Pietro IV Candiano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Candiano.
Blason des Candiano.

Pietro IV Candiano est le 22e doge de Venise élu en 959.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pietro Candiano est le fils ainé de Pietro III Candiano auquel il succède en 959.

La conquête du pouvoir[modifier | modifier le code]

Son père, le doge Pietro III Candiano, l'avait fait élire corégent : l'intention étant que le fils succède au père avec l'espoir que le titre devienne héréditaire. L'ambition personnelle de Pietro IV le conduit à s'opposer à une grande partie des Vénitiens, au point que lors d'une assemblée populaire, le doge, son père, réussit à le sauver d'une mort certaine seulement en l'exilant. Pietro IV quitte alors Venise suivi de quelques fidèles et se rend auprès du marquis Guido qui le conduit à la cour de son père, le roi d'Italie Bérenger II. Pietro participe avec Guido à une expédition contre Teobaldo marquis de Spoleto, et à son retour, il obtient le soutien de Berenger pour attaquer Venise. À la tête de quelques partisans, il destitue son père et se nomme doge.

Dogat[modifier | modifier le code]

Parmi ses premiers actes, il fait aveugler et expulser l'évêque de Castello avec l'accusation de simonie. En juin 960 il réunit l'assemblée populaire, l'organe qui élit le doge, et il fait approuver une loi qui interdit le commerce des esclaves. Marié à Giovanna, il la répudie, l'obligeant à se faire nonne dans le couvent de San Zaccaria; son fils Vitale est élu patriarche de Grado et sa fille aurait épousé le futur 25e doge Tribuno Memmo. Pietro IV Candiano peut ainsi épouser la lombarde Waldrada, parente de l'empereur d'occident Otton Ier, en 966. Waldrada, parente aussi du roi d'Italie, amène en dot des territoires des régions de Trévise, du Frioul et de Ferrare. Le 2 décembre 967 Pietro IV Candiano obtient de l'empereur le renouvellement de toute une série de privilèges commerciaux pour les vénitiens en général et pour lui et sa famille en particulier. Le lien particulièrement étroit avec l'empire d'occident exaspère l'empereur d'orient: Le Byzantin Jean Ier menace de rétorsions si les Vénitiens ne cessent leur contrebande avec les Sarrasins pendant les guerres qui les opposent ce que le doge accepte (971).

La mort[modifier | modifier le code]

En 973 Otton Ier, protecteur de Pietro IV Candiano, meurt. le nouvel empereur Otton II doit s'opposer à une révolte en Allemagne et les Vénitiens en profitent pour déposer le doge le 12 août 976. Pietro IV Candiano étant enfermé dans le palais ducale: ses opposants, dirigés par Urséolo, mettent le feu au palais mais l'incendie se répand aux maisons voisines et à l'église de Saint-Marc, une grande partie de la ville brule. Le doge et son fils Pietro sont tués et leurs corps jetés dans l'abattoir; ils seront par la suite enterrés dans l'église de Saint Ilario. La femme Waldrada survécut: le doge suivant Pietro Orseolo lui aurait laissé l'entière possession de l'héritage de son mari pour ne pas déplaire à l'empereur d'occident. Vitale, patriarche de Grado et fils du premier lit de Pietro IV Candiano, se réfugie auprès de l'empereur en Saxe d'où il aurait conspiré contre le nouveau doge.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]