Roland TR-808

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Roland TR-808
Image illustrative de l’article Roland TR-808
Fabricant Roland Corporation
Dates 1980-1983
Caractéristiques
Type Analogique
Polyphonie 12 voies
MIDI Non (DIN sync)
Dimensions 508×305×105 mm
Poids 5 kg

La TR-808 est un instrument de musique électronique de type boîte à rythmes fabriqué entre 1980 et 1983 par la société Roland.

Historique[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Contrairement aux modèles précédents (CR-78, CR-8000), la TR-808 (TR pour « Transistor Rhythm ») était destinée à un usage professionnel, notamment le maquettage en studio. Sa conception a été supervisée par Makoto Murio, elle a été conçue par M. Nakamura et M. Matsuoka. De construction robuste et dotée d'une programmation élaborée, la 808 se distingue par son système d'édition pas à pas (clavier de 16 touches qui deviendra la norme sur les boites à rythmes). Sa concurrente directe, la LinnDrum de Roger Linn utilisant des échantillons de percussions et non des sons de synthèse, est vendue quatre fois plus chère[1].

En 1982, elle est notamment utilisée dans les tubes Sexual Healing de Marvin Gaye, et Planet Rock d'Afrika Bambaataa et The Soulsonic Force.

Environ 12 000 exemplaires de la TR-808 ont été fabriqués quand sa production est arrêté. En effet, l'arrivée de la norme MIDI la rend obsolète. La TR-909 sort en 1984, puis la TR-707 en 1985, première boîte à rythmes Roland entièrement numérique.

Regain d’intérêt[modifier | modifier le code]

C'est sur le marché de l'occasion pendant les années 1980 que la TR-808 connaît un renouveau, grâce à des courants musicaux comme la new beat, le hip-hop, la house ou l'electro. Ce regain d'intérêt est surtout lié aux qualités propres de la machine, simplicité de programmation, solidité, et surtout des sons très dynamiques et très typés. L'objectif n'est plus de simuler le mieux possible un batteur ou un percussionniste mais de produire des lignes rythmiques munies d'une couleur propre[2].

Depuis, la TR-808 a été énormément échantillonnée, clonée et copiée, et devient un classique des instruments électroniques.

Dans les années 2000, sa notoriété la classe au statut d'instrument culte, qualifiée de « légende » ou d’« icône »[1].

En 2014, Roland annonce la sortie de la TR-08, une boite à rythme qui simule la TR-808[3],[4].

Description[modifier | modifier le code]

Sonorité[modifier | modifier le code]

Exemple sonore.

La TR-808 génère de manière analogique 16 sons peu réalistes inspirés des grosse caisse, caisse claire, toms, congas, maracas, clap, claves, rimshot, cowbell, cymbale, et charleston (ouvert et fermé). Même si ce manque de réalisme ne permet pas de simuler une batterie, son caractère unique inspire de nombreux artistes[5]. Les sons de grosse caisse et de cowbell sont particulièrement caractéristiques[5],[4].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

  • 12 voix de polyphonie
  • 16 sonorités (commutables) dont certaines paramétrables
  • 1 séquenceur de 64 mesures et 12 morceaux (résolution maximale de 32 pas par mesure), 768 mesures au total
  • 4 mesures intro/fill in en 2 banques (A et B)
  • Accentuation commune à tous les sons
  • Synchronisation externe par DIN sync
  • 11 sorties séparées, 2 mixées, 3 triggers
  • 3 piles AA pour la mémoire
  • 508×305×105 mm, 5 kg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Du flop au top : comment la TR-808 est devenue un instrument culte », Greenroom,‎ (lire en ligne)
  2. (en-US) Elias Leight, « 8 Ways the 808 Drum Machine Changed Pop Music », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  3. « AIRA: Roland set to revive the classic 808 drum machine in 2014 », sur FACT Magazine, (consulté le 15 juin 2017)
  4. a et b (en-GB) Ben Beaumont-Thomas, « Roland launch new versions of the iconic 808, 909 and 303 instruments », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  5. a et b (en) « Everything you ever wanted to know about the Roland TR-808 but were afraid to ask », sur FACT Magazine, (consulté le 15 juin 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]