Prise d'otages de Sydney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Prise d'otages de Sydney
Image illustrative de l’article Prise d'otages de Sydney
Personnes situées près du Lindt Chocolate Cafe lors de la crise.

Localisation Martin Place (en), Sydney, Australie
Cible Employés et clients d'un café
Coordonnées 33° 52′ 05″ sud, 151° 12′ 40″ est
Date 15-16 décembre 2014
09:44 - 02:14 (UTC+11:00)
Type Prise d'otages
Armes Fusil de chasse, machette
Morts 3 (dont le preneur d'otages)[1],[2],[3]
Blessés 4[1],[4]
Auteurs Man Haron Monis
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique
(allégeance de Man Haron Monis)[5]

Géolocalisation sur la carte : Sydney

(Voir situation sur carte : Sydney)
Prise d'otages de Sydney

Géolocalisation sur la carte : Australie

(Voir situation sur carte : Australie)
Prise d'otages de Sydney

La prise d'otages de Sydney est une prise d'otages menée le à Sydney, dans l'État de la Nouvelle-Galles du Sud, en Australie. Un tireur isolé, identifié plus tard par la police sous le nom de Man Haron Monis, un islamiste d'origine iranienne, est entré dans le Lindt Chocolat Café situé à Martin Place, et demeure à l'intérieur, retenant les employés et les clients en otage. Après plusieurs heures, cinq des otages se sont échappés, tandis que treize sont restés à l'intérieur du bâtiment[6].

Des otages sont vus tenant un drapeau islamique noir arborant la chahada arabe. L'assaut est donné de nuit le à h 14, soit 17 heures après le début de la prise d'otage. Man Haron Monis est abattu. Deux des otages, Tori Johnson, 34 ans et Katrina Dawson, 38 ans, perdent également la vie alors que quatre autres sont blessés.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Scène de crime deux jours après la prise d'otages.

Le début des événements se déroule à h 44 (heure locale australienne) le 15 décembre (22:44 UTC, 14 décembre), lorsque Monis entre dans le Lindt Chocolat Café au 53 Martin Place, de Sydney[7]. Le café est localisé près des studios de la chaîne télévisée Seven News (en), et de la Reserve Bank of Australia. Les otages sont aperçus tenant un drapeau djihadiste noir avec la chahada arabe (une phrase islamique signifiant littéralement « Il n'existe aucun autre Dieu que Allah, et Mahomet en est le messager »), contre la fenêtre du café[8]. Certains premiers rapports médiatiques le confondent initialement avec le drapeau de l'État islamique[9].

À ce moment, Monis le preneur d'otages, porte une longue barbe, un shirt blanc, un bandana noir et un sac de sport bleu[10], et est armé d'un fusil de chasse (type Manufrance Rapid) à canon scié et d'une machette[11],[12]. Un otage est vraisemblablement utilisé comme bouclier humain par Monis[13]. Avant la prise d'otages, la porte coulissante du café est bloquée[14],[15].

Selon l'annonceur de Sydney 2GB, Ray Hadley, Monis exigeait de parler au Premier ministre australien en direct à la radio, bien que cela ne soit pas encore confirmé[16]. Monis explique qu'il y aurait quatre « appareils » éparpillés dans Sydney. Cependant, aucun de ces appareils ne sont trouvés durant l'enquête[17]. Monis force plusieurs otages à communiquer avec la presse[18].

Aux alentours de 15 h, deux otages parviennent à s'échapper depuis l'entrée principale du bâtiment, suivi d'un troisième qui parvient à s'échapper grâce à une sortie de secours[11],[12],[19]. Vers 16 h 58, deux otages, employées du café, parviennent à s'échapper en courant depuis l'entrée principale jusqu'à la Tactical Operations Unit (en)[12].

Peu après h du matin le 16 décembre, entre cinq et sept otages sortent du bâtiment[10],[20].

Victimes[modifier | modifier le code]

Trois personnes sont mortes : Man Haron Monis, 50 ans, le preneur d'otage[1], Tori Johnson, 34 ans, manager du café Lindt (abattu alors qu'il essayait de désarmer le preneur d'otages assoupi[21]), et Katrina Dawson, 38 ans, avocate et mère de trois enfants. Une autopsie conduite le a constaté que Katrina Dawson avait succombé à un tir de fusil de chasse, établissant ainsi la responsabilité de Monis dans son décès[22].

