Portail:Géorgie (pays)/Tableau principal/Histoire du mois

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ce système permet de prévoir des articles mensuels.

Article du mois en cours[modifier le code]

...2003

Révolution des Roses.

La Révolution des Roses fut une des révolutions de couleurs, groupe de changements de gouvernements en Europe de l'Est balançant certains pays d'un régime autoritaire à un nouveau gouvernement pro-occidental, qui frappa la Géorgie le 23 novembre 2003. Elle détrôna l'ancien président Edouard Chevardnadzé et porta à la présidence de la République Mikheil Saakachvili.

La Révolution des Roses commença le 3 novembre 2003. À cette date, Mikheil Saakachvili, ancien ministre de la Justice de Chevardnadzé et membre de l'opposition depuis 2001, appela le peuple géorgien à se soulever contre le régime sévère du second président de Géorgie, dont le parti avait remporté les élections parlementaires suite à des fraudes largement dénoncées par la presse occidentale. Une immense vague de manifestations traversa la Géorgie pendant tout le mois de novembre 2003 et le président Edouard Chevardnadzé fut finalement obligé de démissioner, le 23 novembre.


Calendrier de l'année[modifier le code]

Mois Article
Janvier ...1992
Edouard Chevardnadzé, principal opposant de Zviad Gamsakhourdia en 1991.

Le 6 janvier 1992, la milice dirigée par l'opposant Djaba Iosséliani, la Mkhedrioni, prit le Parlement et le détruisit. Le même jour, le président Zviad Gamsakhourdia, qui avait été élu le 26 mai 1991 à la présidence de Géorgie, fut obligé de quitter le pays. Un nouveau gouvernement fut composé et l'opposition créa le Conseil d'Etat de la Géorgie avec à sa tête Edouard Chevardnadzé, ancien Président du Soviet Suprême de Géorgie et ministre des Affaires étrangères de l'URSS.

Ce jour est aujourd'hui considéré comme le premier des deux coups d'État que subit la Géorgie depuis son indépendance du 9 avril 1991.

Février ...2005
Zourab Jvania, en mars 2005.

Zourab Jvania, premier ministre de la Géorgie, décéda le , à Tbilissi. Fondateur du mouvement écologiste géorgien en 1998, il s'était allié avec le président Edouard Chevardnadzé, qui le nomma président du Parlement. Il adhéra bientôt à la Révolution des Roses dont il fut l'un des principaux partisans et fut nommé premier ministre du gouvernement de Mikheil Saakachvili le 9 février 2004.

Il fut retrouvé mort avec son ami, le vice-gouverneur de la province de Kvemo Kartli, qui décéda également. Ils moururent tous deux intoxiqués par du monoxyde de carbone. Le FBI privilégia la thèse de l'accident, tandis que les médias occidentaux accusèrent les indépendantistes d'Ossétie du Sud d'avoir commis le meurtre. Toutefois, les opposants géorgiens d'aujourd'hui accusent le président d'être à l'origine du meurtre et le , le ministre de la Défense Irakli Okrouachvili révèla que Jvania n'était pas mort dans l'appartement du vice-gouverneur, mais que son corps y a été transporté après son décès. Il fut immédiatement arrêté et jeté en prison.

Mars ...1921
L'Armée rouge à Tbilissi.

L'invasion de la Géorgie par l'Armée rouge, aussi appelée la guerre soviéto-géorgienne dura du 15 février au 17 mars 1921. Ce fut une campagne militaire de la Russie soviétique contre la République démocratique de Géorgie, qui amena le renversement du gouvernement menchévik et installa un régime bolchévik dans le pays. Le conflit fut le résultat de la politique d'expansionnisme des Soviets, qui reprirent presque la totalité des territoires de l'ancien empire russe, jusqu'aux événements de la Première Guerre mondiale et de la Révolution russe de 1917.

En plus de la perte de son indépendance, la Géorgie perdit également des territoires au profit de la Turquie qui avait soutenu militairement la Russie. Causant la mort de près de 5 000 Géorgiens, cette guerre fit également s'exiler le président Noé Jordania qui établit à Leuville-sur-Orge un gouvernement en-exil jusqu'en 1954.

