Giuseppe Pittau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pittau)

Giuseppe Pittau
Biographie
Naissance
Villacidro, (Italie)
Ordre religieux Compagnie de Jésus
Ordination sacerdotale
Décès (à 86 ans)
Tokyo (Japon)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
le card. Angelo Sodano
Archevêque titulaire de Castro di Sardegna
Autres fonctions
Fonction religieuse
Recteur de l’Université Sophia de Tokyo
Recteur de l’Université pontificale grégorienne
Chancelier de l’Académie pontificale des sciences
Chancelier de l'Académie pontificale des sciences sociales
Secrétaire de la Congrégation pour l’éducation catholique
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Giuseppe Pittau (en français Joseph Pittau), né le à Villacidro, en Sardaigne (Italie) et décédé le à Tokyo (Japon), est un prêtre jésuite italien, missionnaire au Japon. Archevêque titulaire de Castro di Sardegna il est secrétaire de la Congrégation pour l’éducation catholique de 1998 à 2003.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Giuseppe Pittau entre au noviciat de la Compagnie de Jésus le , à Coni (Italie). Il a dix-sept ans. Le noviciat terminé il fait ses études de philosophie (1949-1952) au scolasticat jésuite de San Cugat, près de Barcelone (Espagne).

Envoyé comme missionnaire au Japon en 1952 il passe les deux premières années à étudier la langue japonaise avant d’entamer ses études de théologie à l’université Sophia de Tokyo. Il est ordonné prêtre le . Il fait ensuite des études supérieures de Science Politique à l’université Harvard (Boston) aux États-Unis où il sera l’élève de Henry Kissinger. Le doctorat obtenu il rentre au Japon en 1962.

Enseignement[modifier | modifier le code]

De retour au Japon Pittau enseigne les sciences politiques à la faculté de droit de l’université Sophia de Tokyo, fondée par les jésuites en 1913. Le il fait sa profession religieuse définitive. Dix ans plus tard, il est recteur de l’université (1975) et bientôt, en 1980, supérieur provincial des jésuites du Japon.

Gouvernement de la Compagnie[modifier | modifier le code]

En , lorsque le pape Jean-Paul II visite le Japon, Pittau le rencontre pour la première fois. Le souverain pontife apprécie la valeur de l’homme. Aussi, au mois d’août de la même année, lorsqu’il décide de nommer un délégué personnel - le père Paolo Dezza - à la direction de la Compagnie de Jésus (remplaçant le père Arrupe, devenu infirme) Jean-Paul II lui adjoint Giuseppe Pittau qui reste à ce poste jusqu’à la Congrégation générale des jésuites de 1983 qui élira le père Peter-Hans Kolvenbach à la tête de la Compagnie[1].

Kolvenbach garde Pittau dans son équipe gouvernementale comme Assistant pour l’Asie Orientale (1983-1987) et ensuite comme son délégué pour les maisons internationales romaines de la Compagnie de Jésus (1988-1992).

À la Curie romaine[modifier | modifier le code]

Ses activités et nominations le rapprochent de plus en plus du Saint-Siège. De 1992 à 1998, Pittau est recteur de l’université pontificale grégorienne, chancelier de l’Académie pontificale des sciences et de l’Académie pontificale des sciences sociales (1997).

Nommé secrétaire de la Congrégation pour l’éducation catholique au sein de la Curie romaine il reçoit le l’ordination épiscopale comme archevêque de Castro di Sardegna, un diocèse titulaire, des mains du cardinal Angelo Sodano, assisté des cardinaux Pio Laghi et Fiorenzo Angelini.

Le , âgé de 75 ans, il donne sa démission et retourne à Tokyo, au Japon, son champ d’activités apostoliques initiales. Il y reste encore actif dans le travail pastoral et éducatif. Mgr John Michael Miller lui succède.

Giuseppe Pittau meurt le , à l’infirmerie jésuite de la communauté de Tokyo.

Distinction[modifier | modifier le code]

En 1984, l’empereur du Japon lui confère l'ordre du Soleil levant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]