Rougequeue noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Phoenicurus ochruros

Phoenicurus ochruros
Description de cette image, également commentée ci-après
Rougequeue noir femelle
Classification (COI)
Règne Animalia
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Muscicapidae
Genre Phoenicurus

Espèce

Phoenicurus ochruros
(Gmelin, 1774)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) est une espèce de petits passereaux partiellement migratrice très répandue, de la famille des Muscicapidés. On l'appelle également rossignol des murailles ou queue rousse.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Aspect du mâle[modifier | modifier le code]

Le Rougequeue noir est un petit passereau au plumage sombre et discret, se trouvant fréquemment dans un environnement humain, mais pas exclusivement. Dans son aire très vaste, allant de l'Europe de l'Ouest à la Chine de l'Est, l'espèce présente 5 sous-espèces qui diffèrent suffisamment pour être facilement distinguées, au moins pour les mâles. Le mâle nuptial de la ssp "gibraltariensis" de l'ouest de l'Europe, celle qui occupe la France, paraît tout noir de loin. En fait, de près, on voit que les parties supérieures sont d'un gris-anthracite sur lequel se détache nettement sur les ailes une zone blanchâtre constituée par les bordures externes des rémiges secondaires. C'est l'avant du corps qui est noir, front, lores, parotiques, gorge et poitrine, plus ou moins largement suivant les individus. Sur ce fond noir, l'œil très sombre ne ressort pas du tout. Souvent un peu de blanchâtre est visible en arrière du front noir. Le ventre présente un dégradé de gris de l'avant vers l'arrière. Tout l'arrière du corps, croupion et sus-caudales, bas ventre et sous-caudales, est orange vif. La queue est d'un brun-gris sombre au niveau des rectrices centrales tandis que les rectrices externes sont orange, l'ensemble étant typique de la plupart des espèces de rougequeues et bien visible à l'envol. Bec et pattes sont noirs. Le plumage nuptial complet n'est acquis qu'à l'âge de deux ans. Les mâles d'un an sont plus gris, moins noirs et souvent ne présentent pas de zone claire sur l'aile. Ils peuvent ainsi être pris pour des femelles. Malgré cela, ils sont capables de se reproduire. La femelle est d'un gris-souris, nuancé de brun sur les parotiques et avec les ailes plus sombres sans zone pâle. Le dessous est d'un gris-beige parfois nuancé de fauve. La queue est identique à celle du mâle. Les sous-caudales sont orange pâle. Le juvénile ressemble à la femelle, mais il est plus sombre dessus comme dessous. Les premiers temps, les commissures jaunes attestent du jeune âge.

Les sous-espèces se différencient à l'importance de la couleur orange des parties inférieures du mâle. Il y a une variation clinale entre la sous-espèce occidentale "gibraltariensis" chez laquelle seuls le bas-ventre et les sous-caudales sont orange, et la ssp la plus orientale "rufiventris" chez laquelle la totalité du ventre et le bas de la poitrine sont orange, ce qui est déroutant pour un européen. Même variation pour la couleur du manteau et des couvertures qui passe de gris sombre à l'ouest au noir à l'est. De son côté, la zone pâle de l'aile a tendance à s'atténuer d'ouest en est, pour disparaître chez rufiventris. Le mâle de la ssp asiatique "phoenicuroides" est troublant, comme son nom le laisse entendre. Dépourvu de zone pâle sur l'aile et montrant une tache pâle en arrière du front noir, il évoque le Rougequeue à front blanc mâle, ou encore un mâle hybride ochruros x phoenicurus.

Rougequeue noir mâle (jeune adulte)

Le mâle a le plumage gris-noirâtre avec la calotte grise et une tache blanche sur l'aile. La poitrine est la partie la plus foncée de son corps. Le rougequeue noir a la queue orange brique, les sous-caudales et le croupion roux. Le bec très pointu, les yeux, les pattes et les doigts sont noirs.

Certains mâles peuvent arborer un plumage de type femelle.

Des plumes blanches, visibles sur l'extérieur des ailes, apparaissent progressivement avec l'âge.

Ils sont très protecteurs envers leur famille.

Aspect de la femelle[modifier | modifier le code]

Petit oiseau posé sur une branche d'arbre, fond vert. Plumage gris clair. Elle tient quelque chose dans son bec.
Une femelle rougequeue noir.

La femelle est plus terne que le mâle, avec un plumage uniforme gris-brun cendré, seules les plumes sous-caudale de sa queue demeurent rousses allant vers le marron clair. Sa poitrine grisâtre est légèrement striée de foncé.

Aspect des juvéniles[modifier | modifier le code]

Rougequeue juvénile.
Rougequeues noirs juvéniles.

Le juvénile de 1re année ressemble à la femelle, sauf que son plumage est légèrement plus brun et tacheté, et n'a pas de blanc sous les ailes. Ensuite à partir de son second automne, il ressemble aux adultes. Les adultes ne varient pas beaucoup en croissance, les mâles et femelles font la même taille.

Voix, Chants et cris[modifier | modifier le code]

Le chant est une phrase assez courte qui commence par un grincement retenu qui rappelle le bruit d'un papier que l'on froisse et qui se poursuit par la répétition rapide d'une note "tu tu tu tu tu" qui rappelle le Rougequeue à front blanc.

Deux cris habituels peuvent être notés, qui traduisent tous les deux une certaine inquiétude des adultes face à un danger. Tout d'abord un "sit" assez incisif et souvent répété, dont la fréquence de répétition traduit le degré d'inquiétude. Le second est un "tec", lui aussi volontiers répété par séries de 3 ou 4 notes. Ces cris peuvent durer de longues minutes, jusqu'à ce que le danger disparaisse.

Le cri du juvénile est un "tsi kr" sec bisyllabique. C'est un cri de quémande de la nourriture. Il permet aux parents de connaître la position de leurs jeunes pour un nourrissage plus efficace.

Longévité[modifier | modifier le code]

Le rougequeue noir peut vivre jusqu'à 8 ans, 10 ans au maximum.

Comportement et traits de caractères[modifier | modifier le code]

Le Rougequeue noir est un oiseau assez peu farouche. On le repère à ses cris et à son chant lorsqu'il est posé en évidence, ne cherchant pas à se cacher. Son chant contribue à l'ambiance sonore des villages ruraux au printemps. En milieu urbain, ce chant sonore arrive à percer le bruit de la ville.

L'oiseau est le plus souvent vu perché sur un support dégagé (piquet, fil, buisson, branche basse d'un arbre) d'où il surveille le sol alentour pour repérer ses proies sur lesquels il fond d'un vol direct. Au sol, il se déplace en sautillant.

En toute occasion, il agite nerveusement la queue verticalement d'un curieux mouvement mécanique. Lorsqu'il est inquiété, il s'envole d'un vol aisé et direct vers un refuge, arbre, bâtiment ou rocher.

Il n'est pas grégaire, mais au moment des passages, de petits groupes, le plus souvent moins de 10 individus, peuvent être observés dans les endroits favorables( petits bissons , arbre de tailles moyennes, haies..). En saison de reproduction, les groupes les plus importants sont les groupes familiaux.

Le Rougequeue noir est monogame et territorial. Lorsque l'habitat est optimal, les territoires peuvent être contigus. Les intrus sont pourchassés par les titulaires avec force cris.

Toujours perché en évidence, que ce soit sur un rocher ou le faîte d'un toit, le mâle lance son chant comme un défi envers ses congénères. Il affirme là son territoire qu'il défendra tout au long de la belle saison. Il chante avant même le lever du soleil, puis tout au long du jour en début de reproduction, avant que son rôle de père nourricier ne l'accapare. Après l'envol, ce sont les cris grésillants des jeunes quémandant leur nourriture qui attirent l'attention des adultes comme la nôtre.

Alimentation, mode et régiment alimentaire[modifier | modifier le code]

Le Rougequeue noir est avant tout un insectivore qui se nourrit de divers invertébrés terrestres, principalement d'insectes et/ou de leurs larves, mais également d'araignées, de millepattes, de petits mollusques, de petits lombrics, etc.

