Riberalta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Riberalta
Riberalta
Administration
Pays Drapeau de la Bolivie Bolivie
Département Flag of Beni.svg Beni
Province Vaca Diéz
Démographie
Population 99 070 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 11° 00′ 24″ sud, 66° 03′ 48″ ouest
Altitude 214 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bolivie

Voir la carte administrative de Bolivie
City locator 14.svg
Riberalta

Géolocalisation sur la carte : Bolivie

Voir la carte topographique de Bolivie
City locator 14.svg
Riberalta

Riberalta est une ville du département de Beni, en Bolivie, et le chef-lieu de la province de Vaca Diéz. Elle est située sur la rive du Río Beni, dans le bassin de l'Amazone, à 445 km au nord de Trinidad, la capitale du département. Sa population s'élevait à 99 070 habitants[1] en 2018. De par sa proximité avec la forêt amazonienne, Riberalta est aussi appelé la capitale Bolivienne de L’Amazonie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville a eu différents noms : Barranca Colorada, La Cruz, Ribera-Alta et enfin Riberalta. Depuis le milieu du XIXe siècle, de nombreux explorateurs et navigateurs solitaires s'y sont aventurés à la recherche d'aventures et de ressources naturelles. À cette époque la ville n'était constituée que d'un baraquement élevé au confluent des deux rivières colossales : le Río Beni et le Río Madre de Dios. Ce baraquement s'est transformé au fur et à mesure en ville par l'installation de nombreux hommes d'affaires nationaux et internationaux et des aventuriers attirés par le potentiel économique des arbres à caoutchouc (Hévéa brasiliensis) abondants dans la région. Ce n'est qu'après 12 ans de prospérité que la ville fut officiellement nommée le 3 février 1894 par Manuel Vicente Ballivián.

Population[modifier | modifier le code]

En raison de l'emplacement si spécifique de la ville et de l'expansion du marché du caoutchouc, Riberalta est devenue un centre d'activité international. Plusieurs entreprises européennes ont ouvert des bureaux, et l'argent provenant des exportations du caoutchouc a créé un véritable boom économique, grâce au boom du caoutchouc, qui a attiré des gens de toute la Bolivie. Par exemple l'entreprise Casa Suárez, créée par Nicolás Suárez Callaú, a contribué fortement au développement économique de la région par la création de nombreux emplois dans le domaine du caoutchouc. Outre les entrepreneurs européens, Riberalta a aussi accueilli des immigrants japonais. L'arrivée de divers immigrants a cédé la place à un mélange cosmopolite de cultures et à l'acquisition de nouvelles techniques dans l'agriculture, la menuiserie, etc. Mais l'engouement pour le caoutchouc a été vite découragé avec le début de la Première Guerre mondiale. L'exode des populations (notamment des étrangers) a au un grand sur la ville et son économie. Grâce à de nombreux projets, liés principalement à l'éducation, la ville se réveille lentement dans les années 1940. Et enfin, dans les années 1960, l'extraction des amandes amazoniennes, aussi appelées noix du brésil) commence à présenter une nouvelle alternative économique.

Évolution démographique[2]
1902 1906 1911 1915 1928 1969
400 1 700 4 020 2 900 4 500 6 500
1976 1992 2001 2008 2018
18 032 43 454 64 511 82 800 99070

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie actuelle de la ville est toujours maintenue grâce à l'activité de la noix brésilienne. Le nord de la Bolivie est maintenant le principal producteur de cette délicieuse noix connue partout dans le monde. Et heureusement pour les habitants de Riberalta les conditions de travail se sont améliorées avec l'installation de machines, mais cela a également conduit à une augmentation du taux de chômage dans la ville. La région produit également des bois tropicaux, de l'or alluvionnaire, du caoutchouc, des fruits exotiques d'Amazonie (cupuaçu, majo, motacú).

Venir à Riberalta[modifier | modifier le code]

La ville est accessible de deux manières: par bus ou par avion.

