Predrag Marković (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Predrag Marković et Marković.

Predrag Marković
Illustration.
Fonctions
Ministre de la Culture, des Médias et de la Société de l'information

(1 an, 4 mois et 13 jours)
Premier ministre Mirko Cvetković
Prédécesseur Nebojša Bradić
(Culture)
Jasna Matić
(Télécommunications et société de l'information)
Successeur Bratislav Petković
Président de l'Assemblée nationale de la République de Serbie

(3 ans, 2 mois et 3 jours)
Prédécesseur Dragan Maršićanin
Successeur Tomislav Nikolić
Président de la République de Serbie
(au sein de la République fédérative de Yougoslavie, intérim)

(4 mois et 7 jours)
Premier ministre Vojislav Koštunica
Prédécesseur Vojislav Mihailović (intérim)
Milan Milutinović
Successeur Boris Tadić
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Čepure (Yougoslavie)
Nationalité Yougoslave puis Serbe
Parti politique G17 Plus (G17+)
Diplômé de Université de Belgrade
Profession Éditeur
Religion Orthodoxe serbe

Predrag Marković (homme politique)
Président de la République de Serbie

Predrag Marković (en serbe cyrillique : Предраг Марковић ; né le à Čepure) est un écrivain, un journaliste et un homme d'État serbe. Membre du parti G17 Plus, il a été président de l'Assemblée nationale de la République de Serbie, président de la république par intérim et ministre ; en 2012, il est redevenu député[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Predrag Marković naît à Čepure, près de Paraćin. Il effectue ses études élémentaires et secondaires à Paraćin puis suit les cours de journalisme de la Faculté de sciences politiques de l'université de Belgrade, sans en sortir diplômé[2]. Il affirme plus tard qu'il a « étudié l'histoire et la culture à Madrid et à Barcelone »[3].

Il édite des journaux (Student, Književna reč et Vreme) et des magazines (Vidici, Književnost) et il crée la maison d'édition Stubovi kulture, dont il est aussi le propriétaire. Parmi ses œuvres les plus connues figurent Li-mun, isceđen (Ci-tron pressé, 1981), Morali bi doći nasmejani lavovi (1983) et Otmenost duše (Le Raffinement de l'âme, 1989)[4].

Au début de 1999, Predrag Marković est l'un des fondateurs du groupe d'expert G17 Plus (G17+) qui, en 2002, se transforme en parti politique. De 2002 à 2006, il en est un des vice-présidents[2].

Predrag Marković avec le ministre des Affaires étrangères estonien Urmas Paet

Aux élections législatives du , il figure sur la liste du G17+, qui remporte 11,46 % des suffrages et obtient 34 sièges sur 250 à l'Assemblée nationale de la République de Serbie[5]. Il devient député[6]. Depuis la fin de 2002, la Serbie traverse une crise politique, étant dans l'incapacité d'élire un président de la République faute d'une participation suffisante[7],[8],[9]. Le , après que le président de l'Assemblée, Dragan Maršićanin, est devenu ministre, Predrag Marković est élu pour le remplacer ; ipso facto, il devient président de la République par intérim, fonction qu'il occupe jusqu'au , date d'entrée en fonction du nouveau président élu, Boris Tadić. Marković redevient alors président de l'Assemblée jusqu'à la fin de la mandature. Début 2007, il est élu président d'honneur du G17+[réf. nécessaire].

Aux élections législatives anticipées du , Marković figure sur la liste de la coalition Pour une Serbie européenne, soutenue par le président Boris Tadić qui vient d'être réélu[10] ; la coalition obtient 38,40 % des suffrages et envoie 102 représentants à l'Assemblée nationale[11] ; Marković n'obtient pas de nouveau mandat[12]. En revanche, le , il devient ministre de la Culture, des Médias et de la Société de l'information dans le second gouvernement de Mirko Cvetković[2]. À cette occasion, la presse souligne régulièrement qu'il n'a pas de diplôme universitaire[2],[3].

