Résistance française à Sevran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Groupe de partisans sevranais.

La Résistance française à Sevran s'organise durant la Seconde Guerre mondiale. À la suite de l'invasion allemande, les Français opposés à Pétain entrent en résistance. La ville de Sevran est investie par les Allemands le . Sevran, qui comptait 10 147 habitants en 1936, a connu un développement industriel dès la fin du XIXe siècle et surtout au début du XXe siècle. On y trouve les laboratoires d'Alfred Nobel et des usines comme Westinghouse et Kodak qui emploient des ouvriers qualifiés. Parmi eux, de nombreux Sevranais s'illustrent dans la résistance. Mois après mois, des actions se mettent en place et Sevran devient un bastion de la Résistance française, avec des hommes et des femmes appartenant à différents bords politiques. Essentiellement communistes, ces résistants entrent dans le Panthéon de la Résistance.

Cet article recense une liste non exhaustive de résistants connus, ayant opéré dans la commune de Sevran durant la seconde guerre mondiale.

Liste des résistants[modifier | modifier le code]

Denise Albert (1922-2016)[modifier | modifier le code]

Denise Albert, née Descoins, est née à Paris le et morte le .

Buno Bancher (1923-1944)[modifier | modifier le code]

Né en 6.10.1923 à Tuzla, Bosnia Herzegovina, Bruno Bancher (ou Banker) est un résistant communiste, originaire de la ville de Sevran. Il est mort en 1944, fusillé par les nazis à Sevran.

Gaston Bussière (1902-1942)[modifier | modifier le code]

Né à Paris le , Gaston Bussière est maire communiste de Sevran en 1939. Fait otage par les nazis, il est fusillé le 21 septembre 1942 au Mont Valérien.

Guy Cam (1923-1945)[modifier | modifier le code]

Né en 1923, Guy Cam quitte Sevran où il réside en mai 1942 pour rejoindre le maquis de son oncle dans le Finistère. Après de nombreux actes de sabotage, ils sont arrêtés le . Il est interné à Quimper, puis dans le Camp de Royallieu à Compiègne, avant d'être immatriculé "185211"[1] et déporté le à Auschwitz puis à Buchenwald[2]. Il est abattu lors de la libération du camp en , puis laissé à Flossenbürg[3]. Une rue près du marché municipal de Sevran porte son nom qui, par ailleurs, figure aux archives communales sur une liste manuscrite établie par le comité local de Sevran de la Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes[4].

Jean Cayet (1884-1945)[modifier | modifier le code]

Jean Eugène Cayet , employé des chemins de fer, devient conseiller municipal sous le mandat de Gaston Bussière, et tout comme lui, est un résistant de la première heure. Le il est arrêté par la police française et incarcéré à Fresnes . Il est ensuite interné à Pontoise, puis transféré au camp d'Aincourt (Seine-et-Oise). Il y retrouvera ses amis résistants incarcérés avec lui , notamment Gaston Lévy, Georges Denancé, Maurice Métais . Transféré ensuite à Compiègne il sera embarqué le vers les camps de la mort. Il décèdera à Dachau le [5].

Jean Eugène Cayet habitait à Sevran, rue des Cigales. Après la libération, cette rue devient la rue Jean Cayet.

Auguste Crétier (1891-1944)[modifier | modifier le code]

Auguste Crétier est né le , il fut abattu à Sevran le dimanche [5]

Georges Denancé (1891-1942)[modifier | modifier le code]

Georges Denancé est né le à Laval. Il est mort en déportation en 1942.

Il habitait au 96 avenue de Bourgogne, devenue après la libération rue Georges Denancé.

Bernard Denancé (1925-1998)[modifier | modifier le code]

Bernard Denancé, né le 14 Juin en 1925, est un résistant sevranais engagé volontaire dans les Forces Françaises de l'Interieur (F.F.I.). Le 15 décembre 1943. Il suit le chemin de la résistance comme son père, Georges Denancé, « Mort pour la France ». Épaulé par son grand frère, Jean Denancé (1922-1985), ils furent des acteurs majeurs de la libération de Sevran : le 27 Août 1944. Il meurt le 15 Février 1998[6].

Lucien Gélot (1927-1944)[modifier | modifier le code]

Lucien Gélot, né le , est le plus jeune des résistants sevranais. Il habite avec ses parents rue de la Marne et est scolarisé à l'école du Centre (devenue école Crétier). Nourri depuis sa prime jeunesse par les actes héroïques des aînés de son entourage, il devient, dès qu'il le peut, membre de la Compagnie Robespierre, engagé dans l'armée de libération. Après la libération de Sevran, il continue le combat en Alsace dans les rangs de la 2e DB. Il est tué au combat à Kogenheim le [5]. Il avait 17 ans.

Jean Hemmen (1910-1942)[modifier | modifier le code]

Jean Hemmen, employé de banque, est un militant communiste, militant socialiste et résistant durant la Seconde Guerre mondiale. Il est combattant des Brigades Internationales en Espagne. Arrêté le à Paris, il est fusillé le au Mont-Valérien[5].

Gaston Levy (1882-1943)[modifier | modifier le code]

Métallurgiste de métier, Gaston Levy s'installe à Sevran vers 1928. Il devient conseiller municipal sous le mandat de Gaston Bussière de 1931 à 1939. Militant communiste, il aura le même parcours que Jean Cayet, Georges Denancé, Maurice Métais, également conseillers municipaux ; il les rejoindra au camp d'Aincourt (Seine et Oise) et décède le à Auschwitz.

Il habitait à Sevran, 18, rue des Pâquerettes . Après la libération cette rue devient la rue Gaston Lévy.