Avril ...1991


Le 9 avril 1991, le Parlement géorgien, suite au référendum du 31 mars déclarant que 90,08% des Géorgiens étaient pour le rétablissement de l'indépendance de leur pays, la proclama officiellement. Le président du Conseil Zviad Gamsakhourdia, premier Président de la RSS de Géorgie non-communiste, fut élu président de la République le 26 mai, avec 86,5%.

Toutefois, ce jour n'est pas considéré comme Fête nationale par le gouvernement géorgien. En effet, celle-ci est célébrée le 26 mai, soit le jour de l'indépendance de 1918.

Mai ...1918
Le Parlement géorgien déclarant l'indépendance de 1918.

Le 26 mai 1918, la République démocratique de Géorgie déclara son indépendance vis-à-vis de la Fédération de Transcaucasie, qui s'éffondra suite à cette déclaration. Le Parlement géorgien élu Noé Ramichvili en tant que premier Chef du gouvernement. La République fut tout de suite reconnue par l'Allemagne, avec laquelle les indépendantistes géorgiens entretenaient des relations amicales depuis la fin du XIXe siècle, et par l'Empire ottoman.

La Russie soviétique de Lénine la reconnut à son tour en 1920, mais elle envahit le pays l'année suivante et la priva de son indépendance en mars 1921. Le gouvernement s'exila et s'établit en France, à Leuville-sur-Orge, où un "gouvernement en-exil" exista jusqu'en 1954.

Juin ...1992
Plan de l'Ossétie du Sud en Géorgie.

Le 24 juin 1992, la paix fut déclarée entre la République de Géorgie et sa république séparatiste d'Ossétie du Sud. La guerre avait été déclarée le 5 janvier 1991 par le nouveau président Zviad Gamsakhourdia. Cette guerre fut très sanglante et causa la mort de 2 000 Géorgiens et 200 Sud-Ossètes. La première Guerre d'Ossétie du Sud provoqua la division de la Géorgie entre zones contrôllées par les Sud-Ossètes et les Géorgiens. L'Ossétie du Sud déclara son indépendance suite à la fin de la guerre mais ne fut reconnue par aucun pays de la Communauté indépendante, jusqu'à la guerre d'Ossétie du Sud de 2008.

Juillet ...1783


Le Traité de Giorguiveski (en géorgien : გეორგიევსკის ტრაქტატი) fut un traité bilatéral conclus entre l'empire russe de Catherine II la Grande et le royaume géorgien de Karthl-Kakhétie, alors dirigée par Héraclius II. Signé par les deux souverains le 24 juillet 1783, ce traité étblit la Géorgie sous protectorat russe, ce qui lui garanti son integrité territoriale et la continuation du règne de la dynastie Bagration. La Géorgie abjura ainsi toute forme de dépendance envers la Perse ou d'un autre pouvoir, et tous les monarques géorgiens devront recevoir les attributs royaux de la part du tsar de Russie.

Toutefois, à la mort du roi Georges XII en 1800, la Russie ne respecta pas sa part du traité et décida d'annexer la Géorgie...

Août ...2008
Carte des opérations de la guerre.

La guerre d'Ossétie du Sud de 2008 opposa la Géorgie à sa province séparatiste d'Ossétie du Sud, soutenue par les troupes russes de la mission JPKF des forces de maintien de la paix de la Communauté des États indépendants, du 7 au 16 août 2008. Le conflit s'était étendu à toute la Géorgie.

La tentative géorgienne de reprendre par la force le contrôle de sa région séparatiste a entraîné une riposte immédiate de l'armée russe, stationnée dans la région en vertu du mandat de maintien de la paix confié à la CEI en 1992. Se basant sur le fait que la grande majorité des Ossètes du Sud ont un passeport de la Fédération de Russie, le président russe, Dmitri Medvedev, ordonna à ses troupes d'intervenir afin de protéger la population de l'Ossétie du Sud et de contraindre la Géorgie à la paix. Après quatre jours de conflit avec les forces géorgiennes, Medvedev annonça que ces objectifs avaient été atteints et que les troupes russes resteront sur les positions définies par l'accord de 1992 pour garantir la paix dans la région. Cependant, les troupes russes tardèrent à évacuer les territoires géorgiens occupés suite au conflit.

