Quézac (eau minérale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Quézac (eau))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quézac.
Quézac
Image illustrative de l'article Quézac (eau minérale)

Pays d’origine Drapeau de la France France
Ville d’origine Quézac (Lozère, France)
Société Nestlé Waters, puis Ogueu depuis janvier 2017
Date de création 1994
Type Eau gazeuse

Quézac est une marque d'eau minérale naturelle gazeuse appartenant à Nestlé Waters, division « eau » du groupe suisse Nestlé depuis 1992.

Sa source se situe à Quézac dans le département de la Lozère, à proximité de la commune d'Ispagnac et à 30 km de Mende.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières utilisations[modifier | modifier le code]

Une des résurgences de la source de l'eau minérale de Quézac
Ancien bâtiment de captage de l'eau de Quézac dans le parc de la source

La source de Quézac était déjà connue par les Celtes et les Gallo-Romains qui l'utilisaient pour des thermes[1]. En 1718, le docteur Blanquet mentionne largement dans son étude les propriétés chimiques et thérapeutiques de la source[2]. Mais il fallut attendre 1859 pour qu'aient lieu les premiers travaux de captage par le docteur Commandré, propriétaire de la concession de la source[2].

L'exploitation[modifier | modifier le code]

En 1901, Quézac est reconnue eau minérale naturelle gazeuse et une autorisation d'exploitation pour 30 ans est délivrée par le Ministère de la Santé[2]. Au terme de l'autorisation, en 1931, la source n'est plus exploitée jusqu'en 1989 lorsque Vittel s'y intéresse et fait redémarrer l'activité[1].

En 1992, la source est rachetée par le groupe suisse Nestlé qui l'intégre dans sa division « eau » : Nestlé Waters[2]. Le développement s'est alors poursuivi avec l'installation d'un nouveau forage en 1993, puis en 1994 la construction d'une usine d'embouteillage à Molines sur la commune d'Ispagnac, mise en service l'année suivante[2].

Aujourd'hui, l'usine d'embouteillage emploie 64 personnes, compte deux lignes de production (33 cL et 115 cL) et produit un peu plus de 77 millions de bouteilles par an (72 millions de bouteilles d'1,5 litre, et 5 millions de bouteilles de 33 centilitres)[3]. Il est possible de la visiter durant la saison estivale, accompagné d'un guide[4].

Perspectives[modifier | modifier le code]

En 2015[5], Nestlé Waters a cherché à revendre la marque Quézac, ce qui a eu tendance à créer des difficultés au sein de l'usine[6] et des interrogations quant à son avenir[7].

L'usine a finalement été rachetée par le groupe Ogeu, le 3 janvier 2017, lequel a prévu la reprise du site avec maintien des effectifs et des salaires, un investissement industriel de plus de 3 millions d'euros, ainsi qu'un plan de soutien renforcé marketing et commercial de la marque Quézac.[8]

Composition analytique[modifier | modifier le code]

Naturellement gazeuse, l'eau minérale de Quézac est déferrisée et regazéifiée en partie avec son propre gaz carbonique, en partie avec un gaz carbonique d'origine autre[précision nécessaire].

On notera que la totalité de ces données ne figurent pas sur l'étiquette des bouteilles : notamment, les teneurs en potassium, sulfates et chlorures, ne sont pas signalées.

Éléments Teneurs en mg/l
Calcium (Ca2+) 170
Magnésium (Mg2+) 69
Sodium (Na+) 110
Potassium (K+) 4,97[réf. nécessaire]
Sulfates (SO42−) 143[réf. nécessaire]
Bicarbonates (HCO3) 1100
Nitrates (NO3) sous la limite de détection
Chlorures (Cl) 38[réf. nécessaire]
Fluorures (F) 2,2

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Quézac, la Lozère dans votre verre, sur le site internet du département de la Lozère
  2. a, b, c, d et e Quézac, LSA
  3. Jean-Marc Aubert, « Quézac : le groupe Nérios pétille pour reprendre l'usine d'eau », sur Infos H24,‎ (consulté le 10 mai 2016)
  4. « Eau de Quézac | Visites guidées de la source à l'usine », sur www.eaudequezac.com (consulté le 10 mai 2016)
  5. « Nestlé a-t-il l'intention de vendre Quézac ? - France 3 Languedoc-Roussillon », sur France 3 Languedoc-Roussillon (consulté le 10 mars 2016)
  6. « Lozère : les salariés de Quézac en grève illimitée pour dénoncer le mutisme de Nestlé - France 3 Languedoc-Roussillon », sur France 3 Languedoc-Roussillon (consulté le 10 mars 2016)
  7. « L’usine d’eau de Quézac en question », sur MidiLibre.fr (consulté le 10 mars 2016)
  8. lefigaro.fr, « Eaux minérales : Ogeu trouve un accord pour racheter Quézac à Nestlé », Le Figaro, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]