Roger Le Maner (1923-1945)[modifier | modifier le code]

Roger Le Maner est membre de l'Organisation Spéciale et des FTPF. Arrêté le , il meurt à Bergen-Belsen le , huit jours après la capitulation[3].

Il était âgé de 22 ans.

La rue des écoles à Sevran est devenue après la libération la rue Roger le Maner.


Missak Manouchian (1906-1944)[modifier | modifier le code]

Né le 1er septembre 1906 à Hısn-ı Mansur dans l'Empire ottoman, Missak, dit Michel Manouchian est un poète arménien et immigré résistant. Il est fusillé à 37 ans au fort du Mont-Valérien le .

Jean Maridor (1920-1944)[modifier | modifier le code]

Né à Granville le , Jean Maridor est un aviateur français libre de la Seconde Guerre mondiale. Il est mort en héros au combat au-dessus de la Manche, à Benenden, le .

Maurice Métais (1892-1942)[modifier | modifier le code]

Maurice Métais est né le à Bétigny-Gaulard dans l'orne. Vétéran de la première guerre mondiale, il sert sous le 103e Régiment d'Infanterie. Plusieurs fois blessé il est cité à l'ordre de son régiment.

En 1921, il vint habiter Sevran et en 1926 il est domicilié 2 bis, avenue des Trèfles. Il est tourneur sur métaux. Il travaille à l'usine Westinghouse où il est élu délégué syndical à la C.G.T. Maurice Métais est élu conseiller municipal sous le mandat de Gaston Bussière, de 1931 à 1939. Compagnon de combat de Georges Denancé, il aura le même parcours que les conseillers municipaux de Gaston Bussière, morts pour la France. En 1941, Arrêté chez lui, 2, rue des Trèfles, il est emmené au camp de Pithiviers, puis d'Aincourt (Seine-et-Oise). Il décède à Auschwitz le .

Après la libération, la rue des Trèfles prendra le nom de Maurice Métais.

André Mortureux (1901-1942)[modifier | modifier le code]

Natif de Plombières-lès-Dijon, André Mortureux réside à Sevran depuis 1936. Il milite à la cellule communiste avec Lucien Sportiss. La police de Livry-Gargan l'arrête le . Après être dirigé sur Versailles, il est envoyé au camp de d'Aincourt (Seine-et-Oise) d'où il sera transféré avec de nombreux résistants de Sevran à Compiègne le . Il décèdera au camp d'Auschwitz le .

Louis Blésy (1910-2004)[modifier | modifier le code]

Louis Blésy est né à Béziers le , d'un père ouvrier dans le bâtiment. Après ses études primaires, il arrive en 1924 à Gennevilliers.

Il travaille comme ouvrier ornemaniste dans le bâtiment et effectue son service national en . Il est affecté au 6ème régiment de tirailleurs marocains.

Membre des Jeunesses communistes en 1932, puis du Parti communiste français, il participe au service de la mairie de Gennevilliers où il s'occupe de la soupe populaire. En 1935, il ouvre la colonie de vacances de Granville avec Jean-Pierre Timbaud.

Il est l'auteur de l'ouvrage La résistance à Sevran, publié par la ville de Sevran en 1989.

Lucien Sampaix (1899-1941)[modifier | modifier le code]

Né à Sedan le , Lucien Sampaix est un journaliste communiste français. Il est fait otage par les nazis durant l'Occupation et est fusillé à Caen le .

Une partie de la rue de la Passerelle porte son nom depuis la libération.

Lucien Sportisse (1905-1945)[modifier | modifier le code]

Né le 2 octobre 1905 à Constantine en Algérie, Lucien Sportisse (ou Sportiss) est militant communiste. Instituteur , d'origine juive, ses activités politiques et syndicales le font révoquer en 1935. Réintégré dans l'éducation nationale en 1937, il exercera quelques années à Sevran , logeant rue des Marais. Il sera même l'instituteur de Denise Albert. Il sera également comptable, il s'investit dans le mouvement ouvrier et national algérien, en tant que syndicaliste et militant politique. En Métropole ensuite, il participe à la politique interne du parti communiste et poursuit son combat de lutte en faveur des paysans et des ouvriers défavorisés, en s'engageant dans la Résistance jusqu'à son assassinat par la Gestapo, le 22 mars 1944 (à 38 ans) à Lyon.

L'ancienne rue de la Gare à Sevran porte son nom.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Blésy, La Résistance à Sevran, éd. par la Municipalité et le Comité local des anciens combattants de la Résistance, 1989, 148 pages[7].
  • Monique Houssin, Résistantes et résistants en Seine-Saint-Denis : un nom, une rue, une histoire, Les Éd. de l'Atelier, (ISBN 2708237306 et 9782708237308, OCLC 470359027, lire en ligne)
  • Jacques Mortureux, Sevran d'Hier et d'Aujourd'hui n°13,

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Livre Mémorial », sur Fondation pour la mémoire de la déportation (consulté le 10 avril 2020)
  2. CAM Guy, Liste du convoi, sur bddm.org, site de la Fondation pour la mémoire de la déportation.
  3. a et b Monique Houssin, Résistantes et résistants en Seine-Saint-Denis : un nom, une rue, une histoire.
  4. Jacques Mortureux, « Lucien Sportisse », Mémoires d'hier et d'aujourd'hui,‎
  5. a b c et d Louis Blésy, La Résistance à Sevran.
  6. Monique Houssin, Résistantes et résistants en Seine-Saint-Denis : un nom, une rue, une histoire, Paris, Les Éditions de l'Atelier, (ISBN 2-7082-3730-6)
  7. Notice BNF catalogue

Liens externes[modifier | modifier le code]