation des scandales de la court d'Austrasie » lors d'une prédication), le comte du Gévaudan, Innocent, le cite en justice. Après s'être rendu à la cour, il est innocenté des accusations, et remis en liberté[2],[3].

Sur le chemin du retour, il est assassiné en Champagne, décapité par des hommes du comte. Il est alors jeté dans l'Aisne[2],[3].

Église de Saint-Lupien : sarcophage du Saint

L'église paroissiale de Saint-Lupien (Aube) passe pour abriter son tombeau[4].

Légende et culte[modifier | modifier le code]

Selon la légende, le corps de l'abbé aurait été repêché par des bergers. Sa tête elle n'aurait pas été trouvée, mais c'est un aigle qui l'aurait ramenée près du reste de son corps[5]. Ses reliques aurait alors été ensevelies et conservée en la cathédrale de Châlons-en-Champagne.

Il était inhumé dans l'église de Perthes, puis une partie des reliques sont transférées dans l'église de Châlons-en-Champagne. En 1737, l'évêque de Chalons, Claude-Antoine de Choiseul-Beaupré fait don d'une partie des reliques à l'évêque de Mende (Gabriel-Florent de Choiseul-Beaupré). Ces reliques se trouvent encore dans la cathédrale de Mende[2],[3].

Les lieux associés[modifier | modifier le code]

Communes
Monuments

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il ne doit pas être confondu avec le saint Lupien qui évangélisa au IVe siècle la cité gallo-romaine de Ratiatum (actuel Rezé) au sud de Nantes à qui une chapelle fut dédiée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PM10003948, base Palissy, ministère français de la Culture
  2. a b c et d « Le martyrologe romain fait mémoire de Saint Louvent », Magnificat, no 239,‎ , p. 303.
  3. a b c et d « Saint Louvent, Abbé de Saint-Privat (✝ v. 584) », sur Nominis, nominis.cef.fr (consulté le 23 novembre 2017).
  4. Notice no PM10001992, base Palissy, ministère français de la Culture
  5. Grand livre des saints cule et iconographie en Occident, de Jacques Baudoin, disponible sur (fr) Google Books
  6. (fr) origine du nom de l'ancienne commune de Saint-Louvent
  7. (fr) origine du nom
  8. (fr) description

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]