En bord de mer, il peut consommer de petits crustacés intertidaux. Il se nourrit aussi de petits fruits et de baies dès que l'avancée de la saison lui en offre. Les graines sont marginales dans son régime.

Il lui faut pour chasser des espaces dégagés à sol nu ou peu végétalisé. Il repère ses proies depuis un poste d'affût dominant et les capture au sol le plus souvent. Il peut aussi les rechercher en voletant d'un caillou ou d'une motte à l'autre. Il sait aussi capturer au vol des insectes posés sur une paroi rocheuse ou un mur, moins fréquemment des insectes volants. Les petits fruits sont cueillis en place et non ramassés au sol.

Vol[modifier | modifier le code]

Le Rougequeue noir a un vol aisé et direct, à battements réguliers typiques de la famille des Muscicapidés. C'est en milieu montagnard qu'il exprime le mieux ses capacités quand d'un coup d'aile, il gagne le haut d'une falaise. Il sait pratiquer le vol sur place, par exemple quand il s'agit de saisir un insecte sur une paroi rocheuse ou un mur.

Reproduction[modifier | modifier le code]

  • La nidification du Rougequeue noir est semi-cavernicole. Il recherche pour nicher toutes sortes d'anfractuosités plus ou moins ouvertes, le plus souvent protégées par un surplomb qui le confine, et ce en milieu "rupestre". Sur un bâtiment, le nid sera souvent construit sous le toit, en haut du mur ou sur un élément de charpente à condition qu'ils soient accessibles. En montagne, une anfractuosité dans une fissure ou un espace érodé entre deux strates géologiques accueillera le nid. Le nid, construit par la femelle, est un assemblage assez lâche et peu structuré d'éléments végétaux secs (herbes, paille, feuilles, mousse). La coupe est tapissée de poils et de plumes qui le rendent douillet. La femelle y dépose 4 à 6 œufs blancs brillants qu'elle couvera seule environ 13 jours. Les jeunes sont nourris au nid pendant une 15e de jours, puis encore 15 jours à 3 semaines après leur envol. Souvent, la famille se scinde en deux à ce moment, mâle et femelle prenant en charge chacun de leur côté une partie de la fratrie. Une seconde nichée pourra suivre rapidement dès que la femelle sera libérée de sa tâche de nourricière.

Nidification[modifier | modifier le code]

À partir de mars, le rougequeue noir commence à construire son nid avec des brindilles et des racines, le remplit de poils et en solidifie le fond avec des feuilles et de l'argile. Il revient chaque année pour nicher et construit presque systématiquement un nouveau nid. Il niche uniquement dans le sud et le centre de l'Europe et de façon très localisée en Grande-Bretagne bien que l'on ait aussi trouvé des individus égarés qui ont niché en Écosse et en Norvège.

Un nid de rougequeues noirs.

Il niche dans toutes les cavités permettant d'accueillir un nid :

  • dans les rochers et les murs jusqu'à une très haute altitude,
  • dans les villes, derrière les gouttières et dans l'encadrement des fenêtres,
  • dans les nichoirs.
  • dans un nid ouvert sur le haut d'hirondelle ou de martinet.
  • dans une grange dans un nid d'hirondelle

Son aire de nidification est pourtant réduite, à cause du ravalement des façades ou la rénovation des vieilles bâtisses.

Un nid avec les œufs.

Le rougequeue produit deux à trois couvées par an, et revient nicher chaque année au même endroit, en construisant le plus souvent un nouveau nid (il peut d'ailleurs construire plusieurs ébauches avant le nid hébergeant la première ponte) ou plus rarement en entretenant l'ancien nid.

Élevage des oisillons[modifier | modifier le code]

La femelle pond environ cinq œufs blancs et parfois parsemés de taches brun-rouille d'environ 20 mm de long, qu'elle va couver seule pendant 13-14 jours. Les poussins sont nidicoles, et à leur éclosion ils possèdent seulement un léger duvet gris foncé épars sur le dos. Les parents les nourrissent donc durant leur séjour au nid.