Le 16 août est signé un cessez-le-feu qui met, au moins temporairement, fin au conflit, sans régler pour autant les questions ossètes et abkhazes. Le 26 août, la Fédération de Russie reconnut officiellement l'indépendance de l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie et se dit prête « à assurer la sécurité de ces deux États ».

Septembre ...1993

La Première Guerre d'Abkhazie débuta le 14 août 1992 et s'acheva le 27 septembre 1993. Elle affronta la Géorgie à sa province séparatiste d'Abkhazie, aidée par les forces russes. Cette guerre est principalement considérée comme une guerre ethnique en Abkhazie. Ainsi, les Géorgiens habitant en Abkhazie soutinrent et se battirent au côté de Tbilissi, tandis que les communautés arménienne et russe s'étaient mises du côté de l'Abkhazie. Celle-ci était également soutenue par plusieurs républiques autonomes russes du Caucase.

En plus de la séparation de l'Abkhazie du giron de Tbilissi, ce conflit aggrava la situation politique géorgienne et une guerre civile débuta entre Edouard Chevardnadzé et l'ancien président Zviad Gamsakhourdia. Cette guerre en Abkhazie causa la mort de plus de 4 000 soldats géorgiens, blessa 10 000 civils et causa la disparition de 1 000 Géorgiens.

Octobre ...1992


La bataille de Gagra fut livrée du 1er au 6 octobre 1992, durant la première guerre d'Abkhazie. Elle opposa les forces géorgiennes aux sécessionnistes abkhazes, appuyés par des combattants de la Confédération des peuples des montagnes du Caucase.

Les alliés, commandés par le seigneur de la guerre tchétchène Chamil Bassaïev, s'emparèrent lors d'une attaque surprise de la ville de Gagra, défendue par des troupes géorgiennes en infériorité numérique mais équipées de davantage de blindés que leurs adversaires. La victoire des sécessionnistes fut suivie par un nettoyage ethnique de la population géorgienne locale. La bataille fut l'une des plus sanglantes du conflit et constitue un tournant décisif dans le cours de la guerre. Elle entraîna notamment une détérioration sérieuse des relations entre la Géorgie et la Russie, la première suspectant la seconde d'avoir envoyé des conseillers militaires aux côtés des rebelles.

Novembre ...2003
Révolution des Roses.

La Révolution des Roses fut une des révolutions de couleurs, groupe de changements de gouvernements en Europe de l'Est balançant certains pays d'un régime autoritaire à un nouveau gouvernement pro-occidental, qui frappa la Géorgie le 23 novembre 2003. Elle détrôna l'ancien président Edouard Chevardnadzé et porta à la présidence de la République Mikheil Saakachvili.

La Révolution des Roses commença le 3 novembre 2003. À cette date, Mikheil Saakachvili, ancien ministre de la Justice de Chevardnadzé et membre de l'opposition depuis 2001, appela le peuple géorgien à se soulever contre le régime sévère du second président de Géorgie, dont le parti avait remporté les élections parlementaires suite à des fraudes largement dénoncées par la presse occidentale. Une immense vague de manifestations traversa la Géorgie pendant tout le mois de novembre 2003 et le président Edouard Chevardnadzé fut finalement obligé de démissioner, le 23 novembre.

Décembre ...1800
Georges XII de Géorgie.

Le roi Georges XII de Karthl-Kakhétie, de la dynastie Bagration, mourut le 28 décembre 1800. Il fut le second roi issu du Traité de Guiorguievsk et le dernier roi de la Géorgie indépendante.

Georges XII, né le 10 novembre 1746, avait succédé à son père, le roi Héraclius II, lors de la mort de celui-ci, le 11 janvier 1798, et fut couronné (c'est-à-dire reconnu par l'empire russe) le 5 décembre 1799. Son règne très court fut principalement dominé par les problèmes avec la Perse et des tensions familiales déchirèrent la cour de Telavi. Dernier roi de la Karthl-Kakhétie, royaume parfois considéré comme l'héritière de l'ancien royaume de la Géorgie unie, il mourut trois jours après Noël 1800 et la Russie brisa le Traité de Guiorguievsk, signé par son père en 1783, et décida d'annexer la Géorgie. Son fils aîné David dirigea le pays jusqu'au 18 janvier 1801 mais ne reçut jamais le titre de roi...