Édouard Mazé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Édouard Mazé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Édouard Mazé est un ouvrier — il était manœuvre chez Sainrapt et Brice — et militant CGT tué à l'âge de 26 ans[1] par les forces de l'ordre d’une balle en pleine tête lors d'une manifestation, le à Brest.

Contexte[modifier | modifier le code]

Ce drame intervient dans une période de grèves pour de meilleurs salaires débutées en février 1950 dans les usines de Renault-Billancourt, puis s'étendant à d'autres secteurs, ainsi que dans les entreprises publiques et les ports où a lieu en particulier la grève des dockers de 1949-1950 en France.

La situation se dégrade, notamment à Brest où 8000 travailleurs sont employés à la reconstruction de la ville. À la suite d'incidents, la CGT décrète la grève générale le et en fin d'après-midi, les gendarmes tirent sur des manifestants, touchant mortellement l'un d'eux, Édouard Mazé[1].

Retentissement[modifier | modifier le code]

Les obsèques ont lieu le . Un cortège de plus de 5 000 personnes[1] accompagne les proches de l'ouvrier sur la tombe duquel figure l'épitaphe « Mort pour le pain, la paix et la liberté ». La mort du syndicaliste a motivé pour une part la démission, le , de l'abbé Pierre du MRP dont il était l'un des députés.

L'enquête lancée à la suite de ce drame — au cours duquel un autre militant, Pierre Cauzien, est grièvement blessé[2] —- a abouti à un non-lieu, le coupable n'ayant pu être identifié « avec certitude »[1].

Les événements ayant conduit à la mort de Édouard Mazé ont inspiré le cinéaste René Vautier qui y a consacré son film Un homme est mort (film disparu[3]) ainsi que le groupe de chansonniers bretons Les Goristes qui a sorti une chanson nommée Le , Edouard Mazé[4] et dédiée à « Edouard Mazé et Pierre Cauzien et tous les autres ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Un homme est mort, un long métrage d'animation de Olivier Cossu de 2017 basé sur la bande dessinée d'Étienne Davodeau

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Michel Pigenet, « Février-mai 1950, le rebond des grèves en France », L'Humanité Dimanche, no 696,‎ 20-27 février 2020, p. 77-81.
  2. Le Télégramme, 16 avril 2009, Obsèques de Pierre Cauzien. L'adieu à une figure
  3. Fiche sur film-documentaire
  4. Site goristes

Lien externe[modifier | modifier le code]