Pol Lapeyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lapeyre.
Pol Lapeyre
Image illustrative de l'article Pol Lapeyre

Naissance
Paris
Décès (à 22 ans)
Beni-Derkoul (Maroc)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie Coloniale
Grade Sous-Lieutenant
Conflits Campagne du Rif
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur[1]
citation à l'ordre de l'Armée[1]

Pol Lapeyre (né le 8 mai 1903 à Paris[2] et mort le 14 juin 1925 à Beni Derkoul, Maroc) est un officier français, mort au combat pendant la guerre du Rif.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pendant l’offensive lancée dans le Rif par Abd-el-Krim, le sous-lieutenant Pol Lapeyre se retrouve encerclé dans son poste de Beni Derkoul (Maroc). Le 14 juin 1925, après soixante et un jours de siège, à bout de résistance et ne pouvant être secouru, Lapeyre « submergé par le flot ennemi, a fait sauter son poste plutôt que de se rendre, ensevelissant à la fois sous les ruines le reste de sa garnison et ses assaillants », dit sa citation à l’ordre de l’Armée. Par ce geste héroïque mûrement réfléchi, il empêchait l’ennemi de s’emparer de l’armement du poste et d’une importante réserve d’explosifs et l’entraînait avec lui dans la mort. Il a transformé une défaite en victoire.

Citation[modifier | modifier le code]

« Lapeyre Pol,

Sous-lieutenant au 5e régiment de tirailleurs sénégalais commandant le poste de Béni Derkoul, comprenant quatre Français et trente et un Sénégalais.
A tenu en échec pendant soixante et un jours un ennemi ardent et nombreux.
A conservé jusqu'au dernier jour un moral superbe, sans une plainte, sans un appel à l'aide.
Le 14 juin 1925, submergé par le flot ennemi, a fait sauter son poste plutôt que de se rendre, ensevelissant à la fois sous les ruines le reste de sa garnison et ses assaillants.

Mérite que son nom soit inscrit au livre d'or de l'Armée comme exemple de l'esprit du devoir et du sentiment de l'honneur poussés jusqu'au sacrifice. »

— Louis Hubert Lyautey, Maréchal de France.

Postérité[modifier | modifier le code]

  • Pol Lapeyre a un monument à sa mémoire à Azille, ville d'où était originaire sa famille.
  • Il a également un monument à sa mémoire au lycée militaire de Saint-Cyr[4]. Depuis 1973, une citation (cf. la partie « L'héritage militaire ») est lue chaque année devant les élèves de la « Corniche » à l'occasion du « 2S » (le 2 décembre, anniversaire de la bataille d'Austerlitz). et au lycée militaire de Saint-Cyr.
  • Le caveau familial de Pol Lapeyre est dans le cimetière d’Azille, une plaque sur ce caveau rappelle son acte héroïque.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF]Général de brigade Jean Boÿ, « Historique de la 108e promotion (1921-23), promotion du Souvenir », sur Association des élèves et anciens élèves de Saint-Cyr, (consulté le 16 juin 2013)
  2. Henriette Célarié, « Pages de gloire au Maroc — À Beni Derkoul : un héros de vingt ans », Revue des deux Mondes, vol. 33,‎ , p. 259 (lire en ligne)
  3. [PDF]Général de brigade Jean Boÿ, « Historique de la 113e promotion (1926-28), promotion du Sous-Lieutenant Pol Lapeyre », sur Association des élèves et anciens élèves de Saint-Cyr, (consulté le 31 décembre 2011)
  4. Journal L'Aiglon, juin 2002, n° 97, page 9.