Ruth Andreas-Friedrich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ruth Andreas-Friedrich
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
MunichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Gedenktafel Hünensteig 6 (Stegl) Leo Borchard.jpg
plaque commémorative

Ruth Andreas-Friedrich (née le à Berlin, morte le à Munich) est une résistante allemande au nazisme, écrivain et journaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans sa jeunesse, elle est membre de Wandervogel. En 1922, elle termine sa formation de travailleuse sociale puis tient une librairie. Dans les années 1920, elle écrit des critiques et des feuilletons dans Neue Badische Landeszeitung et Königsberger Allgemeine Zeitung. En 1924, elle épouse Otto A. Friedrich ; leur fille Karin naît l'année suivante. En 1930, ils se séparent. Dans les années 1930, elle vit avec Leo Borchard.

Après l'accession au pouvoir des nazis, Ruth Andreas-Friedrich et son compagnon fondent le groupe de résistance Oncle Émile qui cache les opposants, les entretient et leur fournit de faux papiers. Le groupe fait aussi de la contre-propagande. Le groupe est en contact avec Helmuth James von Moltke.

Ruth Andreas-Friedrich s'installe à Munich en 1948. Elle épouse Walter Seitz, recteur de l'université, ancien membre du groupe de résistance.

Hommage

Elle est honorée en 2002 par le mémorial de Yad Vashem comme Juste parmi les nations. Une plaque commémorative est posée à Berlin-Steglitz, au Hünensteig 6.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]