D'autres victimes sont hospitalisées, toutes dans un état stable d'après la police de Nouvelle-Galles du Sud[21] : une femme de 75 ans touchée par balle à l'épaule, une femme de 52 ans touchée par balle au pied, une femme de 43 ans touchée par balle à la jambe, un homme de 39 ans légèrement touché au visage par un coup de feu (hospitalisation terminée dès le 16 décembre), et deux femmes enceintes de 30 et 35 ans médicalisées d'office.

Otages[modifier | modifier le code]

  • Morts : Tori Johnson, Katrina Dawson
  • Blessés : Marcia Mikhael, Robyn Hope, Louisa Hope
  • Otages : Paolo Vassallo, Stefan Balafoutis, Elly Chen, Jieun Bae, Harriette Denny, Viswakanth Ankireddy, Joel Herat, Fiona Ma, Jarrod Hoffman, Puspendu Ghosh, Selina Win Pe, Julie Taylor, John O'Brien (joueur de tennis australien des années 1960).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Trois morts dont le ravisseur - Fin de la prise d'otages à Sydney », sur http://tvanouvelles.ca, (consulté le 15 décembre 2014).
  2. « Sydney siege ends in tragedy », Yahoo!7 News, Seven Network reporter Chris Reason.... said the two dead are the gunman and a hostage. The hostage was killed by the gunman..
  3. (en) Daniel Fallon et Jacob Saulwick, « Lindt Cafe hostage drama in Martin Place, Sydney: day two », Sydney Morning Herald, (consulté le 15 décembre 2014), Fairfax Media has been told that two people are dead, one of whom is the gunman, Man Haron Monis.
  4. « Martin Place siege – victim update », New South Wales Police Force, Sydney, (consulté le 16 décembre 2014).
  5. RFI : Prise d'otages à Sydney: qui était Man Haron Monis?
  6. Daisy Dumas, « Sydney siege: How the hostage drama played out », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « BBC News – Sydney siege leaves 3 dead », sur BBC News, (consulté le 15 décembre 2014).
  8. « Seven in 'lockdown' due to hostage crisis », news.com.au (consulté le 15 décembre 2014).
  9. « Police say they are in contact with gunman holding hostages in Sydney, Australia », news (consulté le 15 décembre 2014).
  10. a et b Peter Walker, « Two hostages and gunman dead as Sydney cafe siege ends », the Guardian (consulté le 15 décembre 2014).
  11. a et b « Sydney siege: Police in contact with gunman as five hostages escape », Fox News (consulté le 15 décembre 2014)
  12. a b et c « LIVE STREAM: Sydney siege hostages 'huddled at one end of café' », 9news.com.au (consulté le 15 décembre 2014).
  13. (en) Rolling coverage on Seven News (ATN), Seven West Media, 15 décembre 2014.
  14. « Sydney siege: Hostages held at Martin Place cafe », News (consulté le 15 décembre 2014).
  15. « Sydney Hostage Crisis: Dozens Held Inside Cafe, Islamic Flag Put Up on Window », NDTV.com (consulté le 15 décembre 2014).
  16. "Hostage crisis: First images of 'lead gunman.'" Sunshine Coast Daily.
  17. « Five hostages flee in terror from Sydney hostage drama », Gympie Times, (consulté le 15 décembre 2014).
  18. Megan Levy et Patrick Begley, « Police clear Martin Place after gunman holds hostages at Lindt Chocolat Cafe », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne)
  19. (en) « Lindt Chocolat Cafe hostage drama in Martin Place, Sydney », The Sydney Morning Herald (consulté le 15 décembre 2014).
  20. ABC News, « Gunman and Two Others Dead in Sydney Hostage Crisis », ABC News (consulté le 15 décembre 2014)
  21. a et b (en) « Martin Place cafe siege: Police storm cafe and kill gunman ‘Sheik’ Man Haron Monis », sur http://www.news.com.au, (consulté le 16 décembre 2014).
  22. (en) « Sydney siege: Katrina Dawson was killed by gunman’s bullets: report », sur http://www.news.com.au, (consulté le 22 décembre 2014)
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « 2014 Sydney hostage crisis » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :