Pompe à feu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pompe de Thomas Newcomen, 1705.
Pompe de James Watt, 1780.

Une pompe à feu est une pompe actionnée par la vapeur. C'est probablement la première application des machines à vapeur.

Une première pompe à feu est inventée par Thomas Savery (1650-1715) et Thomas Newcomen (1664-1729), reprenant l'idée du cylindre piston à vapeur de Denis Papin (1690). Elle sera perfectionnée ultérieurement par James Watt, puis par Jacques-Constantin Périer.

Les pompes à feu furent employées pour l’exhaure et en fontainerie.

Pompes à feu pour l'adduction d'eau[modifier | modifier le code]

Jacques-Constantin Périer et Auguste-Charles Périer (Compagnie des eaux de Paris) avaient installé deux machines à vapeur (la Constantine et l'Augustine) près de la place de l'Alma pour pomper l'eau de la Seine et la refouler dans les réservoirs de Passy. Cette « pompe à feu de Chaillot » fonctionna du jusqu'en 1900. La rue des Frères-Périer est ouverte, en 1900, à l'emplacement de l'ancienne pompe à feu.

La « machine à feu » de Bernissart.

Exhaure dans les mines[modifier | modifier le code]

Thomas Newcomen installe la première pompe à feu en 1712 en Angleterre (Midlands).

La première machine du continent fut installée en 1721 dans une houillère en Belgique à Jemeppe-sur-Meuse[6].

En France on utilise des machines de Newcomen à partir des années 1730 (Anzin[7]).

Dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1751) il y a une description détaillée[8] d'une pompe à feu utilisée dans une mine de la province du Hainaut autrichien.

Dans les années 1770 James Watt perfectionne la machine[9] (rendement multiplié par quatre). Des machines (« machine de Cornouaille » ou « Cornish engine »), utilisant le même cycle mais avec une pression plus élevée, étaient encore utilisées pendant tout le XIXe siècle[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :