Traité de Rarotonga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Traité de Rarotonga
Description de cette image, également commentée ci-après
Participation au Traité de Rarotonga
  • Signé et ratifié
Traité pour une zone exempte d'armes nucléaires dans le Pacifique sud
Type de traité Traité de contrôle et de limitation des armements
Signature
Lieu de signature Rarotonga, dans les Îles Cook
Entrée en vigueur
Dépositaire Secrétaire général des Nations unies
Langues Anglais, Chinois, Espagnol, Français et Russe

Le Traité de Rarotonga, ou Traité pour une zone exempte d'armes nucléaires dans le Pacifique sud (South Pacific Nuclear Free Zone Treaty), vise à créer une zone d'exclusion des armes nucléaires dans le Pacifique sud. Il fut signé à Rarotonga, dans les Îles Cook, le et est entré en vigueur le .

Les États signataires en 1985 sont l'Australie, les Îles Cook, les Fidji, les Kiribati, Nauru, la Nouvelle-Zélande, Niué, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Salomon, les Samoa, les Tonga, les Tuvalu et le Vanuatu[1]. Le traité a par la suite été ratifié par l'ensemble de ces signataires.

Il y a trois protocoles : le premier porte sur les territoires de la région détenus par trois des États dotés de l'arme nucléaire (États-Unis, France et Grande-Bretagne), le second exige que les cinq États nucléarisés n’utilisent, ni ne menacent d’utiliser l’arme nucléaire et le troisième interdit les essais nucléaires sur le territoire des pays signataires[2]. La France et le Royaume-Uni ont signé et ratifié les trois protocoles en 1996 ; les États-Unis les ont signés la même année mais ne les ont pas ratifiés ; la Chine a signé et ratifié les protocoles 2 et 3 en 1987

Premier protocole[modifier | modifier le code]

À l'origine, le traité s'appelle « Traité pour une zone dénucléarisée dans le Pacifique Sud ». Il est vivement critiqué comme visant uniquement la France en raison des larges omissions et d'« interdictions particulièrement sélectives » permettant à d'autres pays, dont les États-Unis et l'Australie, d'en contourner l'objectif[1].

Liste des États parties[modifier | modifier le code]

État Signé le Ratifié le
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau des Fidji Fidji
Drapeau des Îles Cook Îles Cook
Drapeau des Îles Salomon Îles Salomon
Drapeau des Kiribati Kiribati*
Drapeau de Nauru Nauru
Drapeau de Niue Niue
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Drapeau de la Papouasie-Nouvelle-Guinée Papouasie-Nouvelle-Guinée
Drapeau des Samoa Samoa
Drapeau des Tonga Tonga
Drapeau des Tuvalu Tuvalu
Drapeau du Vanuatu Vanuatu

*Les Kiribati font partie du Pacifique Nord mais font partie intégrante du traité.

Liste des États dans le Pacifique non parties[modifier | modifier le code]

État
Drapeau des Îles Marshall Îles Marshall
Drapeau des États fédérés de Micronésie États fédérés de Micronésie
Drapeau des Palaos Palaos

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Stéphane Vérine, « Le traité de Rarotonga », Politique étrangère, vol. 52, no 1,‎ , p. 101–102 (ISSN 0032-342X, DOI 10.3406/polit.1987.5272, lire en ligne, consulté le )
  2. Kwang Ho Chun, « Établir une Zone Exempte d'Arme Nucléaire en Asie du Nord-Est ? Les leçons tirées de la comparaison des traités internationaux », Revue internationale de politique comparée, vol. 13, no 3,‎ , p. 513 (ISSN 1370-0731 et 1782-1533, DOI 10.3917/ripc.133.0513, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]