Polissoir de la Roche au Diable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Polissoir de la Roche au Diable
Image illustrative de l’article Polissoir de la Roche au Diable
Vue générale de l'édifice
Présentation
Nom local Polissoir de la Griffe du Diable
Type Polissoir
Période Néolithique
Protection Logo monument historique Classé MH (1923)
Caractéristiques
Matériaux grès
Géographie
Coordonnées 48° 14′ 55″ nord, 2° 50′ 47″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Commune Paley
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Polissoir de la Roche au Diable
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
(Voir situation sur carte : Seine-et-Marne)
Polissoir de la Roche au Diable

Le polissoir de la Roche au Diable ou polissoir de la Griffe du Diable est un polissoir situé à Paley, dans le département de Seine-et-Marne en France.

Historique[modifier | modifier le code]

Le polissoir est classé au titre des monuments historiques le 28 février 1923[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le polissoir est disposé sur une petite dalle de grès (1,70 m de longueur sur 1,20 m de largeur) affleurant du sol. Il comporte quatre rainures de polissage (de 0,45 m à 0,82 m de longueur) avec une arête de fond visible[2].

Folklore[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, Saint-Georges rencontra Satan dans la vallée de la Lunain et lui proposa de jouer au palet toutes les âmes que celui-ci avait gagnées dans la journée. Saint-Georges dressa une quille, la Pierre Clouée, et jeta son palet qui atterrit tout près de celle-ci, tandis que celui du diable atterrit beaucoup plus loin et garda imprimé dans la roche la trace de ses doigts crochus, pierre connue depuis lors sous le nom de la Roche au Diable[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Alain Bénard, Les mégalithes de Seine-et-Marne, Conseil général de Seine-et-Marne, coll. « Mémoires archéologiques de Seine-et-Marne » (no 2-2008), , 146 p. (ISBN 978-2-913853-09-6), p. 22. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens internes[modifier | modifier le code]