Bus : Même si la distance entre Riberalta et La Paz peut sembler courte, l'état des routes boliviennes augmente souvent le temps de transport. Il est donc possible de venir en bus mais même si le voyage permet d'admirer les magnifiques paysages de la Bolivie, cela prend beaucoup de temps, il est donc préférable si vous manquez de temps de prendre l'avion. Si tout va bien il faut environ 24h de bus de La Paz à Riberalta pendant la saison sèche (mars à novembre). Cependant, il pourrait facilement durer 10 heures de plus si vous rencontrez des problèmes sur la route (ce qui est assez commun en Bolivie). Ce voyage coûte environ 180 Bs (26 $).

Avion : C'est toujours le moyen le plus simple, même si la connexion entre les villes ne sont pas directs. L'avion s'arrêtera probablement à Trinidad avant d'arriver à Riberalta. Selon l'endroit d'où vous venez, vous devrez peut-être changer d'avion ou rester dans le même. Si vous avez le moindre doute, il suffit de demander aux membres de l'équipage qui ont l'habitude de cette question. Pour un vol de La Paz, il faut compter en moyenne 900 Bs (130 $) avec Ecojet[3] et 700 Bs (100 $) avec Amaszonas[4], mais avec un changement à Santa Cruz pour ce dernier. De Cochabamba il en coûte environ 750 Bs (110 $) avec Ecojet et avec Amazonas environ 700 Bs (100 $). Il est aussi possible de partir de Pôrto Velho, au Brésil, puis de se diriger vers Guajará-Mirim, à la frontière bolivienne, sur le Río Mamoré. À partir de là, il ne reste plus que 90 km pour atteindre la ville de Riberalta.

Se déplacer[modifier | modifier le code]

Il possible de se déplacer à pied dans Riberalta mais le mode locomotion préféré des habitants est sans aucun doute la moto. C'est d'ailleurs assez surprenant de voir autant de moto dans une ville. Il est donc naturel que la très grande majorité des taxis soit des moto-taxi. D'un simple geste ils s'arrêtent à votre niveau et pour 4 Bolivianos les conducteurs de taxis vous déposent où vous souhaitez en ville. Ils sont facilement reconnaissables avec leur gilet à la couleur du syndicat de transport auquel ils appartiennent.

Pour se déplacer autour de Riberalta d'autres solutions sont possibles, comme la taxi (voiture), le bus ou encore le moto-car.

Taxi : Il existe de nombreux syndicats de taxis dans la ville, le plus est encore de récupérer leurs coordonnées et de leur demander leurs tarifs pour un déplacement.

Bus : De même il y a de nombreuses liaisons avec différentes ville comme La Paz, Guayaramerin, ou des lieux touristiques comme le lac Tumichucua. Le plus simple est d'aller directement au terminal de bus afin de demander aux différents syndicats quels sont les prix et les horaires pour les destinations désirées.

À voir, à faire[modifier | modifier le code]

La ville et ses alentours regorgent de lieux où il est bon de passer du temps pour une heure, une demi journée, un jour ou plus.

Dans Riberalta[modifier | modifier le code]

Comme toute ville proche des rives d'un fleuve, la majorité des attractions sont situées le long des rives du Río Beni. La promenade touristique le long de la rivière offre de nombreux points de vues exceptionnels sur le fleuve, sur la jonction entre le Beni et le Rio Madre de Dios et le forêt amazonienne de l'autre côté. Par exemple, il est possible de grimper au sommet du phare pour profiter de la superbe vue ou simplement se promener le long de la promenade et admirer le pont ou la croix qui marque le lieux de la fondation de la ville. C'est aussi possible de déguster des poissons plats dans les nombreuses cabañas surplombant la rivière.

Autour de Riberalta[modifier | modifier le code]

La région de Riberalta offre de nombreux lieux d'observation de la nature mais aussi de la vie des communautés.

