Rodolphe Strebelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rodolphe Strebelle
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
UccleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Maître
Mouvement
Enfant

Rodolphe-Arman Strebelle, né à Tournai, le , et mort à Uccle, le , est un peintre belge, artiste graphique, créateur de cartons de tapis et de vitraux[1]. Il fait partie des mouvements artistiques du Fauvisme brabançon et de l'Expressionnisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Tournai, le , Rodolphe Strebelle est admis à quatorze ans aux cours du soir de l'Académie de Royale des Beaux-Arts de Schaerbeek et, huit ans plus tard, en 1902, à L'Académie de Bruxelles. Sa famille connaissant de graves problèmes financiers, il pu poursuivre cette éducation grâce au soutien du peintre-décorateur Adolphe Crespin qui enseignait dans cette première académie, l'y remarqua et l'engagea près de 15 ans comme aide dans son atelier, où travaillait également Henri Evenepoel. Pour R. Strebelle : "j'ai été artisan avant d'être artiste"[2].

A l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles, il suit les cours de dessin d'après le modèle vivant du peintre symboliste, Jean Delville[3]. Il rejoint en 1912 l'atelier libre de L'Effort, où il se lie d'amitié avec Auguste Oleffe[2]. Selon l'historien S. Goyens de Heusch, il affranchit sa peinture et pratique comme ses collègues brabançons un fauvisme intimiste. Aussi, dans les années 1920, il se dirige vers une forme toujours plus synthétique[4]. En 1929, il rejoint le groupe Nervia fondé un an plus tôt par un ancien élève du Professeur J. Delville, Anto Carte, et par le peintre, Louis Buisseret, avec le soutien de l'assureur et amateur d'art, Léon Eeckman[5],[6].

Dès 1922 et jusqu’à la fin de sa vie, il enseigne la composition décorative à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Molenbeek-Saint-Jean[2]. D'autre part, dès l'année académique 1935-36 et jusqu'à celle de 1945-46, il donne l'illustration du Livre et l'ornementation appliquée aux métiers de l'Art à l'Institut supérieur des Arts décoratifs de La Cambre[7].

Rodolphe Strebelle meurt à Uccle, le [2].

Liens familiaux[modifier | modifier le code]

Rodolphe Strebelle est le père du peintre Jean-Marie Strebelle (1916–1989), de l'architecte Claude Strebelle (1917-2010) et du sculpteur Olivier Strebelle (1927-2017[1]).

Expositions personnelles[2][modifier | modifier le code]

  • 1922 : Cercle Artistique et Littéraire de Bruxelles, 17-.
  • 1927 : Galerie Le Centaure, Bruxelles, 12-.
  • 1934 : Salle Ars, Gand, 3-.
  • 1938 : Salle Ars, Gand, 4-.
  • 1942 : Galerie Pierre Breughel, Bruxelles, 14-.
  • 1954 : Cercle Artistique et Littéraire de Bruxelles, juin.
  • 1959 : Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, XXIIIème salon des peintres de la mer : Rétrospective Rodolphe Strebelle, - .
  • 1960 : Galerie Au Cheval de Verre, Bruxelles, 19-.
  • 1960 : Centre Culturel et Artistique d'Uccle, Bruxelles, 13-.
  • 1961 : Galerie Serco, Hoeilaart, septembre - .
  • 1981 : Musée d'ixelles, 13 févier - ; Musée de la Boverie de Liège, - ; Musée des Beaux-Arts de Tournai, - .

Expositions de Groupes[2][modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[2][modifier | modifier le code]

  • Musées des Beaux-Arts: Belgique (Bruxelles, Charleroi, Anvers, Ixelles, Liège, Mons et Tounai), France (Grenoble), Italie (Venise), Lettonie (Riga).
  • Administrations Communales de Namur[5], d'Uccle et de Molenbeek-Saint-Jean.
  • La Collection de l'État belge.

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Bendère (de), Robert. Rodolphe Stebelle, collection "Artistes aujourd'hui", 1924, Paris-Bruxelles: Éditions Gauloise.
  • Marlow, Georges. Rodolphe Strebelle, collection "Nos Artistes", 1925, Bruxelles: Éditions Savoir et Beauté.
  • Maret, François. Rodolphe Strebelle, 1952, Anvers : De Sikkel ; Bruxelles : Éditions du Cercle d'Art, 15 p., 24 planches.
  • Tolstoy, Marina. Rodolphe Strebelle 1880-1959, catalogue d'exposition, 1981, Musée d'Ixelles (Bruxelles), 72 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Piron, Paul., Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, Ohain-Lasne, Editions ART IN BELGIUM, (ISBN 2-930338-11-3), p. 478 (Vol.2 (L-Z))
  2. a b c d e f et g Tolstoy, Marina., Rodolphe Strebelle 1880-1959, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musée d'Ixelles,
  3. Maret, François., Rodolphe Strebelle (Collection "Monographies de l'Art Belge"), Anvers, De Sikkel, , 15 p., 24 planches p.
  4. Goyens de Heusch, Serge., L’impressionnisme et le fauvisme en Belgique, Anvers, Fonds Mercator, , 473 p. (ISBN 90-6153-179-9)
  5. a et b « Nu - Rodolphe STREBELLE (Tournai 1880 - Uccle 1959) », sur www.namur.be (consulté le 14 mars 2020)
  6. « Biographie de Léon Eeckman », sur www.fonds-leon-eeckman-et-le-groupe-nervia.be (consulté le 14 mars 2020)
  7. Delevoy, Robert-L., Maurice Culot et Anne van Loo, La Cambre 1928-1978, Bruxelles, Editions Archives d'Architecture Moderne (AAM),

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]