Pierre de touche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre de touche et flacons d'acide

L'essai du titre à la pierre de touche, ou essai au touchau, est un procédé destiné à vérifier le titre d'un objet en alliage ou en métal précieux en orfèvrerie ou monnayage. Connu depuis l'Antiquité, l'essai consiste à frotter la pièce à vérifier sur une pierre dure et à comparer cet essai avec une marque de référence. La comparaison de la réaction de l'acide sur les deux marques indique alors la nature du métal.

Histoire[modifier | modifier le code]

La méthode au touchau est attestée au IIe siècle av. J.-C.[1], et Pline l'Ancien y fait référence dans l'Histoire naturelle[1]. Au début du XIVe siècle, l'essai à la coupelle vient compléter l'essai au touchau[2].

En 1437 est mentionné dans le premier statut des orfèvres de Vicence l'utilisation du touchau afin de confondre des revendeurs frauduleux[1].

Au XIXe siècle, après une très forte utilisation du touchau, les procédés évoluent. Un projet de réforme de l'orfèvrerie austro-hongroise de 1860 évoque le touchau, la coupelle et le récent procédé d'essai de l'argent par la voie humide[1].

En France, le touchau est pratiqué par les bureaux de contrôle du titre des objets en métaux précieux[3].

Procédé[modifier | modifier le code]

Afin de réaliser l'essai, l'essayeur dispose de plusieurs accessoires[4] :

  • la pierre de touche, minéral très dur (jaspe noir de type cornéen lydien[1]) ;
  • les touchaux, échantillons de métal de référence ;
  • les flacons d'acide correspondant aux métaux testés.

L'essayeur frotte la pièce à tester sur la pierre de touche, il en résulte une marque. Parallèlement à cette marque, il frotte sur la pierre le touchau correspondant au métal et au titre à tester. Les deux marques sont alors aspergées d'acide et, après avoir laissé agir, le résultat est comparé[4].

Pour l'or, la réaction est faite à l'acide nitrique : si la trace demeure d’un jaune brillant, l’alliage est au bon titre. Si la trace devient brun-rouge ou si du métal disparaît en essuyant la pierre, l’alliage n'est pas au titre. Pour l'argent, le procédé est le même, le réactif chimique était une solution de sulfate d'argent, suivi d'acide chromique[1].

Ces essais sont cependant approximatifs et nécessitent une certaine expérience de la part de l'essayeur (qui engage sa responsabilité), car ils se basent uniquement sur une comparaison visuelle[1],[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Georges-Frédéric Manche, Le contrôle des métaux monétaires : Un contrôle aléatoire au service du bimétallisme : l'exemple vénitien (Actes du colloque Naissance de la science dans l'Italie antique et moderne - décembre 2000), Université de Haute-Alsace, Peter Lang, (ISBN 3-03910-409-8, lire en ligne), p. 99-102
  2. Jacques-Paul Migne, Encyclopédie théologique: ou, Serie de dictionnaires sur toutes les parties de la science religieuse ... t. 1-50, 1844-1862; nouv, ser. t. 1-52, 1851-1866; 3e ser, (lire en ligne), p. 476
  3. « Organisation des bureaux de garantie et Organismes de contrôle agréés », sur www.douane.gouv.fr (consulté le 21 mars 2016)
  4. a et b Catherine Arminjon, « ESSAIS, or et argent », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 21 mars 2016)
  5. Nicolas Vauquelin, Louis-Joseph Gay-Lussac et Jean d'Arcet, Manuel complet de l'essayeur. suivi de l'Instruction de M. Gay-Lussac sur l'essai des matières d'argent par la voie humide. et des dispositions du laboratoire de la monnaie de Paris par M. d'Arcet (Nouvelle édition, entièrement refondue, augmentée) / par Vauquelin, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]