Olivier Strebelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Strebelle.
Olivier Strebelle
Strebelle2.jpg

Olivier Strebelle

Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (89 ans)
UccleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Olivier Strebelle, né le à Uccle[1], est un sculpteur belge. Il est le fils du peintre Rodolphe Strebelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1943 à 1946, Olivier Stebelle étudie la céramique et la sculpture à l'École nationale supérieure d'architecture et des arts décoratifs de « La Cambre », à Bruxelles[2].

En 1949, avec Alechinsky, Reinhoud, Dotremont et Olyff, il fonde les Ateliers du Marais à Bruxelles, l'un des lieux d'expression mouvement Cobra[2].

En 1956, il remporte le Prix de Rome et abandonne la céramique pour se consacrer exclusivement à la sculpture[2].

Dès 1953, il réalise un parcours impressionnant en tant que professeur dans différentes académies et universités : il est professeur à l'Académie royale des beaux-arts d'Anvers, en 1961 à l'Université de la Colombie-Britannique à Vancouver (Canada), en 1968 à l'Université d'Iowa (États-Unis), en 1977 à l'Université du Colorado à Boulder et à l'Université d'Atlanta et de Philadelphie[2],[3].

De 1984 à 1987, il est responsable de la chaire Lamar Dodd à l'Université de Géorgie (États-Unis)[2]. Et enfin, en 1987, il est membre de l'Académie royale de Belgique (classe des Beaux-Arts et des Lettres).

Philippe Dasnoy dit de lui que c'est un « Individualiste, obstiné et téméraire, Olivier Strebelle a, dans sa vie, comme dans son œuvre, cultivé le risque comme ingrédient indispensable. Il a gardé de son enfance un intérêt pour la figuration tout en restant à l'écart de toutes appartenances spirituelles ou esthétiques. Faire de sujets des objets (grands si possible), est resté sa prédilection. Avant le bronze et l'acier, la terre et la neige furent les sources de son inspiration »>[4].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Toutes les œuvres[5],[6],[7] d'Olivier Strebelle sont conçues en étroite relation avec son environnement, que ce soit sous forme d'objets, de paysages voire de spectacles. Dans toute son œuvre, on peut rencontrer une réelle symbiose entre l'art et la nature.

Fontaine L'Enlèvement d'Europe sur la place de l'Europe à Moscou.

Son œuvre Flight in Mind fut endommagée lors de l'attentat à l'aéroport de Bruxelles, le . Les gestionnaires de l'aéroport, en accord avec l'artiste, ont décidé de ne pas la restaurer. Elle en gardera les stigmates et devrait être faire partie d'un lieu de commémoration aux victimes[8].

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 1951, avec, entre autres Lucien Deroisy et Jacques Calonne, Olivier Strebelle joue dans Perséphone de Luc de Heusch, unique film du mouvement CoBrA, scénarisé par Pierre Alechinsky, Christian Dotremont et Jean Raine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Académie / Who's who ? / Olivier Strebelle sur le site de l'Académie royale de Belgique
  2. a, b, c, d et e Gwennaëlle Gribaumont, Bruxelles : 200 sculptures se racontent, Bruxelles, Aparté, , 221 p. (ISBN 978-2-9303-2720-4), p. 100-102
  3. « Biographie - professorat », sur Olivier Strebelle (consulté le 16 avril 2016)
  4. « Biographie », sur Olivier Strebelle (consulté le 16 avril 2016)
  5. « Œuvre - Bruxelles », sur Olivier Strebelle (consulté le 15 avril 2016)
  6. « Œuvre - Belgique », sur Olivier Strebelle (consulté le 15 avril 2016)
  7. « Œuvre - Étranger », sur Olivier Strebelle (consulté le 15 avril 2016)
  8. Belga, « Brussels Airport : l'œuvre monumentale du hall des départs ne sera pas réparée », sur Le Soir,‎ (consulté le 15 avril 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :