Pietro Loredan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pietro Loredano)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loredan.
Pietro Loredan
Pietro Loredan par Le Tintoret
Pietro Loredan par Le Tintoret
Fonctions
84e doge de Venise

2 ans 5 mois et 7 jours
Prédécesseur Girolamo Priuli
Successeur Alvise I Mocenigo
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Venise
Date de décès (à 87 ans)
Lieu de décès Venise
Nationalité Italien
Conjoint Lucrezia Cappello

Pietro Loredan

Pietro Loredan est le 84e doge de Venise élu en 1567, son dogat dure jusqu'en 1570.

Pietro Loredan est élu surtout en raison des divisions des nombreux prétendants. Bien que d'un âge avancé, il n'en est pas moins efficace même s'il ne peut influer sur l'administration publique. Son dogat se passe tranquillement à l'exception de la dernière période quand un ultimatum des Turcs arrive à Venise qui demande la cession de Chypre. On prépare immédiatement la défense et les armées sont mises en alerte mais Loredan meurt moins de deux mois plus tard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pietro Loredan est le fils de Alvise et de Isabella Barozzi. Marchand plus que politique, il occupe des charges mineures, il est podestat de Vérone, avant de devenir vice-doge et d'être le sénateur le plus ancien à la mort de son prédécesseur. Veuf de Lucrezia Cappello depuis plusieurs années avec laquelle il a eu un fils, Alvise Loredan, il se retire de la vie publique et c'est à sa grande surprise qu'il est élu doge.

Le dogat[modifier | modifier le code]

Portrait de Pietro Loredan par Le Tintoret

Le nom de Loredan, objet de tant de surprise, est la proposition de Alvise I Mocenigo, son successeur qui après 77 scrutins, trouve un compromis avec ses adversaires et préfère faire élire une personne âgée pour pouvoir lui succéder dans un second temps.

Le nouveau doge prendre le poste un peu à regret mais l'assume assez bien.

En 1568, il connait quelques problèmes avec le pape, qui exige que Venise expulse tous les non-catholiques de son territoire, chose inacceptable et c'est seulement après de longues négociations que la menace d'une excommunication est levée.

En 1569, cinq banques privées font faillite.

Le reste du dogat se passe sans accrocs jusqu'au 20 mars 1570 quand Selim II, sultan des Turcs, envoie un ultimatum par lequel il exige que Venise lui cède Chypre. La République de Venise refuse et le doge fait un long discours appuyé aux diplomates turcs où il défend le point de vue de la cité agressée par un ennemi beaucoup plus fort. C'était donc la guerre.

Mais un incendie à l'arsenal et une longue période de paix avait affaibli les capacités militaire de Venise ; elle se lança alors dans un programme de réarmement énergique au point de disposer, un an plus tard, d'une flotte qui pèsera lourd dans la victoire de la Sainte-Ligue à la bataille de Lépante (7 octobre 1571).

Au cours des derniers mois de son règne, une pénurie de céréales entraine une disette dont le doge est tenu pour responsable. À sa mort, le 3 mai 1570, on juge plus prudent de lui conférer des funérailles privées dans l'église San Giobbe afin d'éviter des heurts.

Référence[modifier | modifier le code]