Romanel-sur-Lausanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romanel.

Romanel-sur-Lausanne
Romanel-sur-Lausanne
Le temple de Romanel-sur-Lausanne
Blason de Romanel-sur-Lausanne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Lausanne
Communes limitrophes Lausanne, Le Mont-sur-Lausanne, Prilly, Jouxtens-Mézery
Syndic Daniel Crot
NPA 1032
N° OFS 5592
Démographie
Gentilé Lè Buya-tsa
Population
permanente
3 298 hab. (31 décembre 2017)
Densité 1 145 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 34′ 00″ nord, 6° 36′ 00″ est
Altitude 590 m
Superficie 2,88 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Romanel-sur-Lausanne
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Romanel-sur-Lausanne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Romanel-sur-Lausanne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Romanel-sur-Lausanne
Liens
Site web www.romanel-sur-lausanne.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Romanel-sur-Lausanne est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Lausanne. Elle est située entre Cheseaux et Lausanne. Les habitants se nomment « Lè Buya-Tsa ». Elle comprend environ 3000 habitants. Leur sobriquet est traditionnellement Lè Buya-Tsa en arpitan, ou en français, les Lessive-Chats[A 1]. Elle se trouve à 628 m. d'altitude en moyenne

Toponymie[modifier | modifier le code]

Romanel est formé avec le nom de personne latin Romanus (que l'on trouve également en allemand sous la forme Ruman et qui a donné par exemple Romanshorn) et du suffixe diminutif -ellu, ou -ella. La forme composée Romanel-sur-Lausanne est une forme tardive qui sert à distinguer cette commune de Romanel-sur-Morges[3].

Premières mentions: 1182, Romanel. — 1184, apud Romanes. — avant 1185, Romaneaus. — 1220, Petrus de Romanel[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

De gueules à la fontaine d'argent, au chef du même. Ces armoiries ont été adoptées en 1930. Les émaux rappellent que ce territoire relevait autrefois de la seigneurie de Lausanne. La fontaine héraldique évoque les sources alcalines de Romanel, connues déjà anciennement, puis oubliées mais retrouvées en 1879 à proximité du village, et alors baptisées «Source Providence»[4].

Sobriquet des habitants de Romanel[modifier | modifier le code]

Les habitants de Romanel ont pour sobriquet : Lè Buya-tsa, en patois «ceux qui ébouillantent les chats» ou «les lessive-chats» légende qui voudrait qu'un chat se serait enfilé dans un tas de linge sale pour faire sa sieste et par malheur se serait retrouvé dans une marmite à être lavé [5].

Géographie[modifier | modifier le code]

A 5 ½ km au Nord-Ouest de Lausanne sur la route reliant cette dernière à Echallens et à Yverdon, le village de Romanel est situé à l'extrémité sud du grand plateau du Jorat.
Le centre du village se trouve à une altitude de 590 mètres et l'altitude moyenne du village est 628 mètres. Son territoire touche ceux du Mont-sur-Lausanne, de Lausanne (enclaves du Taulard et de Vernand), de Jouxtens-Mézery et de Prilly.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Temple[modifier | modifier le code]

Une chapelle est attestée en 1373, sans doute dédiée à saint Vincent et alors dépendante de l'église de Saint-Laurent à Lausanne. L'édifice est reconstruit en 1717-1718 sur les plans de l'architecte lausannois Guillaume Delagrange[6]. Le temple devient une annexe de Cheseaux-sur-Lausanne en 1837, de Prilly en 1846, puis à nouveau de Cheseaux en 1849[7].

Le bâtiment reçoit une nouvelle façade en 1866, est restauré à l'intérieur en 1929, et à l'extérieur en 1952 et 1972[6].

Transports publics[modifier | modifier le code]

La commune de Romanel-sur-Lausanne est desservie par la ligne de train régionale du chemin de fer Lausanne-Échallens-Bercher (LEB) qui s'arrête à la gare de Romanel-sur-Lausanne.

Économie[modifier | modifier le code]

La source La Providence a permis la fabrication par la marque Henniez de la limonade Romanette, sur place de 1938 à 1979, année oú la marque a été vendue et la production délocalisée. La marque Romanette, inspirée du nom de Romanel-sur-Lausanne a cessée d'être fabriquée de 1990 à 2014, année oú la production a repris ailleurs[8].

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

Romanel dispose de 3 établissements scolaires : le collège des Esserpys, pour les 1re et 2e années HarmoS, le collège du Rosset, pour les 3e et 4e années, et le collège de Prazqueron, pour les années scolaires allant de la 1re HarmoS à la 6e année HarmoS.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente au 31 décembre 2017 », sur Statistiques Vaud (consulté le 30 septembre 2018)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. a et b Florence Cattin (et al.), Dictionnaire toponymique des communes suisses, Neuchâtel, Frauenfeld, Lausanne, Centre de dialectologie, Université de Neuchâtel et Huber, , 1102 p. (ISBN 3-7193-1308-5), p. 753.
  4. Olivier Dessemontet et Louis F. Nicollier, Armorial des communes vaudoises, Lausanne, Spes, , 270 p., p. 100.
  5. « Sobriquet » (consulté le 15 juin 2015)
  6. a et b Marcel Grandjean, Les Temples vaudois. L'architecture réformée dans le Pays de Vaud, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise 89, , 667 p., p. 242.
  7. Eugène Mottaz, Dictionnaire historique, géographique et statistique du canton de Vaud, t. II, Genève, Slatkine, réimpression de l’édition de 1921, , 858 p. (ISBN 2-05-100460-9).
  8. « VD: Nestlé relance la Romanette », RTS, 17 février 2014 (voir en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Charles Roux, Noms et sobriquets des Vaudois, Yens-sur-Morges, Cabédita, (ISBN 978-2-88295-339-1)
  1. p. 81

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :