Place Royale (Pau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Place Royale.

Place Royale
Image illustrative de l’article Place Royale (Pau)
Place Royale à Pau
Situation
Coordonnées 43° 17′ 39″ nord, 0° 22′ 14″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Ville Pau
Morphologie
Type Place
Forme Rectangle
Superficie 1 000 m2
Histoire
Création 1688
Monuments Statue pédestre d'Henri IV

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Place Royale

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Place Royale

La place Royale de Pau constitue le point central de la ville, elle est notamment bordée par l'hôtel de ville de Pau, par l'ancien Hôtel de France et par le boulevard des Pyrénées.

Histoire[1][modifier | modifier le code]

Commandée par les États du Béarn, la place Royale est aménagée en 1688, comme dans beaucoup d'autres villes en France, pour accueillir la statue de Louis XIV (qui sera détruite à la Révolution). Malgré son nom majestueux, ses dimensions sont assez restreintes. De plus, elle est fermée au sud par un mur qui ferme la vue : la ville tourne alors le dos aux montagnes des Pyrénées, perçues comme un milieu effrayant. Sa position centrale en fait malgré tout la place principale de la ville dans le courant du XVIIIe siècle.

En 1793, la statue de Louis XIV est donc abattue durant la Révolution française. La place est désormais connue sous le nom de place de l'Égalité, puis quelques années plus tard de place Bonaparte[2]. Le XIXe siècle sera celui de l'ouverture et de l'agrandissement de la place, qui prend alors ses proportions actuelles à la suite d'un décret de Napoléon Bonaparte qui ordonne en 1808 (lors de son passage à Pau) de détruire le mur et de révéler la vue sur les Pyrénées. La statue d'Henri IV en marbre blanc est installée en 1843 à la demande de Louis-Philippe. Elle est l'œuvre du sculpteur Nicolas Raggi, tandis que les bas-reliefs du socle ont été réalisés par Antoine Étex.

Dans les années 1870, la place est donc ouverte vers les Pyrénées mais son état est encore peu attirant. Effectivement, le sol est mal nivelé, la terre est graveleuse et des arbres de toute espèce sont plantés en désordre. Il est donc décidé de réaménager la place en plantant notamment des tilleuls provenant d'une propriété de Lescar.

Très fréquentée à l'heure de la villégiature, elle met à la mode l'expression « être de la place Royale », signifiant appartenir à la bonne société. Jouxtant l'emblématique boulevard des Pyrénées, elle connait au XIXe siècle un essor sans précédent, marqué notamment par la reconstruction de l'Hôtel de France, qui de simple maison devient un grand hôtel, haut lieu de villégiature. Elle reste de nos jours une place importante de Pau, qui illustre l'harmonie entre la ville et le caractère exceptionnel du paysage qui lui fait face.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]