Plasmaphérèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La plasmaphérèse est le prélèvement du plasma sanguin. Le plasma prélevé chez le donneur de sang est utilisé chez des patients pour le traitement de diverses pathologies. Lors de la plasmaphérèse, le plasma est collecté dans une poche et les autres éléments sanguins, leucocytes (ou globules blancs), érythrocytes (ou globules rouges), thrombocytes (ou plaquettes) sont retournés au donneur. Les aphérèses chez le donneur de sang sont espacées d'au moins 15 jours avec un maximum de 24 dons (y compris sang total et don de plaquettes) par an.

Déroulement du don[modifier | modifier le code]

Le sang est prélevé dans une veine, le plasma est séparé des autres éléments sanguins par centrifugation au moyen d'une machine séparateur de sang et recueilli dans une poche de 700 mL environ (entre 670 et 720, selon le type de don, le sexe du donneur et le matériel utilisé). Le don peut durer entre 35 minutes et 90 minutes, mais la plupart du temps 45 minutes environ. Cette durée dépend du volume à prélever, mais aussi de l'hématocrite du donneur (taux des globules rouges par rapport au volume sanguin total), les valeurs plus élevées entraînant des plasmaphérèses plus longues.

L'aphérèse peut se faire par flux continu ou discontinu. Lors du flux continu, le donneur est piqué aux deux bras, le sang est prélevé sur un bras, centrifugé et séparé en ses divers composants, le plasma est collecté dans la poche de recueil et les cellules sont retournées au donneur sur l'autre bras. Lors du flux discontinu, le donneur est piqué sur un seul bras, l'automate effectue plusieurs cycles de prélèvement. Chaque cycle comporte plusieurs phases : prélèvement et centrifugation du sang total, recueil de plasma dans la poche de collecte et retour des cellules sanguines au donneur sur le même bras.

Utilisation du plasma[modifier | modifier le code]

Le plasma prélevé chez les donneurs de sang peut être utilisé pour administration aux patients, soit sous forme de plasma soit après transformation en médicament dérivé du sang: facteurs et inhibiteurs de coagulation, immunoglobulines… En France, le monopole de cette opération est accordé au Laboratoire Français du Fractionnement et des Biotechnologies (LFB).

Échange plasmatique[modifier | modifier le code]

Lorsque le plasma est soustrait par aphérèse chez un patient, on parle d'échange plasmatique. Le plasma pathologique est remplacé (échangé) par un soluté de substitution, soit plasma issu de donneurs de sang, soit albumine (médicament dérivé du sang) seul ou associé à de l'eau physiologique ou des molécules telles que l'hydroxyéthylamidon (HEA). L'échange plasmatique est pratiqué dans diverses pathologies telles que maladies auto-immunes (le plasma du malade contient des autoanticorps à l'origine de la maladie) ou les états d'hyperviscosité sanguine. Une autre application est la préparation du patient à la transplantation d'organes issus de donneurs vivants. Le problème le plus important rencontré lors de ces greffes étant l'incompatibilité entre le groupe sanguin du donneur et celui du receveur (un tiers des donneurs de reins potentiels sont « recalés » pour ces raisons[1]), l'échange plasmatique permet de retirer le plasma du patient où se trouvent les anticorps agressifs envers le greffon et ouvre de nouvelles possibilités, notamment entre membres d'une même famille. Au Canada, une greffe cardiaque et une autre rénale ont été réalisées avec succès en 2011[2].

Filtration du plasma[modifier | modifier le code]

Une autre façon de traiter un plasma pathologique est de le filtrer. Au lieu de retirer le plasma et le remplacer, le plasma passe dans un filtre qui retient les éléments pathologiques. Une fois débarrassé des molécules indésirables, le propre plasma du patient lui est retourné. La filtration du plasma est utilisée dans divers cas, maladies auto-immunes, hypercholestérolémies familiales[3],[4]...

Exemples de maladies qui peuvent être traitées par échange plasmatique ou filtration du plasma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Blood Type Incompatible Program sur le site de l'Université Johns-Hopkins
  2. Man to Receive Kidney from Brother With Different Blood Type: Novel Blood-Cleaning Procedure Used for Kidney Transplant sur ScienceDaily.com
  3. J Clin Apher 2010;25(3):81-177 Special Issue: Clinical Applications of therapeutic apheresis: an evidence based approach 5th edition
  4. Winters JL: Apheresis medicine state of the art in 2010: American Society for Apheresis fifth special edition of the Journal of Clinical Apheresis. J Clin Apher 2011;26(5):239-42

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]