Une femelle avec ses oisillons

Les jeunes quittent le nid au bout d'une douzaine de jours[1], mais comme ils ne savent pas voler ils restent cachés au sol, où ils continuent à être nourris par leurs parents. À l'âge d'environ un mois ils font enfin leur premier vol.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Répartition de l'espèce.

Répartition[modifier | modifier le code]

Le Rougequeue noir est une espèce eurasiatique dont l'aire de répartition s'étend de l'Atlantique à l'est de la Chine, essentiellement aux latitudes moyennes. Cette aire peut se résoudre en deux ensembles, l'un occidental couvrant l'Europe (ssp gibraltariensis) et l'Asie mineure (ssp ochruros), l'autre oriental et asiatique (ssp phoenicuroides et rufiventris) auxquels s'ajoute une petite population moyen-orientale (ssp semirufus).

La Scandinavie et la Russie ne sont occupées que très marginalement au sud, preuve que l'espèce n'a pas d'affinités boréales. L'espèce n'est pas commune au Royaume Uni.

Au sud de l'aire, le Rougequeue noir recherche en revanche l'altitude pour échapper à un climat trop chaud. C'est ainsi qu'on le trouve dans les atlas marocains, les montagnes du nord de l'Algérie, celles d'Iran, et plus à l'est les montagnes d'Asie centrale, puis Pamir et Himalaya.

En hiver, les oiseaux des latitudes les plus élevées descendent vers le sud et gagnent par exemple le pourtour du bassin méditerranéen à l'ouest. À l'est, les migrateurs se répandent sur le sous-continent indien, la péninsule arabique et le nord-est de l'Afrique. Ce sont de véritables migrateurs. Les oiseaux montagnards du sud effectuent simplement une migration altitudinale.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le Rougequeue noir est très lié aux milieux rupestres, qu'ils soient naturels (falaises, éboulis rocheux, versants rocailleux, ravins, etc.

ou artificiels (constructions humaines de toutes sortes), car sa nidification est rupestre. On peut penser qu'avant que l'Homme ne se mette à construire, l'espèce n'était pas anthropophile mais liée aux milieux naturels à substrat rocheux apparent.

Il apprécie les espaces dégagés quels qu'ils soient comme zones de chasse. Il les trouve sur les versants montagneux, dans les espaces agricoles, sur les rivages maritimes, en milieu urbain, entre autres. Il est absent dès que le taux de couverture par les ligneux atteint le seuil d'environ 25%, et ce au profit de son congénère le Rougequeue à front blanc qui prend alors le relais. Son adaptation au milieu urbain lui a permis d'étendre son aire en plaine.

Protection[modifier | modifier le code]

Le rougequeue noir bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire[2]. Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l'enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids et de détruire, altérer ou dégrader leur milieu. Qu'il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l'utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l'acheter. Mais toute fois, le Rougequeue noir est largement répandu et souvent commun dans son habitat. Il n'est pas considéré menacé par Birdlife International.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, il existe 4 sous-espèces :

  • Phoenicurus ochruros gibralteriensis (Gmelin, 1789) ;
  • Phoenicurus ochruros ochruros (S.G. Gmelin, 1774) ;
  • Phoenicurus ochruros rufiventris (Vieillot, 1818) ;
  • Phoenicurus ochruros semirufus (Hemprich & Ehrenberg, 1833).

James Franklin Clements[3] reconnaît deux sous-espèces supplémentaires :

  • Phoenicurus ochruros phoenicuroides ;
  • Phoenicurus ochruros xerophilus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Oiseaux.net
  2. Le statut juridique des oiseaux sauvages en France, Ligue pour la protection des oiseaux
  3. James F. Clements et al., The Clements Checklist of Birds of the World, 6th edition, 2008.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jiří Félix, Oiseaux des Pays d'Europe, Paris, Gründ, coll. « La Nature à livre ouvert », , 320 p., 22 cm × 30 cm (ISBN 2-700-01504-5), p. 261
  • Guy Mountfort et P.A.D Hollom, Guide des oiseaux de France et d'Europe, Delachaux et Niestlé, coll. « Les guides du naturaliste», Paris, 1994.