Sabine Huynh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (février 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Sabine Huynh
Description de cette image, également commentée ci-après

Sabine Huynh

Naissance
Saigon
Nationalité Française et israélienne
Pays de résidence Israel
Activité principale
Distinctions
Prix européen du jeune talent littéraire francophone Calliope 2015
Auteur
Langue d’écriture Français, anglais
Genres
Poésie, fiction, essais

Œuvres principales

  • Avec vous ce jour-là / Lettre au poète Allen Ginsberg (2016)
  • Kvar lo (2016)
  • Tu amarres les vagues (2016)
  • La sirène à la poubelle (2015)
  • En taxi dans Jérusalem (2014)
  • Ville infirme, corps infini (2014)
  • Tel Aviv / ville infirme / corps infini (2014)
  • Les colibris à reculons (2013)
  • La mer et l'enfant (2013)

Sabine Huynh (née en 1972 à Saigon), poète, écrivain, traductrice, est installée en Israël depuis 2001. Prix européen du jeune talent littéraire francophone Calliope 2015 (décerné par le Cénacle Européen francophone : anciennement association Léopold Sédar-Senghor). Membre de la SGDL (Société des Gens De Lettres). Membre du comité de rédaction de la revue de poésie contemporaine Terre à ciel. Elle a publié des chroniques de livres dans les revues, journaux et magazines littéraires Terre à ciel, Terres de femmes, Recours au poème, Phœnix, Europe, La Nouvelle Quinzaine littéraire, et Diacritik entre autres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon ses dires[1], elle est née en 1972 à Saigon, a grandi à Lyon, a vécu en France, en Angleterre, aux États-Unis, en Israël et au Canada[2]. Elle vit actuellement à Tel Aviv. Ses premières publications littéraires, en anglais, remontent à l'an 2000 : The Dudley Review, revue littéraire de la faculté de lettres de l'Université de Harvard (États-Unis)[3]. Précédemment enseignante (professeur de langues modernes) et linguiste-chercheur[4] (Doctorat en linguistique de l'université hébraïque de Jérusalem)[5], elle se consacre depuis 2011 à l'écriture, principalement en français et en anglais, ainsi qu'à la traduction littéraire. Elle traduit notamment de l'anglais, l'hébreu et l'italien[6].

Textes parus[modifier | modifier le code]

Poésie / Prose[modifier | modifier le code]

  • Avec vous ce jour-là - Lettre au poète Allen Ginsberg (prose, MaelstrÖm reEvolution, Bruxelles, 2016)
  • Kvar lo (poésie, avec des encres de Caroline François-Rubino. Postface : Philippe Rahmy. Éditions Æncrages & Co, coll. Écri(peind)re, 2016)
  • Tu amarres les vagues (poésie, avec des photographies de Louise Imagine. Préface : Isabelle Pariente-Butterlin. Jacques Flament Éditions, coll. Images & Mots, 2016)
  • La Sirène à la poubelle (prose, E-fractions, coll. Fugit XXI, 2015)
  • Ville infirme, corps infini (poésie, éditions La Porte, coll. Poésie en voyage, 2014)
  • Avec vous ce jour-là / Lettre au poète Allen Ginsberg (prose, Recours Au Poème Éditeurs, coll. L'Atelier du poème, 2014)
  • Tel Aviv / ville infirme / corps infini תל אביב: עיר נכה, גוף אין קץ [Tel Aviv: ir nekha, guf ein ketz], livre d'artiste avec André Jolivet (peintre et plasticien) (poésie, Voltije éditions, 2014) : édition bilingue français-hébreu (trad. : Sabine Huynh et Hillel Halkin (en)), 30 x 20 cm, 60 pages, dans un coffret réalisé par l’Atelier Jeanne Frère
  • Les Colibris à reculons, avec des craies noires de Christine Delbecq (poésie, Voix d'encre, 2013)
  • En taxi dans Jérusalem (prose, avec des photographies d'Anne Collongues, publie.net, coll. Horizons, 2014)
  • La Mer et l'enfant (prose, Galaade éditions, 2013)
  • La Migration des papillons, avec Roselyne Sibille (poésie, éditions La Porte, coll. Poésie en voyage, 2013)[7]
  • pas d'ici, pas d'ailleurs (anthologie poétique; dir. Sabine Huynh). Textes réunis par Sabine Huynh, Andrée Lacelle, Angèle Paoli et Aurélie Tourniaire, en partenariat avec la revue Terres de femmes (éditions Voix d'encre[8], 2012. Ouvrage publié avec le concours de la Région Rhône-Alpes)[9]. Préface de Déborah Heissler.

