Rachid Amirou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rachid Amirou
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
AuxerreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Rachid Amirou, né le à Mirabeau (actuellement Draâ Ben Khedda, en Algérie) et mort le [1] à Auxerre (en France), est un sociologue français d'origine kabyle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Président du réseau interrégional inter-universitaire de recherche sur le tourisme (R2IT) et professeur des universités à Nanterre, Paris 5, Montpellier puis Perpignan, il s'est fait connaître par ses travaux sur le tourisme et sur les politiques du patrimoine culturel et l'imaginaire de la culture[2]. Ces écrits, s'inspirant de Winnicott, de Victor Turner, de Max Weber et de Gilbert Durand défendent la thèse que le tourisme et les pratiques récréatives, sont à rapprocher de l'espace potentiel tel que défini par Donald Winnicott.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tourisme et souci de l’autre. En hommage à Georges Cazes, avec Philippe Bachimon, Jean-Michel Dewailly, Jacques Malezieux - Éditions L'Harmattan - août 2005 - (ISBN 2-7475-8862-9)
  • Imaginaire du tourisme culturel, Éditions PUF - août 2000 - (ISBN 2-13-050389-6)
  • Le tourisme local. Une culture de l'exotisme, avec Philippe Bachimon - Éditions L'Harmattan, août 2000 - (ISBN 2-7384-9233-9)
  • Imaginaire touristique et sociabilités du voyage - Éditions PUF - août 1995 - (ISBN 2-1304-7042-4)
  • « Imaginaire du voyage et du tourisme culturels », in Musée du Louvre, «  Les Institutions culturelles au plus près des publics », La Documentation française, décembre 2002.
  • « Patrimoine culturel et authenticité : phénoménologie du sujet touristique », (26 p), in J. Spindler, dir., « Le Tourisme au XXIe siècle », Paris, 2003.
  • Article publié en langue roumaine « Considérations psychosociologiques sur les notions d’agressivité et de frustration comparative » in G. Ferreol, dir., La Violence, Bucarest, 2002.
  • Deux siècles de tourisme en France, de Jean Sagnes, Monique Clavel-Lévêque, Rachid Amirou, Paul Gerbod, Collectif, Presses Universitaires de Perpignan, 2002.
  • Extrait de Libération du samedi 29 juillet 2007 par Laure Noualhat, « Le développement durable peut nuire aux populations — Rachid Amirou, sociologue du tourisme et du patrimoine culturel, s’interroge sur la légitimité morale des voyages responsables » :

« (...) Je m’interroge beaucoup sur la légitimité morale de ce concept [de développement durable]. Il me semble que l’approche « durable » est une approche moraliste. Il existe un imaginaire de la durabilité, souvent exploité par les entreprises d’ailleurs : on va aller protéger des choses intéressantes. Et qu’est-ce qui est intéressant, selon nos critères ? L’authentique, par opposition au factice que nous vivons, par exemple, en Europe. On veut protéger le décor, maintenir les populations locales telles qu’elles sont. Plus c’est ancien, plus c’est authentique, pense-t-on souvent à tort. À tort, parce qu’il arrive que l’on fabrique de l’ancien et de l’authentique pour faire « comme avant ». Or, il y a une pauvreté derrière tout ça, perçue comme authentique. Une qualité humaine, relationnelle, chez des populations locales souvent démunies. Finalement, tout cela est très paradoxal: le développement durable peut être un frein durable au développement des populations et des territoires. Comme si ces populations étaient assignées à résidence identitaire. Dans notre imaginaire, elles sont censées ne pas changer. (…) »

— Rachid Amirou

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1].
  2. Compte rendu de lecture par Philippe Bachimon sur l'Imaginaire du tourisme culturel de Rachid Amirou.

Liens externes[modifier | modifier le code]