Ilya Kaminsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ilya Kaminsky
Image dans Infobox.
Ilya Kaminsky, Split This Rock, Washington, D.C, 2018.
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
Activité
Poète, Critique, Traducteur, Professeur
Conjoint
Katie Farris
Autres informations
A travaillé pour
Ivan Allen College of Liberal Arts,
Domaine
Genre artistique
Site web
Distinctions
Bourse Guggenheim 2008), Bourse de l'Académie des poètes américains (2019)
Œuvres principales
Dancing in Odessa (2004), Deaf Republic (2019)

Ilya Kaminsky, né le en Odessa, est un poète, critique, traducteur américain d'origine ukrainienne et russe. Il est reconnu pour ses recueils de poésie Dancing in Odessa et Deaf Republic, qui lui ont valu plusieurs prix[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de l'ex-Union soviétique, aujourd'hui Ukraine, Ilya Kaminsky grandit dans une famille juive. il devient malentendant à l'âge de quatre ans des suites des oreillons[1]. Adolescent, il commence à écrire de la poésie à Odessa, et publie un premier chapbook en russe, intitulé The Blessed City[2]. Sa famille obtient l'asile politique et s'installe aux États-Unis en 1993, en raison de l'antisémitisme en Ukraine[2],[3]. Dès 1994, il débute la rédaction de poèmes en anglais[4]. Il travaille comme rédacteur en chef de la revue en ligne In Posse Review[4].

Ilya Kaminsky est titulaire d'une licence en science politiques de l'Université de Georgetown et d'un doctorat en droit de l'École de droit Hastings de l'université de Californie (UC Hastings College of the Law). Il travaille comme professeur à l'Ivan Allen College of Liberal Arts depuis 2018[5]. Il également titulaire de la chaire de poésie Margaret T. et Henry C. Bourne Jr. à la School of Literature, Media and Communicationn, et le directeur du programme Poetry@Tech[6].

Avec Paloma Capanna, il cofonde l'association Poets for Peace, qui parraine des lectures de poésie dans le monde entier pour soutenir les activités de secours. Il a également travaillé comme commis au National Immigration Law Center et au Bay Area Legal Aid. Il vit à San Diego[4].

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Avec un langage à la fois extatique, simple et imprégné de féerie, les poèmes d'Ilya Kaminsky évoque les émotions de la vie, tel l'amour, le chagrin, la joie ou le rire. En 2004, il est l'auteur du recueil Dancing in Odessa, lauréat du prix Tupelo Press Dorset, du prix Metcalf de l'American Academy of Arts and Letters et du prix du meilleur livre de poésie de l'année par la magazine ForeWord[6].

En 2007, le poète présente Traveling Musicians, une sélection de ses poèmes écrits à l'origine en russe. En 2010, il coédite avec Susan Harris, l'Ecco Anthology of International Poetry[7]. La même année, il co-édite et co-traduit l'ouvrage This Lamentable City de Polina Barskova[4],[8]. En 2019, Ilya Kaminsky est finaliste du National Book Critics Circle, et du National Book Award pour Deaf Republic[6].

Parmi les prix et les distinctions liés sa carrière littéraire, Ilya Kaminsky est notamment récompensé par une bourse Lannan Literary, le Whiting Writers' Award, la Ruth Lilly Poetry Fellowship, et une bourse de création littéraire par la National Endowment for the Arts. En 2019, il reçoit la bourse de l'Academy of American Poets, qui récompense des réalisations poétiques remarquables[9].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Recueils de Poésie[modifier | modifier le code]

Traduit en français[modifier | modifier le code]

  • On danse à Odessa , traduit de l'anglais (États-Unis) par Guy Jean. - Trois-rivières (Canada) : Éditions d'art Le Sabord, 2010.- (Collection Excentrique). - (ISBN 9782922685770)
  • République sourde, traduit de l'anglais (États-Unis) par Sabine Huynh. - Paris : Ed. Bourgeois, 2022. - (ISBN 9782267045284)

Chapbooks[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-GB) Claire Armitstead, « 'I will never hear my father's voice': Ilya Kaminsky on deafness and escaping the Soviet Union », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  2. a et b (en) Ilya Kaminsky, « “Deaf Republic” », sur The New Yorker (consulté le )
  3. (en-GB) Claire Armitstead, « 'I will never hear my father's voice': Ilya Kaminsky on deafness and escaping the Soviet Union », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  4. a b c et d (en) Poetry Foundation, « Ilya Kaminsky », sur Poetry Foundation, (consulté le )
  5. (en) « Ilya Kaminsky - Ivan Allen College of Liberal Arts », sur Ivan Allen College of Liberal Arts at Georgia Tech (consulté le )
  6. a b et c (en) Michael Pearson, « Georgia Tech Poet Ilya Kaminsky Named Finalist for National Book Award », sur www.news.gatech.edu (consulté le )
  7. (en-US) « The Ecco Anthology of International Poetry - Ilya Kaminsky - Paperback », sur HarperCollins Publishers: World-Leading Book Publisher (consulté le )
  8. (en-US) Ilya Kaminsky, « New Translations of Polina Barskova », sur Guernica, (consulté le )
  9. (en) Academy of American Poets, « About Ilya Kaminsky | Academy of American Poets », sur poets.org (consulté le )
  10. (en-US) « Dancing in Odessa by Ilya Kaminsky », sur Tupelo Press (consulté le )
  11. (en) « Ilya Kaminsky Wins Anisfield-Wolf Book Award for ‘Deaf Republic’ », sur news.gatech.edu (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]