Aux élections législatives du , Predrag Marković participe à la coalition Régions unies de Serbie, emmenée par le parti G17+[13] ; la liste obtient 6,99 % des suffrages et 21 députés[14]. Il obtient un nouveau mandat de député[1].

À l'Assemblée, il participe aux travaux de la Commission des questions constitutionnelles et administratives[15] et, en tant que suppléant, à ceux de la Commission de la culture et de l'information[16]. Il est également président de la délégation serbe à l'Assemblée parlementaire de l'Organisation de coopération économique de la mer Noire (PABSEC)[17] et membre de la délégation à l'Assemblée de l'Union interparlementaire[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Predrag Marković », sur http://www.parlament.rs, Site de l'Assemblée nationale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)
  2. a b c et d (sr) « Predrag Marković, ministar alergičan na fakultet », sur http://www.e-novine.com, Elektronske Novine, (consulté le 17 juin 2013)
  3. a et b (sr) « Ministar kulture nema fakultet ! (« Le ministre de la Culture n'a pas de faculté ») », sur http://www.pressonline.rs, (consulté le 17 juin 2013)
  4. (sr) « Bradić : Uradio sam sve što sam mogao », sur http://www.b92.net, B92, (consulté le 17 juin 2013)
  5. (sr) « Izveštaj o rezultatima izbora za narodne poslanike u Narodnoj skupštini Republike Srbije održanih 28. decembra 2003. godine », sur http://www.rik.parlament.gov.rs, Site de la Commission électorale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)
  6. (en) « 27. January 2004 convocation », sur http://www.parlament.rs, Site de l'Assemblée nationale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)
  7. (sr) « Izveštaj Republičkog zavoda za statistiku sa konačnim rezultatima izbora za predsednika Republike Srbije održanim 29. septembra 2002. godine » [archive du ], sur http://www.rik.parlament.gov.rs, Site de la Commission électorale de la République de Serbie (consulté le 16 juin 2013)
  8. (sr) « Tabelarni prikaz » [archive du ], sur http://www.rik.parlament.gov.rs, Site de la Commission électorale de la République de Serbie (consulté le 16 juin 2013)
  9. (sr) « Tabelarni prikaz » [archive du ], sur http://www.rik.parlament.gov.rs, Site de la Commission électorale de la République de Serbie (consulté le 16 juin 2013)
  10. (sr) « Za evropsku Srbiju - Boris Tadić » [archive du ], sur http://www.rik.parlament.gov.rs, Site de la Commission électorale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)
  11. (sr) « Izveštaj o rezultatima izbora za narodne poslanike u Narodnu skupštinu Republike Srbije održani 11. maja 2008. godine » [archive du ], sur http://www.rik.parlament.gov.rs, Site de la Commission électorale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)
  12. (en) « 11. June 2008 convocation », sur http://www.parlament.rs, Site de l'Assemblée nationale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)
  13. (sr) « Régions unies de Serbie - Mlađan Dinkić » [archive du ], sur http://www.rik.parlament.gov.rs, Site de la Commission électorale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)
  14. (sr) « Izveštaj o ukupnim rezultatima izbora za narodne poslanike u Narodnu skupštinu Republike Srbije, održani 6. maja 2012. godine » [archive du ], sur http://www.rik.parlament.gov.rs, Site de la Commission électorale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)
  15. (en) « Committee on Constitutional and Legislative Issues », sur http://www.parlament.rs, Site de l'Assemblée nationale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)
  16. (en) « Culture and Information Committee », sur http://www.parlament.rs, Site de l'Assemblée nationale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)
  17. (en) « Delegation in the Parliamentary Assembly of Black Sea Economic Cooperation », sur http://www.parlament.rs, Site de l'Assemblée nationale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)
  18. (en) « Delegation to the Inter-Parliamentary Union », sur http://www.parlament.rs, Site de l'Assemblée nationale de la République de Serbie (consulté le 17 juin 2013)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :