Quézac (eau minérale)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Quézac (eau))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quézac.
Quézac
Logo de Quézac
Logo de Quézac

Pays d’origine Drapeau de la France France
Ville d’origine Quézac (Lozère, France)
Société Nestlé Waters, puis Ogueu depuis janvier 2017
Date de création 1994
Type Eau gazeuse
Site web http://www.quezac.com

Quézac est une marque d'eau minérale naturelle gazeuse appartenant au Groupe Ogeu depuis son acquisition auprès du groupe Nestlé Waters (division « eau » du groupe suisse Nestlé) en 2017.

Sa source se situe à Quézac dans le département de la Lozère, à proximité de la commune d'Ispagnac et à 30 km de Mende.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières utilisations[modifier | modifier le code]

Une des résurgences de la source de l'eau minérale de Quézac
Ancien bâtiment de captage de l'eau de Quézac dans le parc de la source

La source de Quézac était déjà connue par les Celtes et les Gallo-Romains qui l'utilisaient pour des thermes[1]. En 1718, le docteur Blanquet mentionne largement dans son étude les propriétés chimiques et thérapeutiques de la source[2]. Mais il fallut attendre 1859 pour qu'aient lieu les premiers travaux de captage par le docteur Commandré, propriétaire de la concession de la source[2].

L'exploitation[modifier | modifier le code]

En 1901, Quézac est reconnue eau minérale naturelle gazeuse et une autorisation d'exploitation pour 30 ans est délivrée par le Ministère de la Santé[2]. Au terme de l'autorisation, en 1931, la source n'est plus exploitée jusqu'en 1989 lorsque Vittel s'y intéresse et fait redémarrer l'activité[1].

En 1992, la source est rachetée par le groupe suisse Nestlé qui l'intégre dans sa division « eau » : Nestlé Waters[2]. Le développement s'est alors poursuivi avec l'installation d'un nouveau forage en 1993, puis en 1994 la construction d'une usine d'embouteillage à Molines, près de la commune d'Ispagnac, mise en service l'année suivante[2].

Une campagne publicitaire avait également été réalisée autour de la marque, en 1995, via des spots publicitaires[3],[4],[5] produits par le réalisateur Ridley Scott et mettant en scène l'actrice Émilie Delaunay[6], et au début des années 2010[7]. Ces publicités se veulent être des illustrations de la technique de communication du storytelling, et ont pu marquer les esprits des téléspectateurs de par l'utilisation du slogan en langue occitane « E que s'apeleriá Quézac » (en languedocien et selon la norme classique ; "e que s'apelerio Quézac" selon la graphie mistralienne).

En 2015[8], Nestlé Waters a cherché à revendre la marque Quézac, ce qui a eu tendance à créer des difficultés au sein de l'usine[9] et des interrogations quant à son avenir[10].

L'usine a finalement été rachetée par le groupe Ogeu, le 3 janvier 2017, lequel a prévu la reprise du site avec maintien des effectifs et des salaires, un investissement industriel de plus de 3 millions d'euros, ainsi qu'un plan de soutien renforcé marketing et commercial de la marque Quézac[11]. Le plan marketing s'est notamment illustré par la production d'un nouveau spot publicitaire[12], censé être dans la continuation des précédents, et diffusé sur la télévision publique française à partir du 11 mars 2017[13].

Aujourd'hui, l'usine d'embouteillage emploie 64 personnes, compte une ligne de production de bouteilles de 1,5 litre, la production de celles de 33 cL ayant été arrêtée avant la cession par Nestlé[14] et produit entre 72 millions (77 millions avant l'arrêt de la production des bouteilles de 33 centilitres)[15] et 90 millions de bouteilles par an[16].

Le centre de production peut également se visiter durant la saison estivale, accompagné d'un guide[17].

Composition analytique[modifier | modifier le code]

Naturellement gazeuse, l'eau minérale de Quézac est déferrisée et regazéifiée en partie avec son propre gaz carbonique, en partie avec un gaz carbonique d'origine autre[précision nécessaire].

On notera que la totalité de ces données ne figurent pas sur l'étiquette des bouteilles : notamment, les teneurs en potassium, sulfates et chlorures, ne sont pas signalées.

Éléments Teneurs en mg/l
Calcium (Ca2+) 170
Magnésium (Mg2+) 69
Sodium (Na+) 110
Potassium (K+) 4,97[réf. nécessaire]
Sulfates (SO42−) 143[réf. nécessaire]
Bicarbonates (HCO3) 1100
Nitrates (NO3) sous la limite de détection
Chlorures (Cl) 38[réf. nécessaire]
Fluorures (F) 2,2

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Quézac, la Lozère dans votre verre, sur le site internet du département de la Lozère
  2. a, b, c, d et e Quézac, LSA
  3. (en) « Pub - quezac - vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le 24 février 2017)
  4. Ilija Vignjevic, « Eau de Quezac », (consulté le 23 février 2017)
  5. hmc62100, « Publicité Quezac », (consulté le 23 février 2017)
  6. « « Que s'appellorio Quézac » : on a retrouvé une enfant de pub qui a bien grandi », La Parisienne,‎ (lire en ligne)
  7. Quézac France, « QUÉZAC "Soi l'aiga" », (consulté le 23 février 2017)
  8. « Nestlé a-t-il l'intention de vendre Quézac ? - France 3 Languedoc-Roussillon », sur France 3 Languedoc-Roussillon (consulté le 10 mars 2016)
  9. « Lozère : les salariés de Quézac en grève illimitée pour dénoncer le mutisme de Nestlé - France 3 Languedoc-Roussillon », sur France 3 Languedoc-Roussillon (consulté le 10 mars 2016)
  10. « L’usine d’eau de Quézac en question », sur MidiLibre.fr (consulté le 10 mars 2016)
  11. lefigaro.fr, « Eaux minérales : Ogeu trouve un accord pour racheter Quézac à Nestlé », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  12. LR & G, « QUEZAC, L'HISTOIRE CONTINUE », (consulté le 25 mars 2017)
  13. « Lozère : 22 ans après, la petite Emilie, de la pub Quézac, a bien grandi », sur MidiLibre.fr (consulté le 23 février 2017)
  14. (en) « Soutiens aux salariés de QUEZAC: Soutien aux salariés de l'usine d'eau minérale gazeuse de QUEZAC en LOZÈRE », sur Change.org (consulté le 23 février 2017)
  15. Jean-Marc Aubert, « Quézac : le groupe Nérios pétille pour reprendre l'usine d'eau », sur Infos H24, (consulté le 10 mai 2016)
  16. « Quézac, l’eau du Gévaudan », sur MidiLibre.fr (consulté le 23 février 2017)
  17. Mairie d'Ispagnac, « Ispagnac : tourisme et détente en Lozère - parc national des Cévennes, Causses - Visite de l'usine de Quézac | Découvrir Ispagnac », sur www.ispagnac.fr (consulté le 24 février 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]