Ren Hang (photographe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Ren Hang (footballeur).
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Ren, précède le nom personnel.
Ren Hang
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Changchun
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 29 ans)
PékinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
任航
Nationalité
Activité

Ren Hang (chinois simplifié : 任航) (30 mars 1987 à Changchun - 24 février 2017 à Pékin) est un photographe chinois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ren Hang naît le 30 mars 1987 dans le quartier de Nong' An, ville de Changchun, dans la province chinoise du Jilin[1].

Il commence la photographie en 2008[2]. Autodidacte, il prend en photo ses amis, souvent dénudés[3]. Il admet: « Je prends en général mes amis, parce que les inconnus me rendent nerveux. » Le caractère cru de ses photographies, ainsi que la charge sociale qui leur était prêtée, ont valu à Ren Hang d'être souvent inquiété par les autorités chinoises[3],[4]. Lui-même explique ne pas avoir d'intention politique particulière avec ses photos[4], révélant : « je ne considère pas vraiment que mon travail soit tabou, parce que je ne réfléchis pas tant que ça dans un contexte culturel ou politique. Je ne repousse pas les limites intentionnellement, je me contente de faire ce que je fais. »

Atteint de dépression, il se suicide le 24 février 2017[5] en se défenestrant.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L’œuvre photographique de Ren Hang est essentiellement composée de portraits de nu. Des accessoires divers peuvent accompagner ses sujets. Les postures, les cadrages, ces accessoires servent l'omniprésence du désir[4].

Tous les corps sont minces, souples et relativement imberbes, ce qui donne aux organes génitaux un impact plus impressionnant. Il photographie les hommes autant que les femmes et nie avoir une préférence esthétique pour l’un ou l’autre : « Le genre... ne compte pour moi que quand je fais l’amour. »[6]

Même s’il nie que sa photographie ait un sens ou un but, déclarant qu’il ne le fait seulement car cela le rend heureux, il admet : « Je ne veux pas que les autres aient l’impression que les Chinois sont des robots sans bites ni chattes, ou qu’ils ont des parties génitales mais qu’ils les cachent comme des espèces de trésors secrets, déclare-t-il. Je veux dire que nos bites et nos chattes ne sont pas du tout une gêne. »

Pour Mirjam Kooiman, curatrice au musée FOAM, son travail ne hiérarchise pas masculin et féminin[7]. Elle avance aussi que, même si le photographe ne revendique pas de message politique, le contexte de l'élaboration des œuvres leur apporte un sens supplémentaire[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « CV - renhang », sur renhang.org (consulté le 3 novembre 2017)
  2. (en) « Controversial Chinese Photographer Ren Hang Dies at 29 », sur Time (consulté le 25 février 2017)
  3. a et b Carole Boinet, « Les Inrocks - Le photographe chinois Ren Hang s'est suicidé », sur Les Inrocks, (consulté le 25 février 2017)
  4. a, b, c et d (en) Wilfred Chan CNN, « Ren Hang: Photographer stirs controversy with erotic images », sur CNN, (consulté le 25 février 2017)
  5. « Le jeune artiste chinois Ren Hang s’est suicidé », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  6. « Hommage à Ren Hang », TASCHEN,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Controversial and renowned Chinese photographer Ren Hang dies aged 29 », British Journal of Photography,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]