Prieuré Saint-Sardos de Laurenque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pieuré Saint-Sardos de Laurenque
Image illustrative de l’article Prieuré Saint-Sardos de Laurenque
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église conventuelle
Rattachement Diocèse d'Agen (siège)
Début de la construction Fin du XVe siècle
Style dominant Roman
Date de démolition 1569
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1993)
Géographie
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Commune Gavaudun
Hameau Laurenque
Coordonnées 44° 33′ 49″ nord, 0° 53′ 22″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Pieuré Saint-Sardos de Laurenque
Géolocalisation sur la carte : Aquitaine
(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Pieuré Saint-Sardos de Laurenque
Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne
(Voir situation sur carte : Lot-et-Garonne)
Pieuré Saint-Sardos de Laurenque

Le prieuré Saint-Sardos de Laurenque est une ancienne église conventuelle catholique située à Gavaudun, en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français du Lot-et-Garonne et la région Nouvelle-Aquitaine, dans le hameau de Laurenque, sur territoire de la commune de Gavaudun.

Historique[modifier | modifier le code]

Le hameau de Laurenque possédait deux églises :

Le prieuré Saint-Sardos est cité dans une bulle de 1153 du pape Eugène III parmi les possessions de l'abbaye Saint-Sacerdos de Sarlat[1].

L'église romane a été détruite, probablement comme le prieuré, à la fin du XVe siècle.

Le , Arnaud de Lustrac et son épouse, Jeanne de Lustrac, seigneurs de Lustrac et de Gavaudun, vu la démolition du monastère de Laurenque, la pauvreté du prieur, ont fait don de la moitié de la dîme du prieuré.

Le prieuré est reconstruit à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle. On retrouve toutes les caractéristiques de l'architecture de cette période dans les ruines du prieuré.

Jean Tarde écrit dans ses chroniques : «Le , fust bruslé le prioré de Laurinque près Gavaudun, par un nommé Denis de Saint-Selve, habitant dudit Gavaudun. C'estoit un prioré conventuel de l'ordre de Saint-Benoît, dépendant de l'esglise Cathédrale de Sarlat. Il estoit beau et bien basti. Lorsqu'il fut bruslé, il était tenu en commende, et n'y avait qu'un prebstre nommé Martin Rigal, qui le gardait et y faisait le service pour le prieur commendataire. Lequel Rigal fust attaché à un pied de lit par ledit Senselve et illec bruslé tout vif, avec les meubles et les bastimens, cruauté et barbarie qui fait voir quelle estoit l'âme de ces sainctz réformateurs »[2].

Le prieuré ne s'est pas relevé de cette destruction. En 1601, l'évêque d'Agen Nicolas de Villars trouve l'église « toute descouverte, sans aulcun service, le prieuré est tout ruiné ». Elle est toujours dans le même état en 1616. Le titre de prieuré, avec le vocable, passent à l'église paroissiale qui prend le titre de Saint-Sardos et sainte-Anne de Laurenque.

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques le [3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chroniques de Jean Tarde, p. 60-62 (lire en ligne)
  2. Chroniques de Jean Tarde, p. 252 (lire en ligne)
  3. « Ancien prieuré Saint-Sardos de Laurenque », notice no PA00125251, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.-R. Marboutin, Les églises de Laurenque (commune de Gavaudun), p. 97-110, Revue de l'Agenais, 1909, tome 36 ( lire en ligne )
  • René Chappuis, Laurenque, p. 199-205, dans Congrès archéologique de France. 127e session. Agenais. 1969, Société française d'archéologie, Paris, 1969
  • Abbé Durengues, Pouillé historique du diocèse d'Agen pour l'année 1789, p. 401-404, Ferran Frères éditeurs, Agen, 1894 (lire en ligne)
  • Abbé Barrère, Histoire religieuse et monumentale de la Gascogne depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, tome 1, p. 208-209, 212, 328, 330, Librairie Chairou, Agen, 1856 (lire en ligne)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]