En anthologie[modifier | modifier le code]

  • L'Enfant et le génocide (Témoignages sur l'enfance pendant la Shoah - Textes choisis et présentés par C. Coquio et A. Kalisky. Éditions Robert Laffont. Traductions françaises de poèmes d'Uri Orlev) : 2007
  • Dogs Singing (Salmon Poetry, 2010)
  • pas d'ici, pas d'ailleurs (Voix d'encre, 2012)
  • Soul Feathers (Indigo Dreams, 2011)
  • The Last Stanza (Danscribe Books, 2011)
  • Voices Israel (Voices Israel Group of Poets in English, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013)
  • anthologie poétique Terres de femmes 112 femmes poètes contemporaines (dir. Angèle Paoli)

En revue[modifier | modifier le code]

  • Textes en prose, poésie, essais, critiques et/ou traductions dans les revues numériques suivantes : D'ici là (2011, 2012, 2013. Dir. Pierre Ménard), Remue.net (création littéraire et critique fondé par François Bon et animé à présent par un collectif. 2012, 2013, 2014, 2015), Nerval.fr (dir. François Bon. juillet 2013 : Ma, décembre 2013 : Le sourire du vieux chien biscuit), Terres de femmes (dir. Angèle Paoli), Terre à ciel (dir. Cécile Guivarch), The Ilanot Review (Israeli journal of creative writing in English, dir. Janice Weizmann. 2013: Holding the empty mirror, 2014: Post-war letters to my grandmother), Recours au poème (dir. Matthieu Baumier, Gwen Garnier-Duguy. Poèmes et articles), Paysages écrits (dir. Sanda Voïca, Samuel Duduouit. n° 22, novembre 2014), Relire.net (dir. Joachim Séné. 2014), Les Cosaques des frontières (dir. Jan Doets. 2015 : janvier, mars, avril), Œuvres ouvertes (dir. Laurent Margantin), Inferno (Les carnets de Tel Aviv), As It Ought To Be (dir. Sivan Butler-rotholz. Saturday Poetry Series, November 2013), Mot Maquis (dir. Juliette Mézenc. La vie c'est pas du tiramisu, 2015), Retors (dir. Sarah Cillaire, Monika Prochniewicz, Karine Samardzija), Temporel (dir. Anne Mounic), Cyclamens & Swords (dir. Helen Bar-Lev & Johnmichael Simon), Danse Macabre (Adam Henry Carrière), The International Literary Quarterly, Margutte (dir. Silvia Pio).
  • Textes en prose, poésie, essais, critiques et/ou traductions dans les revues et journaux papier suivants : AdLib, arc, Arena Romanistica, Art Le Sabord, Bacchanales, Cahiers de Linguistique, Cahiers de Linguistique-Asie Orientale, Les Carnets du Viêtnam, Continuum, Contre-allées, DiptYque, Dissonances, The Dudley Review, Education et Sociétés Plurilingues, El Tecolote, Europe, The European Journal of International Law, Helicon, Hermēneus, Homerton College Roll News, Inferno, The Jerusalem Post, Langage et Société, La Moitié du Fourbi, La Nouvelle Quinzaine Littéraire, Mange Monde, Microbe, Odissea, Perspectives, Phœnix, Poetica Magazine, La Revue des Archers, TraduzioneTradizione, Virages, Zinc.

Préfaces et introductions[modifier | modifier le code]

Collectifs[modifier | modifier le code]

Traductions littéraires[modifier | modifier le code]

  • Des liens invisibles, tendus / Taut, invisible threads, Dara Barnat, poèmes traduits de l'anglais vers le français (Recours au poème éditeurs, 2014).
  • On the Cusp / Albores / À l'orée, Seymour Mayne (Universidad Nacional de la Plata, 2013). Volume de poésie trilingue. Traduction espagnole : Maria Laura Spoturno et al., traduction française (de l'anglais) : Sabine Huynh.
  • Poèmes écrits à Bergen-Belsen en 1944 en sa treizième année, Uri Orlev (éditions de l'éclat, 2011). Traduit de l'hébreu vers le français[10].
  • Ricochet, Seymour Mayne, poèmes traduits de l'anglais vers le français (Presses de l'Université d'Ottawa, 2011).
  • Bà già và đôi kim đan kì diệu ("An Old Woman with Knitting-Needles"), (Kim Dong Publishing House, Hanoi, Viêt Nam, 2008), Uri Orlev. Le premier livre pour enfants traduit de l'hébreu vers le vietnamien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir le site de Sabine Huynh : presque dire
  2. En 2008 elle reçoit une Bourse de recherche de la part du Halbert Centre for Canadian Studies et une Bourse postdoctorale de la Chaire de recherche du Canada : elle part vivre au Canada et faire de la recherche en tant que chercheur postdoctoral au laboratoire de sociolinguistique du département de linguistique de l'Université d'Ottawa, laboratoire dirigé par Prof. Shana Poplack (en), avec qui elle travaille sur les alternances de codes trilingues (présentation au colloque international de sociolinguistique variationniste NWAV38 en 2009
  3. The Dudley Review 6 (2000), "Meta-Morphology", p. 61-66 ; The Dudley Review 7,1 (Spring 2001), "State of grace", p. 9-14, avec son propre travail photographique -- photographies en noir et blanc : "Saint-Ives" (p. 60), "Mount Auburn Cemetery" (p. 61), "The biter bitten" (p. 62), "Les jardins de la fontaine" (p. 63), "Régis et Sophie" (p. 64), "Empire State Building" (p. 65)
  4. Articles scientifiques en linguistique et en littérature dans diverses revues universitaires francophones, dont Langage et Société(Quand le pourboire français est réservé à l'entraîneuse : un cas de péjoration sémantique en vietnamien. Langage et Société, no 115, mars 2006, p. 77-101), Éducation et Sociétés Plurilingues (Plurilinguisme autour d'une table israélienne et apprentissage des langues par une Franco-vietnamienne, Éducation et Sociétés Plurilingues, no 20, juin 2006), Cahiers de linguistique (Constitution et analyse d'un lexique de mots vietnamiens d'origine française. Blanco Xavier, L'Homme Marie-Claude et Van Campenhoudt Marc, dir., Lexique, dictionnaire et connaissance dans une société multilingue, Cahiers de linguistique, 2008, vol. 33, no 1, p. 41-62), Arena Romanistica (Quête et fuite identitaire : une lecture poscoloniale du roman Les Aubes de Linda Lê, Arena Romanistica, 2, 2008, p. 64-82), Cahiers de Linguistique-Asie Orientale (L’assimilation des mots d’emprunts français à la langue vietnamienne : la question des tons. Cahiers de Linguistique-Asie Orientale, 37(2), 2009, p. 223-240).
  5. De l'ouvrage basé sur sa thèse de doctorat, Les Mécanismes d'intégration des mots d'emprunt français en vietnamien, publié en 2010, Prof. Cyril Aslanov dit dans sa préface qu'il "a magnifiquement contribué aux sciences du langage et à la sociolinguistique" et qu'il "analyse avec une impressionnante rigueur scientifique le choc de la rencontre entre deux systèmes linguistiques aussi différents que peuvent l'être le français et le vietnamien". Le livre est considéré par Y. Vincent comme étant "une étude quasi exhaustive d'un des aspects les plus passionnants de la linguistique vietnamienne : les emprunts au français (héritage de la période coloniale essentiellement). Lecture passionnante illustrée de nombreux exemples. Une plongée dans l'histoire récente du Vietnam et de son peuple. Un ouvrage à conseiller" .
  6. presque dire : site de l'auteur
  7. La Migration des papillons : quand poésie rime avec amitié (la mise en œuvre d’un recueil à quatre mains, par les auteurs)
  8. pas d'ici, pas d'ailleurs, anthologie poétique de voix féminines contemporaines, dirigée par Sabine Huynh, préfacée par Déborah Heissler. Textes réunis par Sabine Huynh, Andrée Lacelle, Angèle Paoli et Aurélie Tourniaire, en partenariat avec la revue Terres de Femmes.
  9. Introduction par Sabine Huynh
  10. Préface de l'ouvrage

Liens externes[modifier | modifier le code]