Châtelraould-Saint-Louvent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Châtelraould-Saint-Louvent
Châtelraould-Saint-Louvent
L'église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge.
Blason de Châtelraould-Saint-Louvent
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Vitry-le-François
Canton Vitry-le-François-Champagne et Der
Intercommunalité Communauté de communes de Vitry, Champagne et Der
Maire
Mandat
René Hanot
2014-2020
Code postal 51300
Code commune 51134
Démographie
Population
municipale
226 hab. (2016 en diminution de 5,44 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 46″ nord, 4° 32′ 49″ est
Superficie 16,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Châtelraould-Saint-Louvent

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Châtelraould-Saint-Louvent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtelraould-Saint-Louvent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtelraould-Saint-Louvent

Châtelraould-Saint-Louvent est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Écarts : les fermes des Perthes, Petites Perthes et Perthes Sauvées à 4 km. Château de Beaucamp, maison Bellesaux, et le moulin à eau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Châtel-Raould ou Chatelraould est situé au nord-ouest de Saint-Remy-en-Bouzemont et au sud-ouest de Vitry-le-François, au bord de la rivière Chéronne.

Le chapitre de Saint-Étienne de Chalons levait des dîmes et exerçait des droits seigneuriaux sur Châtel-Raould en 1449. Saint-Louvent payait certaines redevances à l'abbaye Saint-Martin d'Huiron en 1274.

En 1789, Châtelraould était compris dans l’élection de Vitry et suivait la coutume de cette ville. Le village obtint en 1835, de la Société d'agriculture, une médaille pour le bon état de ses chemins.

Durant la Révolution, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune de Saint-Louvent change de nom pour Courdemont[1].

La commune de Châtelraould-Saint-Louvent est née de la fusion, en 1851, de la commune de Châtelraould avec celle de Saint-Louvent. Le nom de Saint-Louvent vient de Louvent, abbé en Gévaudan ayant subi un martyre non loin de la commune[2], et considéré comme saint par l'église catholique.

La commune de Saint-Louvent fut réunie à Chatel-Raould en 1851. Elle est également sur la Chéronne, et tire son nom d’un prêtre qui y vivait au VIe siècle, et qui fut assassiné par ordre de Brunehilde en 584, pour avoir osé blâmer ses désordres.

En septembre 1914, c'est le début de la bataille de la Marne. Les armées allemande et française s'affrontent, du 5 au 12 septembre, autour des villages de Chatelraould, Courdemanges, Huiron, Glannes, Frignicourt et Sompuis. Les objectifs principaux étant le Mont Moret (Cote 153) et le pont à la sortie de Frignicourt direction Brienne. Les troupes françaises occupaient principalement le SO du Mont Moret alors que les Allemands occupaient le N-NE.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Chatelraould abritait des résistants jusqu'à ce que Jacques de La Fournière, chef du groupe Robin-BuckMaster (ou groue YES) et son fils Jean furent arrêtés chez eux (au château Beaucamp) par la Gestapo. Ils furent interrogés par la Gestapo au siège de Paris. Jacques n'en revint pas ; torturé, il préféra se taire et mourir. Jean est libéré le 30 août 1943 et rejoint le maquis des Chênes, mouvement résistant descendant direct du groupe de son père, commandé par le colonel François de La Hamayde.

Église : succursale dédiée à Notre Dame.

Chatelraould :

Castrum Radulfi, entre 1091 – 1125 Adelardus de Castro Radulfo, entre 1131 – 1142 Castellum Radulfi, 1168 Castrum Rodulfi, 1178 Chatourou, avant 1190 Chautonru, 1392 Chasteau-Rou, 1445 Chasteau-Roux, 1464 Chastelrou, 1464 Chasteau-Roul, 1469 Chastel-Rous, 1527 Chastel-Roux, 1549 Chastelraoul, 1553 Chastelraould, 1565 Chatelleoux, 1651 Chatrout (Carte de Nicolas Sanson en 1656) Chatelraoud, 1693 Chatelroux, 1739 Chatelroux en Champagne, 1787 Chatrou, au XVIIIe (sur la carte de Cassini, à ce jour elle est encore nommée ainsi par les autochtones)

Saint-Louvent :

Sanctus Lupentius, 1092 Saint Levant, vers 1222 Saint Lovent, Saint Louvanz, vers 1274 Saint Loupvant, 1641 Louvan (Carte de Nicolas Sanson en 1656) Saint Louvant, 1687 - 1696 Louvent, 1793 Courdément, 1794

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1875 après 1877 Pothier[3]    
mars 2001 En cours
(au 4 juillet 201)
René Hanot   Réélu pour le mandat 2014-2020[4],[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2016, la commune comptait 226 habitants[Note 1], en diminution de 5,44 % par rapport à 2011 (Marne : +0,76 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
225172169143181210218207228
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
290310291271261242245240240
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
224215201182188236247225220
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
227226212220234229222236233
2016 - - - - - - - -
226--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Châtelraould-Saint-Louvent

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'or au château de deux tours couvertes de gueules ajouré, maçonné et hersé de sable, surmonté d'une palme de sinople et d'une crosse d'azur passées en sautoir au point du chef.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église : chœur du XIIIe siècle, transept XVe siècle, nef et clocher XIXe siècle, ornements XIXe siècle, Vierge XVIIe siècle.

Château de Beaucamp,

Stade Louis-Brûlé.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Saint Louvent.
  • Jean Chavel, PDG du groupe Charal. Il a vécu à Chatelraould, sa maison se situait route de Blaise.
  • Charles Philippe Édouard de Liniers (1805-1882) : général, mort au château de Beaucamp.
  • Jacques de La Fournière (1892-7 août 1943), commandant, résistant connu pour être le premier chef des résistants vitryats, le Groupe Yes. Il est décédé à Paris, au siège de la Gestapo, sous la torture, sans jamais avoir parlé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. EHESS, notice de la commune sur le site Cassini, consultée le 16 janvier 2009
  2. origine du nom de l'ancienne commune de Saint-Louvent
  3. Almanach historique, administratif & commercial de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, 1877, p159.
  4. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  5. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 2 septembre 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.