Royaume de Kalingga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Royaume de Kalingga
Karajan Kalingga (jv)

VIe siècle-VIIe siècle

Description de l'image Kalingga Kingdom en.svg.
Informations générales
Capitale Inconnue (située entre Pekalongan et Jepara)
Histoire et événements
VIe siècle Fondation
VIIe siècle Disparition

Entités suivantes :

Le Royaume de Kalingga (aussi nommé Heling et Dupo dans les sources chinoises[1]) était un royaume javanais situé sur la côté nord du Java central.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les sources chinoises sur l'existence du royaume remontent à la dynastie Tang. Selon le moine bouddhiste Chinois Yi Jing, un autre moine chinois nommé Huining est arrivé à Heling en 664 et y a vécu trois ans. Là-bas, avec l'assistance d'un moine local, Jnanabhadra, il a traduit de nombreux écrits du bouddhisme hīnayāna[2],[3].

En 674, le royaume était dirigé par la reine Shima connue pour ses lois très strictes concernant le vol et le mensonge. Une légende raconte qu'un roi étranger y a laissé un sac d'or à une intersection pour tester l'honnêteté du peuple de Kalingga et que personne n'y a touché. Trois plus tard, le fils de Shima, prince du royaume aurait touché le sac du pied et sa mère l'aurait condamné à mort. Un ministre a imploré la clémence de la reine. Elle y a consenti mais a réclamé que son pied fautif soit coupé en guise de punition[2].

Selon le Carita Parahyangan, un livre plus tardif, Sanjaya, roi de Sunda et Galuh puis fondateur de l'ancien royaume de Mataram serait l'arrière-petit-fils de la reine Shima.

Entre 742 et 755, le royaume semble s'être déplacé vers l'est sur le plateau de Dieng, sans doute en réponse à l'influence grandissante de la dynastie Sailendra[3].

Traces[modifier | modifier le code]

Sur la face ouest du Merapi, les inscriptions Tukmas sont datées de l'époque du royaume de Kalingga. Elles sont écrites en sanskrit et évoquent des sources sacrées faisant penser à celles du Gange. Elles présentent également des symboles hindouistes[4].

Une autre trace de cette époque est l'inscription du village de Sojomerto. Écrite en malais, elle évoque un dirigeant nommé Dapunta Selendra, fils de Santanu et Bhadrawati, mari de Sampula. Le professeur Boechari pense qu'il pourrait s'agir de l'ancêtre des Sailendras.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chang Chi-yun. "Eastern Asia in the Sui and T'and Period" (map). Historical Atlas of China. Vol. 1. Taipei: Chinese Culture University Press, 1980. p. 49
  2. a et b (en) R. Soekmono, Pengantar Sejarah Kebudayaan Indonesia 2, 2nd ed., Yogyakarta, Penerbit Kanisius, , p. 37
  3. a et b (en) George Coedès, The Indianized States of Southeast Asia, University of Hawaii Press, (ISBN 978-0-8248-0368-1)
  4. IPS Terpadu Kelas VII SMP/MTs, Penerbit Galaxy Puspa Mega:Tim IPS SMP/MTs.