Rüeggisberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rüeggisberg
Rüeggisberg
Vue de l'église de Rüeggisberg.
Blason de Rüeggisberg
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Berne Berne
Arrondissement administratif Berne-Mittelland
NPA 3088
No OFS 0880
Démographie
Population
permanente
1 765 hab. (31 décembre 2020)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 16″ nord, 7° 26′ 19″ est
Altitude 930 m
Superficie 35,76 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Localisation de Rüeggisberg
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Berne
Voir sur la carte administrative du canton de Berne
City locator 14.svg
Rüeggisberg
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Rüeggisberg
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Rüeggisberg
Liens
Site web www.rueggisberg.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Rüeggisberg est une commune suisse du canton de Berne, située dans l'arrondissement administratif de Berne-Mittelland.

Prieuré clunisien[modifier | modifier le code]

Vers le milieu du XIe siècle, Lütold de Rümligen ayant légué ses biens à l’abbaye de Cluny, l’abbé Hugues de Cluny (abbé de 1049 à 1109) envoie deux moines fonder un prieuré à Rüeggsiberg. Cet établissement est attesté en 1075 dans un privilège émanant du pape Grégoire VII, mais cela ne signifie pas nécessairement que la construction de l’église et du couvent soient alors déjà achevés. Au XIIIe siècle ce prieuré se trouve dans la zone d’influence de la ville de Berne et en 1484, il est supprimé avec celui de Villars-les-Moines pour être incorporé dans les biens de la collégiale Saint-Vincent, nouvellement fondée à Berne. En 1534, un grenier à blé est établi dans l’église désaffectée du prieuré et les autres bâtiments de l’établissement sont alors démolis.

L’intérêt de Rüeggisberg a été remis en lumière par les travaux de de: Hans R. Hahnloser entre 1938 et 1947. Le plan de l’église, de type clunisien, à cinq absides (en comptant celles du transept), devait avoir une nef à vaisseau central et deux bas-côtés. Cette nef a été tracée au niveau des fondations, mais n’a jamais été réalisée en élévation. Le prieuré est en effet toujours resté extrêmement modeste, son effectif ne dépassant jamais quatre moines. Souvent ils étaient même moins nombreux. Une grande église n’était donc pas nécessaire, d’autant moins que le village de Rüeggisberg disposait de sa propre église paroissiale[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Armand Baeriswyl et Georges Descoeudres, « Allzu ambitiös ? Gescheiterte und aufgegebene Bauprojekte hochmittelalterlicher Klosterkirchen », Revue suisse d’art et d’archéologie, vol. 78, no 4,‎ , p. 295-310 (ISSN 0044-3476).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  3. (de) Armand Baeriswyl et Georges Descoeudres, « Allzu ambitiös ? Gescheiterte und aufgegebene Bauprojekte hochmittelalterlicher Klosterkirchen », Revue suisse d’art et d’archéologie, vol. 78, no 4,‎ , p. 295-310 (ISSN 0044-3476).

Sur les autres projets Wikimedia :