Programme nucléaire de l'Australie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Australie
Cet article est une ébauche concernant l’Australie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le programme nucléaire de l'Australie : l'Australie a construit en 2007 le réacteur OPAL, avec l'aide de la firme argentine INVAP. Inauguré en 2007 par le gouvernement de John Howard, OPAL est un réacteur de recherche, qui prend la relève d'HIFAR, construit dans les années 1960. L'Australie est signataire d'un accord de coopération sur l'utilisation pacifique du nucléaire avec l'Union européenne.

Réacteur de recherche[modifier | modifier le code]

L'Australie a construit le High Flux Australian Reactor (HIFAR) dans les années 1960.

Exploitation de l'uranium[modifier | modifier le code]

La mine d'uranium Ranger est exploitée depuis 1980.

Gestion des déchets radioactifs[modifier | modifier le code]

L'Australie a développé le Synroc pour contenir les déchets nucléaires. Le Synroc est une sorte de roche synthétique (Synthetic Rock), inventé en 1978 par le professeur Ted Ringwood de l'Australian National University. Cette technologie est utilisée par l'armée américaine pour confiner ses déchets.

Débats[modifier | modifier le code]

Le premier ministre australien a déclaré en 2008 que l'Australie pouvait se passer de l'énergie nucléaire[1] ; les Verts australiens sont également opposés à cette source d'énergie. Cependant plusieurs personnalités et entreprises la défendent, comme l'entreprise South Australian Nuclear Energy System, dont le conseil d'administration comprend le climatologue Tom Wigley[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.abc.net.au/news/stories/2008/06/27/2287532.htm?section=justin
  2. Tory Shepherd, « The $20bn blueprint to create a nuclear industry in SA », The Advertiser,‎ (consulté le 9 août 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]