Paolo Renier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paolo Renier
Illustration.
Paolo Renier
Fonctions
119e doge de Venise

10 ans et 30 jours
Prédécesseur Alvise Giovanni Mocenigo
Successeur Ludovico Manin
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Venise
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Venise
Nationalité Italien

Paolo Renier

Paolo Renier, né le et mort le est le 119e doge de Venise élu en 1779.

Pendant son dogat, l'avant-dernier de l'histoire de Venise, il ne se produit aucun fait important même si à l'extérieur les bases de la Révolution française se dessinent, qui peu d'années après la mort de Renier mettra fin à la république de Venise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paolo Renier est le fils de Andrea et de Elisabetta Morosini. Issu d'une famille riche, il reçoit une bonne formation en histoire, en langues anciennes et en philosophie, il nous est parvenu une édition vénitienne d'œuvres de Platon, qu'il a lui-même traduite. Il est considéré comme un excellent orateur et habile tacticien. Il commence sa carrière comme réformateur, affilié aux Liberi Muratori et soucieux d'abattre le pouvoir des trois inquisiteurs d'État.

Il est à peine élu ambassadeur qu'il change d'opinion, s'alliant contre ses anciens amis pour obtenir des charges importantes. Au cours de ses nombreuses ambassades, il s'enrichit et achète les charges les plus prestigieuses de manière douteuse au point d'être surnommé Barabbas. Il sera ambassadeur à Vienne et Constantinople.

Resté veuf de Giustina Donà avec qui il a eu cinq enfants, il prend comme maitresse Giovanna Margherita Dalmet, qu'il épouse par la suite, une danseuse de variété connue pour être dépensière. Étant donné que Marguerite n'est que d'origine bourgeoise, elle ne figure pas dans le livre d'or. Après la mort de son prédécesseur, il sent que le moment est venu et il corrompt plus de 300 personnes afin d'avoir le soutien nécessaire[1].

Le dogat[modifier | modifier le code]

Il est élu avec 40 voix sur 41 le . Haï par de nombreuses personnes, il reçoit des lettres de menaces et ses sorties nécessitent une escorte. Il dépense beaucoup pour se faire aimer et il réussit à rentrer dans ses dépenses en vendant des charges. En 1780, les réformateurs cherchent à proposer des instances rénovatrices, mais Renier, leur ancien allié, les repousse et procède à leurs arrestations. En raison de sa corruption, le doge est toujours plus détesté.

C'est sous son gouvernement que commence la construction des digues, les murazzi, destinées à mieux protéger la ville contre les inondations.

Des fêtes et réceptions de visiteurs de marque sont célébrés avec le même prestige. Pendant son mandat, Venise reçoit la visite du pape Pie VI, du tasrevitch Paul, futur tsar de Russie Pavel Petrovitch, et du roi de Suède Gustave III.

En 1786 Goethe passe par Venise comme il l'écrit dans son Voyage en Italie.

En 17851786 pour la dernière fois, la flotte vénitienne part pour une guerre : sous le commandement de Angelo Emo, les navires bombardent quelques ports du Nord Afrique où se réfugient des pirates. En , le doge tombe gravement malade et meurt le . Pour ne pas gâcher les fêtes de carnaval, la nouvelle n'est annoncée que le 2 mars. Le peuple, qui ne l'aimait pas, rédigea des sonnets et des chansons moqueuses.

Il est enterré dans l'église San Nicolò da Tolentino, sous une simple plaque de marbre.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ces données sont le résultat du rapport des inquisiteurs de l'État qui en n'intervenant pas, montrent leur soutien politique

Sources[modifier | modifier le code]