Le long de la rivière: Il est agréable de marcher le long de la rivière, pendant la saison sèche, vous pouvez même obtenir des plages de sable fin avec beaucoup d'espace pour mettre votre serviette, l'équivalent de la mer en Bolivie.[style à revoir]

Las Piedras: Est une petite ville à environ 5 km de Riberalta de l'autre côté de Río Beni. Vous pouvez vous y rendre en moto, en taxi ou en vélo. Quand vous avez traversé la rivière, allez là où la route tourne à gauche, il y a un petit chemin qui mène à la forêt et à quelques ruines incas. Ils pourraient être un peu difficiles à repérer, c'est en fait un fort et un mur où la rivière passait. Comme les rivières se déplacent en Amazonie, avant, ce fort était proche d'une rivière traversant Río Madre de Dios et Río Beni. Un point stratégique à des fins commerciales ou militaires. Peu de recherches ont été faites jusqu'à présent mais une enquête a été faite par l'université d'Helsinki il y a environ 4 ans. Des pièces archéologiques ont été découvertes et la plupart d'entre elles sont maintenant conservées dans un musée à Lima alors qu'il en reste encore quelques pièces dans la ville de Las Piedras.

Environ 2 km des ruines et de la rivière est la ville de Las Piedras. Lorsque vous entrez dans la ville il y a un petit magasin sur le côté droit à côté du terrain de football où vous pouvez avoir de la nourriture si vous commander à l'avance, jouer au billard et aussi rester la nuit si vous le souhaitez. Dans la ville, il y a aussi des restes d'un long mur construit par les Incas.

Lac Victoria : À environ 9 km de Las Piedras, c'est un endroit idéale pour l'observation de la flore et de la faune de l'Amazonie.

Lac Tumichuqua : 25 km de Riberalta sur la route de La Paz, est la communauté Tumichucua, qui, dans sa langue maternelle, signifie L'Ile des Motacù (arbres spécifiques de la région). Le lac de couleur émeraude abrite une belle île qui elle-même abrite des arbres majestueux et une faune dense et diversifiée. C'est l'endroit idéal pour profiter des plaisirs aquatiques en toute sécurité. Vous pouvez également demander une excursion en bateau ou en kayak pour visiter les rives ou le centre de l'île. Ainsi, vous pourrez découvrir une nature splendide et encore sauvage.

Réserve Aquicuana : Située à seulement une demi-heure de Riberalta, Aquicuana est une réserve naturelle protégée où vivent également deux communautés locales (San José et Warnes). En plus d'abriter une nature magnifique, la réserve abrite également un centre de retraite médicinale appelé Pisatahua.

Parc Esmeralda : C'est un parc situé à environ trente minutes de Riberalta.

El prado : À seulement quelques kilomètres de Riberalta, sur la route de Guayaramerin, ce lieux est très fréquenté les weekend par les habitants de Riberalta qui cherchent un peu de fraîcheur. C'est un recoin d'eau où il est possible de se baigner sans risque et gratuitement.

Faire du volontariat[modifier | modifier le code]

Sustainable Bolivia[5] est une organisation qui coordonne les bénévoles et les organisations basés à Riberalta, et propose également des cours d'espagnol et de langues indigènes. Vous pouvez vivre dans une maison offerte par Sustainable Bolivia ou rester avec une famille, ou vivre dans une auberge de jeunesse tout en faisant du bénévolat ou en prenant des cours. Les subventions aux organisations sont administrées par les bénévoles eux-mêmes, afin qu'ils sachent comment l'argent est utilisé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « INE - Instituto Nacional de Estadística - Mostrando artículos por etiqueta: RIBERALTA », sur www.ine.gob.bo (consulté le 13 juillet 2018)
  2. Population Statistics [1] et City Population [2]
  3. (es) « Reservas y servicios | Ecojet », sur www.ecojet.bo (consulté le 13 juillet 2018)
  4. (es) « Amaszonas », sur www.amaszonas.com (consulté le 13 juillet 2018)
  5. (en-US) « Volunteer and internship in Latin America », sur Sustainable Bolivia (consulté le 17 juillet 2018)